Archives par mot-clé : jeunes

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Œuvre d’art, jeune et périurbain : quel lien ?

IMG_0299

« Le souvenir, c’est la présence invisible »

Œuvre réalisée par Mathilde, élève de terminale au Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines, lors d’une résidence au Centre d’Art de La Source, 2012.

Photographie : Catherine Didier-Fèvre

Une œuvre d’art, réalisée par une élève, voici sur quoi j’ai choisi de travailler aujourd’hui. Cette réalisation artistique m’a beaucoup questionnée lorsque je l’ai découverte exposée dans le hall du Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines en janvier 2013. Le support est constitué d’une carte routière et celle-ci, à peu de choses près, délimite mes terrains de recherche. Les mots qui y figurent ont achevé que mon regard s’y attarde. J’y ai lu « le souvenir présence, c’est là invisible » sans comprendre ce que l’élève qui en était l’auteur avait bien voulu dire. L’assemblage des mots « c’est là invisible » et leur localisation sur la carte m’ont fortement interpellée : l’adverbe de lieu [1] se trouvant sur la zone périurbaine Est. Pour le reste, l’assemblage des mots me semblait toujours énigmatique, même si j’interprétais « C’est là invisible » comme étant une évocation de l’absence de la présence des jeunes dans les espaces situés autour de l’agglomération parisienne. Insatisfaite de ce commentaire, je me suis donc mise en quête de l’artiste afin d’avoir une explication sur cette drôle d’œuvre qui prend pour support un document intrinsèquement géographique.

Ma rencontre avec Mathilde (17 ans, Septeuil) a été fructueuse puisque j’ai pu comprendre à la fois l’agencement et le sens des mots qui y figuraient. Il fallait y lire « Le souvenir, c’est la présence invisible », une phrase tirée du poème Océan de Victor Hugo. L’œuvre n’est pas seulement constituée d’une carte et de mots mais aussi de trois photographies argentiques qui évoquent l’effacement d’une image, d’une scène. Mathilde a justifié le choix de la carte par le fait que c’est là qu’elle construit ses souvenirs, dans un espace qu’elle estime perdu. Pour elle, la carte renseigne sur qui on est et d’où on est. Pour montrer que le temps a fait son œuvre, Mathilde a choisi cette vieille carte Michelin : « une carte qui a vécu ». Elle l’a encadrée « d’un bout d’une autre carte » car cet espace se trouve au milieu d’autres espaces. Le découpage d’un rectangle dans la partie Est de la carte est là pour montrer le vide, par la transparence.

Les souvenirs de Mathilde prennent place dans l’espace où elle vit. Ils s’y effacent aussi. Le temps fait son œuvre et c’est un document géographique ancien qui doit en témoigner. Au-delà de l’interprétation que l’artiste en fait, ce document est éminemment géographique dans le sens où il est le témoin de l’ancrage d’une jeune à son territoire. Ses souvenirs sont territorialisés. Non seulement, ils rendent compte d’une présence invisible au sens littéraire de la citation de Hugo mais ils témoignent, pour la chercheuse en géographie, de la présence peu visible des jeunes dans les espaces périurbains comme dans la recherche.

Catherine Didier-Fèvre


[1] Mentalement, j’ai ajouté un accent au A de l’œuvre en mettant sur le compte d’une faute d’orthographe cet oubli d’accent. L’article s’est donc retrouvé transformé en adverbe de lieu ! Foutue méthode globale !!

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain.

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain. Ferrand, Alexis. Logiques sociales. L’Harmattan, 2013. 190 p.

948147311_L

Voilà un drôle d’objet éditorial que publie la collection Logique sociales : le texte d’une thèse de sociologie soutenue en 1975 et remaniée en 2013 par son auteur, entre temps devenu professeur d’université à Lille !

C’est donc à la fois un objet historique que nous avons entre les mains et quelque chose d’actuel (puisque le texte a été annoté en 2013). La limite entre les deux n’est pas facile à tracer et cela complique la tâche du lecteur. Ce texte témoigne d’une époque : celle de la sociologie marxiste réalisée à Nanterre sous l’influence d’Henri Lefebvre. Alexis Ferrand écrit alors dans l’entourage d’Alain Touraine ou de Manuel Castells. La bibliographie de l’ouvrage rend compte de ces influences : beaucoup de références des années 1960 et l’absence intrigante (pour une bibliographie présentée dans la préface comme actualisée) de travaux récents de sociologie de la jeunesse (Olivier Galland, par exemple).

A l’époque, Alexis Ferrand s’intéresse aux lieux occupés par les jeunes pendant leur temps libre. Il a l’intuition (intuition qui va se révéler improductive) qu’il peut élaborer une sémiologie de l’espace urbain, dans la lignée des travaux de Roland Barthes (1964) et ceux mené sur l’habitat par les Raymond (H. et MG.) et Haumont (N. et A.) en 1966. Il pense qu’il existe « une représentation des valeurs différentielles des espaces s’organisant plus ou moins en un système de signification. » (p. 40). Il place son travail dans le contexte des réflexions d’Henri Lefebvre sur l’habitat : « L’habiter s’exprime objectivement dans un ensemble d’œuvres, de produits, de choses qui constituent un système partiel : maison, ville, agglomération. En même temps, l’habiter s’exprime dans un ensemble de mots, de locutions… Il y a donc double système, sensible et verbal, objectal et sémantique. (…) Il y a double message, celui des mots, celui des objets… le système des objets permet de cerner et d’analyser le système des significations verbales et inversement. » (p. 41)

Pour cela, Alexis Ferrand est parti à la rencontre des jeunes de Guerville, de Mantes La Ville, de Mantes-La-Jolie et de Vélizy-Villacoublay. Il a fait jouer « le (faux) hasard des rencontres sur le terrain neutre des espaces publics. » (p. 43) Il a baptisé ceux qu’il a rencontré : parisien, discothèque, cave, groupe de Chez Jeannine… A partir de leurs propos se dessine une géographie des lieux juvéniles d’une autre époque où, pour entrer en boîte de nuit, il fallait porter le costume mais où votre parler de banlieue (la banlieue ouest, tout de même !) trahissait votre origine sociale ! Une époque où les jeunes apprentis versaient leur salaire à leurs parents, où les jeunes restaient chez Papa et Maman, au moins, jusqu’au service militaire et ne s’installaient ailleurs que lors de leur mariage. Une époque où on draguait les filles aux bals, dans les boums de la MJC ou mieux dans celles organisées dans le garage d’un copain (les lumières y étaient plus tamisées et donc « les filles plus désirables » (p. 103) ! Une époque où, pour passer le temps, on allait au café et on faisait tout pour y rester sans renouveler sa consommation. D’ailleurs, les choses ont-elles tant changé que cela aujourd’hui ? Les lieux ne sont plus les mêmes mais les pratiques si !

Alexis Ferrand reste toutefois sur sa faim côté « système unifié de signification » (p. 47) Les propos des jeunes sont pauvres lexicalement et peinent à traduire leur rapport à l’espace. La plupart (sauf le Parisien) n’a pas conscience qu’il y a des hommes derrière l’organisation urbaine (des architectes, des urbanistes). Ils résument leur analyse spatiale à des expressions comme « Velizy, c’est creux », « C’est pourri ». « A Vélizy, c’est vraiment du bidon. » (p. 98) Aussi, il oriente son étude vers les mécanismes de formation de groupes d’amis. Il reconnaît aujourd’hui que son analyse était influencée par la socio-économie marxiste. « La question initiale « Est-ce que les jeunes qui font des choses ensemble se ressemblent ? » peut être retournée en postulat : ils se ressemblent parce qu’ils développent des pratiques identiques et les font ensemble. Il faut alors identifier les processus qui produisent des pratiques de temps libre socialement différenciées. » (p. 96) Si les enfants des CSP + avaient des pratiques similaires et se fréquentaient, c’est parce qu’ils allaient au même lycée et avaient les mêmes temps libres, incompatibles avec le temps libre des apprentis et des jeunes travailleurs !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

La petite ville et ses jeunes.

 

000088979

La petite ville et ses jeunes. Jean-Luc Roques. Préface de François Dubet. L’Harmattan, 2004. 240 pages.

« Une fois que l’on admet que l’écrasante majorité des jeunes ne sont pas délinquants, élèves de grands lycées, organisateurs de « raves », consommateurs de drogues ou sportifs de haut niveau, il reste à définir une jeunesse qui ne laissera probablement aucune trace dans l’épopée de l’histoire juvénile, tellement elle est banale : ni victime absolue de la crise économique, ni rebelle avec ou sans cause, ni écrasée par l’échec, ni critique du système. » (p.11). Ainsi commence la préface écrite par François Dubet pour ouvrir le livre de Jean-Luc Roques, son ancien élève.

Et quoi de mieux que cette plume (l’auteur de Les Lycéens) pour replacer le travail de Roques dans un contexte épistémologique ? L’étude de Roques s’intéresse à ceux dont on ne parle pas, comme l’avait fait en son temps Edgar Morin avec les jeunes Bretons de Plodemet (E. Morin, Commune en France : la Métamorphose de Plodemet, Paris, Fayard, 1967). Ici, ce sont les jeunes de deux villes du Sud qui sont étudiés. Uzès et Bagnols-sur-Cèze sont deux cités, aux profils sensiblement différents (une communauté tournée vers son passé, une autre davantage tournée vers l’industrie et notamment atomique). Ce que Roques désigne sous le terme de petite ville est une « entité en soi, c’est à dire qu’elle possède des caractéristiques propres tant dans le domaine économique que culturel ou social. » (p.16). Pour ce faire, la petite ville doit être éloignée de la grande. Il s’agit pour lui d’un espace intermédiaire et ce qui l’intéresse, c’est de voir vivre les jeunes de 15 à 19 ans dans cet environnement et de savoir si celui-ci influe sur eux.

Pour approcher les jeunes des petites villes, Roques a pris le parti de travailler la notion de projet chez eux même s’il est très critique sur la place que celui-ci prend désormais dans la manière d’envisager la vie. Projet scolaire, professionnel, de vie sont abordés par le biais d’un QCM (rempli par 733 jeunes), d’entretiens (20 seulement), de cartes mentales (qui ne sont malheureusement pas reproduites dans le volume). Les questionnaires comme les enquêtes ont été menées par des jeunes de baccalauréat professionnel (classe de première) service-accueil. Ce matériau a été complété par l’exploitation de sources diverses : statistiques INSEE, statistiques de l’inspection académique du Gard, sources diverses de l’histoire locale.

L’objectif de cette étude était de vérifier l’hypothèse qu’il existe trois types d’attitudes par rapport à la problématique du projet. Ces trois stades (en projet, projet médian, anti-projet) révèlent une participation active jusqu’à une attitude de retrait par rapport à l’avenir. Il apparaît que ceux qui ont un projet scolaire sont ceux qui sont les plus satisfaits de leur établissement scolaire. Cette satisfaction va déclinante en fonction de la motivation des jeunes à poursuivre des études. Les filles sont plus motivées par l’école que les garçons. Jean-Luc Roques note aussi une différence entre l’attitude des garçons de Bagnols-sur-Cèze et ceux d’Uzès. Ces derniers sont nettement moins motivés par l’école et l’obtention de diplômes. Il constate aussi que plus l’âge des jeunes augmente et plus ils sont impliqués dans un projet professionnel. L’implication dans tout type de projet est plus forte chez ceux qui vivent dans la commune depuis plus de 10 ans. Si le profil sociologique entre en ligne de compte sans expliquer les différences entre les deux communes, Jean-Luc Roques estime que l’effet de lieu joue pour beaucoup. Les deux petites villes présentent des profils différenciés tant au niveau de l’offre scolaire que du marché de l’emploi. « Le système de valeurs dans ces deux petites villes sont forts différents et sous-tendent des types d’attitudes particuliers (tout au moins pour les jeunes de notre population. » (p. 124). Travail saisonnier et « valorisation de l’oisiveté » (en raison de la présence de touristes) expliqueraient la moindre implication des jeunes dans un projet de quelque nature qu’il soit. Alors qu’à Bagnols-sur-Cèze, le milieu est plus favorable à l’intégration : importance du statut de cité atomique. « L’image de travail industrieux structure l’identité et la conscience collective de cette localité » (p.132) même si la situation économique locale s’est dégradée.

« La petite ville est donc un espace particulier qui possède et développe sa propre identité. Elle développe les marchés qu’elle désire. Elle véhicule les images qu’elle souhaite. Elle exerce un contrôle ou une pression sur les individus » (p. 206). Malgré ce constat assez terrible (effet local important), Jean-Luc Roques veut espérer que les choses vont changer. Bagnols-sur-Cèze est en perte de vitesse côté industrie alors qu’à Uzès le tourisme laisse espérer beaucoup de débouchés, y compris pour sa jeunesse.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

Petit sondage sur le rapport des jeunes à leur maison

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPhotographie de Léa Boscher

Mener une enquête empirique amène à se poser de nombreuses questions sur la véracité des témoignages recueillis. Bien que mes enquêtes de terrain soient nombreuses (près de 100 entretiens réalisés auprès de lycéens et d’étudiants de première année), j’ai eu envie de tester un nouvel outil pour voir les divergences par rapport à mon échantillon.

Je viens donc de mettre en place un petit sondage en ligne sur le site surveymonkey sur le rapport des jeunes à leur maison : http://www.surveymonkey.com/s/HHHWLVB

Idéalement, je cible les jeunes qui habitent dans le périurbain. Pour faire mon tri parmi les réponses, je demande la commune habitée, le département et surtout l’âge de la personne. Tout cela ne peut fonctionner que si les gens qui participent sont francs mais j’ai eu envie d’essayer. Au pire, cela ne donnera rien. Dans le meilleur des cas, j’aurais, peut être, des éléments de comparaison.

A suivre, donc

Atlas des jeunes en France. Les 15 – 30 ans, une génération en marche.

9782746730915FSAtlas des jeunes en France. Les 15 – 30 ans, une génération en marche. Yaëlle Amsellem-Mainguy et Joachim Timoteo. Atlas Autrement, 2012. 96 pages, 19€. Préface de Cécile Van de Velde.

Tracer le portrait d’une génération à son époque contemporaine est un exercice difficile. Cela l’est d’autant plus que « les frontières de la jeunesse bougent : l’entrée dans l’adolescence est plus précoce et le passage à l’âge adulte est quant à lui plus tardif. » La diversité l’emporte. Rien de comparable entre les « jeunes des villes » et les « jeunes des champs », entre ceux de la métropole et ceux des territoires ultrapériphériques, entre ceux obligés de travailler pour payer leurs études et les autres, entre les jeunes valides et les jeunes en situation de handicap.

Pour relever ce défi, les deux auteurs, sociologue et économiste à l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP), ont organisé leur étude entre cinq chapitres tous introduits par les dessins de Riad Sattouf, tirés de « La vie secrète des jeunes », album paru en 2007. Sont ainsi examinés, après avoir dressé le portrait d’une génération, la question de « devenir adulte », celle de l’existence d’un culture jeune, celle des rapports des jeunes aux situations de danger ou bien au fait de militer et de s’engager.

Ce volume fourmille de documents réutilisables dans les cours d’éducation civique ou d’ECJS voir même d’histoire avec cette double chronologie qui montre les dates clés de la jeunesse en 1950 et en 2000. Si, entre ces deux dates, beaucoup d’âges repères ont changé, il n’en est pas de même sur un temps plus court comme permettent de le constater d’autres documents. Halte aux idées reçues ! Les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas des rapports sexuels plus précoces que leurs parents même si le contrôle parental des sorties avant 18 ans s’est relâché. De même, si le nombre de mineurs mis en cause dans des affaires de violence est plus fort en effectif en 2011 qu’en 1996, le pourcentage par rapport à leur classe d’âge diminue. C’est parce que les jeunes sont plus nombreux qu’on a l’impression qu’ils sont davantage mis en cause, les média aidant !

La dernière partie de l’ouvrage consacrée à la thématique de l’engagement démontre que loin d’être une classe d’âge résignée, la jeunesse est prête à jouer un rôle dans la société si l’on en croît les taux d’adhésion aux associations et leurs prises de responsabilité au sein d’elles ou même leur investissement en tant que bénévoles. L’ouvrage s’achève sur la question de la mobilité des jeunes. Celle-ci est un facteur discriminant. « Un jeune ayant changé de région entre le collège et la fin de ses études a près de deux fois plus de chance de trouver un emploi qu’un jeune qui n’a pas été mobile. » Quand on constate que la valeur famille est jugée très importante pour 80% des 18 – 29 ans en 2008 (chiffres en croissance par rapport à 1990), on comprend mieux les réticences à quitter le cocon familial pour aller faire des études. Car ce n’est pas la famille autoritaire qui est plébiscitée mais la famille « espace démocratique au sein duquel l’affectivité est mise en avant. » Si la jeunesse semble différente, c’est aussi parce que la société dans laquelle elle évolue à changer. Voilà une clé de lecture qu’il faut avoir en tête pour étudier n’importe quelle catégorie d’âge !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

Bienvenue sur mon carnet de recherches !

Vous êtes ici sur le carnet de recherches de Catherine Didier Fèvre.

b5870b3ef1846bd3e87e267e723f3dfa

Vous trouverez sur la page (onglet à propos) la présentation de la thèse de doctorat que je prépare depuis deux ans.

Bloggueuse dans le « civil« , j’ai eu envie d’ouvrir un blog consacré à ma recherche en cours. Vous trouverez donc ici des billets rendant compte de mes visites de terrain, de mes lectures, de mes interrogations, de mes impasses mais aussi de mon actualité (colloque, séminaire).