Archives par mot-clé : lotissement

Tous propriétaires ! L’envers du décor pavillonnaire.

Tous propriétaires ! L’envers du décor pavillonnaire. Anne Lambert. Paris, Seuil, 278 p. 20€.

41Qemy7cENL._SY344_BO1,204,203,200_

Publier sa thèse de doctorat constitue non seulement l’aboutissement d’une recherche mais aussi un tremplin pour engager d’autres chantiers. Très attendue, la thèse d’Anne Lambert est désormais disponible au Seuil. Sociologue, chercheuse à l’INED et associée au Centre Maurice-Halbwachs, elle décortique les tenants et les aboutissants du rêve de propriétaires partagé par de nombreux Français.

Leitmotiv des campagnes présidentielles, faire accéder les Français à la propriété immobilière apparaît la solution à bien des problèmes et est porteuse de promesses : garantie en cas de « coup dur », héritage économique à transmettre à ses enfants, assurance de voir grandir ses enfants dans un environnement sain… Un lotissement périurbain de l’agglomération lyonnaise est passé au crible de l’analyse universitaire : 32 ménages engagés dans l’aventure de leur vie se sont prêtés au jeu des questions-réponses de la chercheuse. Tous les sujets ont été abordés : crédit immobilier, ressources, place des enfants, bricolage et autres occupations diverses du week-end … mais aussi opinions politiques. La lecture est d’autant plus passionnante qu’on découvre, au fil des pages, que ce lotissement, mine de rien, reproduit bien les fractures sociales : les propriétaires de la première tranche, issus de catégories intermédiaires, ne tenant pas à être assimilés à ceux de la seconde tranche, bénéficiaires de pass foncier et à la peau basanée. Ce clivage « petits blancs » / « immigrés », résultat de la diversification des origines géographiques des propriétaires, amène l’auteure à se demander si les lotissements périurbains ne sont pas des « HLM à plat » : « En accueillant des ouvriers stables, des couches intermédiaires touchées par la crise du logement dans les grandes agglomérations et des familles modestes venues des cités HLM, les lotissements périurbains jouent le même rôle ambivalent, entre espace de promotion et zone de relégation. » (p. 268). Il n’est donc pas question d’assimiler lotissements périurbains et recherche de l’entre-soi même si les propriétaires les mieux dotés financièrement et socialement cherchent à s’imposer comme véritables « entrepreneurs de morale » en faisant peser sur les populations immigrées issues des cités HLM un véritable stigmate. Oui, il a bien un envers au décor pavillonnaire !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

Elysium, le périurbain de demain ?

Si travailler sa thèse consiste à occuper son été à lire, écrire (ou essayer d’écrire), élaborer son plan de thèse (promis, faut que je m’y mette !), il est aussi indispensable de penser à se distraire ! Je le dis assez à mes élèves et à mes étudiants à l’approche des concours pour ne pas, moi aussi, sacrifier à cette activité !  😉


ELYSIUM Trailer par teasertrailer

Je me suis rendue au Cinéma L’Ermitage de Fontainebleau pour y voir Elysium, un film de science-fiction réalisé par Neil Blomkamp (sud-africain, réalisateur de District 9), sorti sur les écrans le 14/08/2013. En 2154, la terre est surpeuplée, polluée et en proie à la criminalité. Aussi, les plus riches ont fait construire une station spatiale qui leur permet de vivre à l’abri de tous les méfaits qui ont lieu sur terre. C’est cet habitat spatial qui intéresse la géographe que je suis, car, figurez-vous qu’Elysium ressemble à un lotissement périurbain ! Les très riches y habitent des maisons d’architecte, des bâtisses inspirées de l’architecture du sud esclavagiste des Etats-Unis, un habitat résidentiel individuel, le tout dans un cadre verdoyant (Urbain, 2002). Piscine, pelouse dotent chacune des propriétés où des droïdes (en livrée rouge et noire) servent Champagne et cocktails aux habitants et à leurs invités. L’accès à cette enclave (Blakely et Synder, 1997, Charmes, 2011) est solidement réglementé et soumis aux autorisations de contrôleurs spatiaux.

Ce paradis spatial attire évidemment les convoitises des pauvres restés sur terre. Mais, ce n’est pas tant la richesse des citoyens d’Elysium qui explique que des vaisseaux clandestins essayent d’accoster sur la base spatiale que le fait que, dans chaque pavillon d’Elysium, se trouve une Medbox. Cet équipement permet, en quelques secondes, d’être guéri de la pire des affections dont vous souffrez : leucémie aigüe, visage arraché par une grenade, radiations… Les Terriens cherchent à y venir pour se faire soigner (on pourrait presque parler de tourisme médical) et paient au prix fort leur passage auprès de bidouilleurs informatiques mafieux qui ont réussi à craquer le code d’accès à la base. La question des migrations est centrale dans ce film mais ce n’est pas tant ce qui nous intéresse, si on veut rester un tant soi peu, dans le sujet de sa thèse !

En revanche, les mobilités justifient ce billet. Rejoindre la base spatiale à partir de la Terre ne prend que 19 minutes (à vitesse supersonique, évidemment) et il y a donc des navetteurs qui font les aller-retours dans la journée. On vient travailler sur Terre et on rentre dormir sur Elysium ! C’est le cas de John Carlyle, le patron d’une entreprise qui fabrique des droïdes de combat pour la ministre de la Défense d’Elysium (une Alliot-Marie en tailleur). Résident d’Elysium, il doit, sur Terre, « faire tourner la boutique » qui ne marche pas si bien que cela, d’ailleurs ! Les actionnaires lui mènent la vie dure. Aussi, il est là pour que les chaînes de production ne s’arrêtent pas et aient une productivité maximale.

Le super-héros du film est Max, incarné par Matt Damon. Orphelin, élevé chez les soeurs, il pointe chez Carlyle car il a décidé de se racheter une conduite (il porte un bracelet électronique pour vols de voiture et autres broutilles…). La « rencontre » du navetteur et du gars du bidonville de Los Angeles se fait à l’occasion de l’exposition de Max à des radiations : Carlyle exigeant qu’on débarrasse l’infirmerie de cet ouvrier qui va salir la literie ! Les deux vont avoir l’occasion de se revoir (je ne vous dis pas pourquoi, au cas où vous iriez voir le film) lors d’un transfert Terre – Elysium. La mobilité pendulaire est la faille du système puisque les citoyens d’Elysium sont vulnérables à une attaque de leur vaisseau avant que celui-ci atteigne la vitesse supersonique.

Finalement, en 2154, on en est toujours au « métro-boulot-dodo » !

Catherine Didier-Fèvre