Archives par mot-clé : individu

Introduction à la géographie sociale.

Introduction à la géographie sociale. Guy Di Méo. Paris, Armand Colin, 190 p. 16,80€

Capture d’écran 2014-09-28 à 18.32.25

Le représentant français de la géographie sociale signe ici une introduction à cette branche de la géographie dont l’objet est « l’étude des rapports existant entre rapports sociaux et rapports spatiaux » (JB. Racine, 1986). « La géographie sociale traite donc, conjointement, de l’espace et de la société. Elle n’établit pas de préséance de l’un ou de l’une sur l’autre, puisque les objets qu’elle prend en compte se confondent avec les phénomènes résultant de l’interaction constante et fusionnelle de rapports sociaux et spatiaux, tous de nature sociale. » (p. 8). Si toutes les échelles peuvent être retenues pour comprendre l’entrecroisement des rapports sociaux et spatiaux, la perception que les personnes ont d’un espace est aussi centrale dans cette démarche. Pour autant, la géographie sociale s’efforce de proposer des méthodes de conceptualisation et d’analyse des espaces et des lieux.

Aussi, Guy Di Méo, après avoir présenté la généalogie de la géographie sociale, en expose les objectifs et les méthodes avant d’examiner la spatialité des rapports sociaux, la production des formes de l’espace et les ajustements sociaux des acteurs avec celui-ci. Les développements consacrés dans le chapitre 3 (Espaces, temps, acteurs….) à l’espace du monde vécu, à l’espace géographique cartésien et à l’espace produit social comme aux acteurs sont lumineux. On retiendra, notamment, le système d’interactions proposé p. 78 faisant le lien entre sujet – société – espace ainsi que les paragraphes consacrés à l’identité (p. 93). « Ce qui compte pour l’individu, ce sont les relations tissées entre ces lieux, le sens qu’ils prennent à ses yeux, les uns par rapport aux autres. De fait, l’identité a pour objet de fabriquer une continuité temporelle du sujet. Or, celle-ci ne saurait ignorer les contraintes spatiales. L’individu, en s’identifiant, doit s’inscrire également dans une cohérence de la territorialité : donner du sens à ce qui l’entoure, à la continuité comme aux discontinuités géographiques ; celles qui le séparent, par exemple, des êtres chers. »

Si l’éditeur considère la collection Cursus comme accessible aux étudiants de Licence, il y a fort à parier que le niveau de difficulté du texte décourage des débutants. Cet ouvrage est d’abord et avant tout un ouvrage d’épistémologie, même si des encadrés ponctuent le texte pour proposer des exemples. La présentation des MSI (Métastructures Spatiales Individuelles), ensembles de schèmes mentaux propres à chaque individu, comme de la FSS (Formation Socio-Spatiale reposant sur quatre instances : géographique, économique, politique et idéologique) demeure compliquée à suivre malgré leur application pratique aux départements aquitains.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

L’individu, secrets de fabrication.

L’individu, secrets de fabrication. Sciences Humaines, N° 256, février 2014

13890079092_SH256_258

Etre abonnée à Sciences Humaines, c’est avoir la surprise chaque mois de découvrir dans sa boîte aux lettres un dossier consacré à une thématique différente. Quand celle-ci a un rapport direct avec nos thèmes de recherche, l’enthousiasme est à son apogée ! C’est le cas avec ce numéro consacré à l’individu.

Ce dossier revient sur les idées reçues qui font émerger l’apparition de l’individu à la Renaissance (Elias, 1939). Les travaux de Durkheim (1893) sont aussi remis en question. La position qu’il tenait dans De la division du travail social : « Plus les sociétés sont primitives, plus il y a de ressemblances entre les individus dont elles sont formées. » témoigne d’une autre époque. Jean-Pierre Vernant (1989) comme Paul Veyne (1991) ont montré dans leurs travaux que l’expression des singularités est repérable dès l’Antiquité. Aristote et Platon se sont d’ailleurs affrontés sur le sujet. Le terme individuation apparaît au Moyen Age (Iogna-Prat et Bedos-Rezak. L’individu au Moyen-Age. Individuation et individualisation avant la modernité, 2005.) sous la plume de Dun Scot dans le cadre de la querelle des universaux portant sur la nature des notions générales. On doit à G. Simondon (1924-1989) l’idée que « l’individuation n’est jamais un produit « fini ». Les êtres s’adaptent et changent en fonction du milieu. L’individuation est un processus permanent et l’individu est un être en perpétuel devenir. » (p. 35) Les biologistes (Prochiantz ou Kupiec) confirment l’idée que l’individu n’est pas programmé mais qu’il se construit progressivement. Carl Jung (1875-1961) considère que l’individuation est un phénomène tardif propre à l’âge adulte alors que pour les psychanalystes de l’enfance, elle est propre à l’enfance. Le philosophe Vincent Descombes rend compte de ses divergences avec les sociologues et les psychanalystes en rappelant qu’individuation (existence en tant qu’individu) et qu’individualisation (distinction d’un individu par rapport aux autres) ne sont pas synonymes. « Pour pouvoir s’individualiser, il faut préalablement exister en tant qu’individu. » (p. 50)

La rédaction de SH a joué le jeu de l’individualisation jusqu’au bout en plongeant le lecteur dans les coulisses de fabrication du journal (dans la lignée du N° consacré à son 20ème anniversaire) et en donnant la parole dans l’éditorial à Martine Fournier. Cette dernière annonce son départ du magazine et transmet le relais à Héloïse Lhérété, jusque là responsable de la rubrique courrier des lecteurs. Les individus passent mais le journal reste. Ouf !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes