Archives par mot-clé : marge

La France des marges.

La France des marges. Olivier Milhaud. La Documentation française, N°8116, mars-avril 2017. 64 p.

Inscrire aux concours de l’enseignement la question des marges peut sembler paradoxal au regard des programmes scolaires puisque l’expression n’y est pas employée. « Plus fondamentalement, se demander avec des élèves jusqu’où la République est intégratrice pour son territoire et ses populations n’est pas simple » (p. 16).

Allant à l’encontre des représentations d’une géographie qui « légitiment, naturalisent, dépolitisent l’ordre social/spatial établi » (Y. Lacoste, 1976), la thématique des marges ne se résume pas à un rapport binaire entre ce qui est intégré et ce qui ne l’est pas. C’est pourquoi Olivier Milhaud, MCF à Paris-Sorbonne, propose d’aborder cette question par le biais d’une typologie et de poser en permanence la question des marges. C’est le grand mérite de ce nouvel opus édité par la Documentation française et ce questionnement permanent sur ce qui fait ou non la marge rend stimulante la lecture d’un ouvrage, qui, au premier abord, peut sembler manquer d’unité.

« Parler de la France des marges, n’est-ce pas nécessairement mêler des réalités qui n’ont rien à voir les unes avec les autres ? » (p. 3). Si la marginalité renvoie à ce / à ceux qui ne fait/font pas partie du système, elle implique également des espaces et des populations pouvant se trouver au centre (la présence des SDF dans les hyper-centres des villes), dans des espaces stratégiques et attractifs (la Guyane, mais également les espaces périurbains). La marginalité peut également être un atout à protéger (telle la zone cœur des parcs nationaux). Elle peut être aussi un choix revendiqué (Le Hameau des Buis, village colibris dans l’Ardèche). Pour cela, les exemples foisonnent dans cet ouvrage pour rendre compte du paradoxe des marges. Ces espaces délaissés peuvent être l’objet de multiples efforts publics pour les désenclaver, rénover, réinsérer. Et dans ce cas, « peut-on toujours parler de marge et de marginalité ? » (p. 60). À travers le cas de Lyon-Confluence, est analysée la manière dont une marge peut devenir un centre. Ainsi aucune marge ne l’est de façon durable comme la centralité d’un lieu n’est pas acquise de façon définitive. « Penser la géographie de la France depuis ses angles morts, c’est, en somme, faire une géographie plus humaine et plus complète. » (p. 16).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

La marge

9782343013466FS

La marge. Philippe Josserand et Françoise Le Jeune (dir.). L’Harmattan, Logiques sociales, 2013. 194 p. 20,50€

C’est à Nantes en mai 2012 qu’a été organisée la journée des sciences de l’homme consacrée à la marge. Sous la direction de Philippe Josserand (maître de conférences en histoire du Moyen Age à Nantes) et Françoise Le Jeune (professeure d’histoire et de civilisation nord-américaine et britannique à Nantes), les actes de cette journée sont publiés et permettent ainsi, à défaut d’avoir pu y assister, de prendre connaissance de cette riche journée.

La marge est un mot qui prend le sens de figure du dehors ou de l’entre-deux au XXème siècle. Elle s’inscrit dans la dialectique centre / périphérie. Les articles du volume qui traitent de cette question sont particulièrement variés et couvrent plusieurs domaines des sciences humaines et sociales. Globalement, ils montrent que la marge « devient souvent l’épicentre de mouvements révolutionnaires ou culturels, de dynamiques sociales, politiques, géographiques ou historiques qui déstabilisent le centre ou en révisent la norme » (p. 12).

La diversité l’emporte dans les sujets des contributions publiées ici : de la marge sur la feuille de papier (ou sur les tablettes tactiles) à la place des sanatoriums dans l’espace (excellent article de Stéphane Henry), en passant par la liberté de parole dans les asiles psychiatriques de la RDA ou bien encore par l’analyse des discours des militants anti-OGM. Par la place des handicapés dans l’espace public (très bonne analyse de Mathilde Mus, doctorante en géographie au Havre) ou la prise en compte par les instances internationales du cas des « petits » Etats, il semble que la marge devienne un centre. L’article de Christian Le Bart, professeur de sciences politiques à Rennes, est lumineux. Il décrypte les stratégies des hommes politiques qui font fréquemment valoir leur position marginale pour se rapprocher du peuple afin que celui-ci se sente plus près d’eux. Cette analyse se fait à partir des autobiographies écrites par les hommes politiques. Si la marginalité des débutants peut se comprendre sans peine (excellente analyse du livre de Bernard Laporte, Un bleu en politique, 2009), cette posture mise en avant par Laurent Fabius ou Alain Juppé dans leurs ouvrages des années 1990 (Fabius, Les blessures de la vérité, 1995 – Alain Juppé, La tentation de Venise, 1993 et Entre nous, 1996) amuse notre politologue et sa lectrice. On trouve une revendication de la marge partout ! Même parmi ceux qui ont rempli de hautes fonctions politiques, une fois leur heure de gloire passée. La posture de victime fait vendre !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes