Archives par mot-clé : identité

Introduction à la géographie sociale.

Introduction à la géographie sociale. Guy Di Méo. Paris, Armand Colin, 190 p. 16,80€

Capture d’écran 2014-09-28 à 18.32.25

Le représentant français de la géographie sociale signe ici une introduction à cette branche de la géographie dont l’objet est « l’étude des rapports existant entre rapports sociaux et rapports spatiaux » (JB. Racine, 1986). « La géographie sociale traite donc, conjointement, de l’espace et de la société. Elle n’établit pas de préséance de l’un ou de l’une sur l’autre, puisque les objets qu’elle prend en compte se confondent avec les phénomènes résultant de l’interaction constante et fusionnelle de rapports sociaux et spatiaux, tous de nature sociale. » (p. 8). Si toutes les échelles peuvent être retenues pour comprendre l’entrecroisement des rapports sociaux et spatiaux, la perception que les personnes ont d’un espace est aussi centrale dans cette démarche. Pour autant, la géographie sociale s’efforce de proposer des méthodes de conceptualisation et d’analyse des espaces et des lieux.

Aussi, Guy Di Méo, après avoir présenté la généalogie de la géographie sociale, en expose les objectifs et les méthodes avant d’examiner la spatialité des rapports sociaux, la production des formes de l’espace et les ajustements sociaux des acteurs avec celui-ci. Les développements consacrés dans le chapitre 3 (Espaces, temps, acteurs….) à l’espace du monde vécu, à l’espace géographique cartésien et à l’espace produit social comme aux acteurs sont lumineux. On retiendra, notamment, le système d’interactions proposé p. 78 faisant le lien entre sujet – société – espace ainsi que les paragraphes consacrés à l’identité (p. 93). « Ce qui compte pour l’individu, ce sont les relations tissées entre ces lieux, le sens qu’ils prennent à ses yeux, les uns par rapport aux autres. De fait, l’identité a pour objet de fabriquer une continuité temporelle du sujet. Or, celle-ci ne saurait ignorer les contraintes spatiales. L’individu, en s’identifiant, doit s’inscrire également dans une cohérence de la territorialité : donner du sens à ce qui l’entoure, à la continuité comme aux discontinuités géographiques ; celles qui le séparent, par exemple, des êtres chers. »

Si l’éditeur considère la collection Cursus comme accessible aux étudiants de Licence, il y a fort à parier que le niveau de difficulté du texte décourage des débutants. Cet ouvrage est d’abord et avant tout un ouvrage d’épistémologie, même si des encadrés ponctuent le texte pour proposer des exemples. La présentation des MSI (Métastructures Spatiales Individuelles), ensembles de schèmes mentaux propres à chaque individu, comme de la FSS (Formation Socio-Spatiale reposant sur quatre instances : géographique, économique, politique et idéologique) demeure compliquée à suivre malgré leur application pratique aux départements aquitains.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale.

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale. Guy Bajoit. Armand Colin, Recherches. 2013. 28€99. 393 p.

9782200285395FS

Si Guy Bajoit, professeur émérite de sociologie à l’Université catholique de Louvain, a passé sa vie à travailler sur l’Individu, c’est en réaction au discours qu’il a entendu en 1954 lors d’une retraite dans un monastère alors qu’il était élève d’un collège catholique. Le religieux, qui haranguait les adolescents, les incitait à obéir à leurs « parents, à leurs maîtres et surtout à Dieu » (p. 19) et à ne surtout pas agir en tant qu’individu ! Cette négation du libre-arbitre a poussé notre homme à comprendre les raisons qui poussent chacun à être différent et à « inventer sa vie » (p. 13) malgré les contraintes sociales qui formatent les existences.

Le modèle culturel subjectiviste incite chacun à se doter d’une identité épanouie et à ne plus reproduire les modèles transmis. Ce modèle dominant au XXème siècle, consacrant l’individu sujet de lui-même, est le résultat d’un long processus historique commencé depuis l’Antiquité (contrairement à ce qu’avance Alain Touraine). L’objet de l’ouvrage vise à comprendre « comment les individus gèrent les tensions existentielles que leur causent les relations sociales, afin de se (re)construire une identité plus épanouie et plus paisible. » (p. 11)

Pour cela, la méthode de la socio-analyse est particulièrement appropriée. Elle part de l’idée qu’ « il ne peut y avoir de causalité mécanique entre la pratique des relations et les conduites, parce que l’individu est toujours quelque peu sujet de lui-même. Dès lors, il interpose sa conscience intuitive (instinctive / expressive et intelligente / réflexive) entre, d’une part, les contraintes structurelles (sociales et culturelles) qui orientent les relations et, d’autre part, ses conduites : il gère son conditionnement, il décide toujours en partie de ce qu’il fait, dit, pense et même de ce qu’il sent ; par conséquent, son comportement est toujours imprévisible. » (p. 113)

Guy Bajoit met en application cette méthode à travers l’analyse des multiples entretiens qu’il a menés en Belgique et en Amérique Latine (Chili, essentiellement) avec 9 individus qui ont opéré un revirement identitaire. Il relate les histoires de ces personnes et examine leur quête d’identité ainsi que les processus de libéralisation qu’ils ont mis en œuvre. Au fil des chapitres, il reprend les éléments biographiques des uns et des autres au prisme de leurs attentes relationnelles, de leurs malaises identitaires. Cela peut sembler assez répétitif mais le processus est nécessaire pour « identifier » chacun de ces individus. Toutefois, le profil des enquêtés (importance des enfants issus de couples en confit ou séparés, individus victimes de pédophilie, d’alcoolisme, d’addictions…) entrave l’empathie que le lecteur pourrait avoir avec ces individus. La place des récits de vie est centrale dans l’ouvrage et aide à suivre la théorisation de la socio-analyse des relations sociales (même si certains passages restent tout de même assez ardus).

Ce livre a toute sa place dans la collection Recherches des éditions Armand Colin. Le texte montre une recherche en train de se faire. Stimulant !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités.

Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités. France Guérin-Pace et Elena Filippova. INED, L’Aube, 2008. 276 pages.

11918621_9187755

Le lien entre identité et territoire peut paraître peu évident dans un contexte de mondialisation à l’origine d’appartenances multiples. Il s’agit de comprendre comment se fonde le sentiment d’appartenance ? Qu’est-ce qui fait que certains lieux sont plus porteurs d’identités que d’autres ? Telles étaient les questions que se sont posées les chercheurs réunis à l’INED en 2007. Sont ici rassemblées les contributions d’une quinzaine d’intervenants : simples doctorants ou professeurs confirmés (Hervé Le Bras, Yves Guermond).

 

Un lien entre identités et territoire pas si évident que cela

 

Si l’essentiel des textes rassemblés ici tourne autour de l’individu, il faut faire attention à ne pas faire systématiquement le lien entre identités et territoire. « En effet, d’une part, le fait même de partager un territoire ne suffit pas à générer une identité unique. » Le parcours d’un individu s’inscrit habituellement dans la longue durée d’une histoire familiale ou d’une histoire locale. Mais l’âge, comme le niveau d’études ou la profession interviennent pour construire un territoire individuel ou collectif. La mobilité géographique joue aussi un rôle dans la construction spatiale de l’identité. C’est ce qu’ont montré les sources mobilisées (enquête Histoire de vie, entretiens semi-directifs) par les chercheurs. « Le sentiment d’appartenance à un territoire se construit sur une expérience et des représentations partagées d’une histoire et d’une mémoire collective. » Ainsi, 55% des personnes interrogées répondent le nom d’une commune à l’injonction : « Si on vous demande d’où vous êtes. » France Guérin-Pace interprète cette réponse comme une marque d’individualisation.

 

Les relations au territoire : entre appropriation et appartenance

 

Deux modes de relations au territoire apparaissent : l’appropriation et l’appartenance. L’appropriation demande de se sentir bien dans son territoire. La projection vers un Ailleurs est le plus souvent un mécanisme compensatoire. L’appartenance à un territoire passe par le processus de socialisation et l’acquisition de connaissances historiques et géographiques. On peut s’approprier un territoire tout en se sentant appartenir à un autre. Yannick Sencébé distingue quatre types d’appartenance en fonction de lieux et des liens.

–                     Dans le cas des lieux d’appartenance qui font liens, le pôle d’attraction est prédominant.

–                     Il y a le cas des liens d’appartenance qui font lieux. Les réseaux jouent un rôle central. Mieux vaut parler d’ancrage dans ce cas-ci.

–                     Les liens et les lieux d’appartenance sont dissociés dans le cas des gens qui estiment qu’ils n’ont rien à faire ici mais qui y restent car ils n’ont pas les moyens d’aller ailleurs. « Il y a donc une tension entre un ici, pourvoyeur de l’identité familiale, et un ailleurs, porteur de l’identité sociale. »

–                     Enfin, le temps présent définit les lieux et les liens d’appartenance. « Les lieux sont des occasions supports pour tisser des liens, et les liens sont des points d’appui pour s’approprier ou fréquenter de nouveaux lieux. » Même dans ce dernier cas, il existe toujours un besoin d’attache, de stabilité, d’identification. « L’appartenance est un processus dynamique en tension entre les pôles de l’attachement et de la distanciation. »

Marie Laetitia Helluy-des Robert estime qu’il existe trois degrés d’intensité du lien à l’espace :

–                     L’attachement spatial : c’est le premier degré du lien spatial qui peut se limiter à un lien affinitaire avec un lieu sans autre enjeu.

–                     L’appropriation spatiale a lieu quand l’individu s’investit affectivement dans les lieux. L’attachement est plus fort. L’appropriation peut être de différentes natures : culturelle (référence à la culture du pays), physique (par la fréquentation du territoire) et mémorielle (importance de l’imprégnation enfantine).

–                     L’incorporation existe quand les lieux font totalement sens pour l’individu. Il y a un véritable investissement territorial au sens premier du terme territoire (espace approprié par un individu).

 

Le lien au territoire à l’épreuve des faits

 

De nombreux exemples sont développés dans cet ouvrage pour rendre compte de l’attachement à un territoire. L’article de Catherine Armaret sur les lieux de sépulture en est un bon exemple. Elle s’intéresse plus spécifiquement à la sépulture de cendres car la loi, malgré le décret de 2007, est permissive par rapport à ce qui est prévu concernant les corps. Elle a formulé l’hypothèse que le destin des cendres (source : testaments de crémation) était révélateur de l’identité territoriale. Son étude montre que, dans un certain nombre de cas, un testament très précis est rédigé. Mais, paradoxalement, la moitié des personnes qui ont prévu de se faire incinérer n’ont pas envisagé la destinée de leurs cendres. Vincent Veschambre s’intéresse à la patrimonialisation des espaces jusque là désaffectés : chapelles, usines, unité d’habitation de Firminy, camp d’internement de Tsiganes à Montreuil Bellay. Il voit dans ce processus de patrimonialisation un processus de construction identitaire ou une identification à un espace. Ce sont les déracinés (ceux qui sont ici depuis peu) qui s’investissent le plus dans ce genre d’initiative. C’est aussi, pour eux, une manière de valoriser leur quartier et d’en espérer, à terme, une gentrification dont ils seront les bénéficiaires en tant que propriétaires fonciers.

 

L’entrée par l’identité et le territoire est très riche comme en témoigne la diversité des contributions. L’identité territoriale ne se décrète pas. L’identité transfrontalière de la Grande Région SarLorLux a été difficile à construire sans parler du destin éphémère de la Septimanie, chère à Georges Frêche. Car « à vouloir participer de cette dynamique générale et aspirer à devenir autre chose que ce qu’elle est, à savoir un espace essentiellement économique, pensé par le géographe et mis en musique par le politique, la région ne peut se doter d’une identité propre qu’à condition de ne pas ruiner les efforts d’affirmation des territoires qui, en son sein, concomitamment, s’inventent et se réinventent. » Une belle leçon de Sylvie Sagnes pour les cabinets de marketing territorial !

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes