Archives par mot-clé : Howard S. Becker

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago.

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago. Jean Peneff, L’harmattan, 2014, 146 p.

Capture d’écran 2014-11-06 à 18.38.08

En 2013, l’EHESS consacrait un séminaire spécial au plus français des sociologues américains : Howard S. Becker. En 2014, sort l’ouvrage de Jean Peneff, professeur émérite de sociologie, consacré à ce grand sociologue, pianiste de jazz et photographe.

Il faut dire que Howard S. Becker est un sacré personnage ! Musicien de jazz jouant dans des boîtes de striptease dans les années 40, il décide de faire une étude sociologique du milieu de la nuit et de sa clientèle. Non seulement, c’est totalement inédit mais il voit son doctorat de sociologie comme un hobby : « le véritable boulot, c’était de jouer du piano ». Il devient finalement professeur à l’université, par un pur hasard (d’après lui) suite à l’accident mortel de son prédécesseur passé sous un autobus. A ce poste, il va rompre avec les codes conventionnels ayant cours à l’université. Il fait cours dans un sous-sol de la fac, abandonne le face-à-face magistral, refuse toutes responsabilités afin de continuer le terrain. Et des terrains, il va en explorer plus d’un : le milieu médical, de l’enseignement, des drogués, le monde de l’art… Il ne veut « pas se couper des actifs, des réalités économiques, des conditions ordinaires des salariés. » (p. 47) même s’il « n’interroge guère des personnes inférieures à sa propre condition ». Il reconnaît « Oui j’ai manqué tout ça, mais où était mon matériau ? La classe ouvrière, je ne la connais pas de naissance ; mais les classes moyennes si ! Alors je fais avec les moyens du bord. J’ai observé leur envahissement et la montée des loisirs ; et puis j’ai pressenti l’élimination des barrières entre la vie publique et la vie privée, l’exhibition permanente de soi. » (p. 129)

L’essentiel de l’ouvrage est consacré aux méthodes expérimentées par Becker : observation participante, interactionnisme, ses mondes sans que son style mordant ne puisse être restitué par Peneff. La part faite à la musique est faible dans l’ouvrage, contrairement à ce que le sous-titre laissait présager. La bibliographie qui clôt le livre donnera l’occasion aux lecteurs de continuer la découverte de ce drôle de personnage qui martèle à ses étudiants : « Faites le maximum de terrains, acquerrez la confiance, prenez en mains votre destin professionnel : c’est à vous de le découvrir ! » (p. 134).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales.

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.). Paris, EHESS, 2014. 359 p. 16€.

fda83a7bbc

Vous êtes « un être hybride, mi-étudiant, mi-adulte, coincé entre deux âges » (Lhérété, 2011), bref un doctorant, alors ce livre est fait pour vous ! Sa lecture vient à point nommé pour rebooster les étudiants laborieux en cours de rédaction. Car, quand on s’embarque dans une aventure de longue haleine de la sorte, il est bon de se plonger dans des ouvrages de méthodologie qui rassurent et poussent à continuer dans la voie engagée et dans les délais impartis (de plus en plus courts depuis la réforme du doctorat en 2007). Si Les ficelles du métier d’Howard S. Becker et L’art de la thèse de Michel Beaud sont les livres de chevet de tous, il faudra désormais y compter, parmi les indispensables, cet ouvrage lumineux.

Ce livre est le résultat du séminaire doctoral de l’EHESS Les aspects concrets de la thèse mis en œuvre par Moritz Hunsmann (politologue post-doctorant à l’EHESS) et Sébastien Kapp, (sociologue collaborateur à l’Université Libre de Bruxelles). Le blog éponyme, est l’indispensable complément à l’ouvrage puisqu’il permet d’écouter et de voir les vidéos des séances du séminaire. L’ensemble (livre et blog) regorge de conseils aussi simples qu’indispensables. Howard S. Becker a préfacé l’ouvrage et, comme à son habitude, donne des tuyaux tout simples pour arriver au bout de cette rédaction qui met à l’épreuve l’endurance des plus motivés. « (…) Je vais vous livrer un secret qui m’a permis de finir ma thèse rapidement et sans souffrance inutile. J’écrivais deux pages par jour, sans exception. C’était ma tâche quotidienne. (…) Un ami avait fait le calcul à ma place : si l’on écrit deux pages par jour, à la fin de l’année, on disposera de 730 pages, c’est-à-dire assez pour au moins deux thèses. » (p. 15). Car le maître mot de Becker face à l’angoisse de la feuille blanche (ou du clavier) est toujours le même : il vaut mieux écrire quelque chose de mauvais que rien du tout. Il est plus facile de retravailler un texte imbuvable qu’un texte qui n’existe pas. Une évidence, dont il ne reste plus qu’à se convaincre !

Les articles réunis ici sont là pour ça et même si tous les sujets sont différents, les problématiques de recherche sont très semblables. « La thèse se doit de rendre compte, d’expliciter les incertitudes et choix qui ont été faits. Elle conserve ainsi une bonne partie de l’échafaudage qui a rendu possible la construction du travail et qui rend compréhensibles les modalités de production du savoir. » (p. 44) Les textes rassemblés sont criants d’esprit pratique (que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?, Rédiger sa thèse comme on assemble un puzzle, la communication orale, publier pendant sa thèse, le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs…) et de vérités toutes banales qu’on a besoin de lire pour s’en convaincre. La question des méthodes d’enquête et de production de données n’est pas occultée. Les auteurs sont nombreux à battre en brèche la partition qualitatif / quantitatif et le cloisonnement entre les disciplines. Ils militent pour l’innovation en termes de recherche, compétence particulièrement appréciée sur le marché universitaire. Toute méthode est bonne à condition d’être explicitée : « Fondamentalement, l’auteur prend le lecteur par la main pour l’emmener dans un lieu inconnu ; tout en lui ménageant quelques surprises, il lui explique où ils vont et pourquoi ils y vont. » (p. 209) S’il faut écrire pour penser, il faut avoir en tête que « parler n’est pas écrire » (p. 218).  La publication d’articles dans des revues scientifiques est indispensable comme l’est la participation à des colloques et à des séminaires mais les compétences à mettre en œuvre ne sont pas du même ordre et il faut en être conscient, même si dans les deux cas, il faut fournir matière à discussion. Les candidats aux pré-sélections au concours Ma thèse en 180 secondes qui se déroulent cette semaine à Paris Ouest en savent quelque chose ! Un coaching spécial a été mis en place par les services universitaires pour entraîner ces poulains qui représenteront la fac à l’international. Car, les doctorants sont les vitrines des universités et il ne faut pas oublier de les bichonner !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail.

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail. Marc Perrenoud (dir.). Paris, La Découverte, 2013. 237 p. 22€

becker

C’est à Howard S. Becker, monument de la sociologie contemporaine, qu’a été dédié le colloque L’héritage interactionniste en sociologie du travail, qui s’est tenu en octobre 2011 à Lausanne.

Howard S. Becker (1928 – ) est l’un des principaux animateurs de la « deuxième Ecole de Chicago ». Disciple de Everett C. Hughes, il a promu l’interactionnisme, y compris dans le domaine de la sociologie du travail. Jusque là, un métier était vu comme un « faisceau de tâches » alors que la sociologie interactionniste adopte une vision globale « incluant le travailleur, ses pairs, sa hiérarchie mais aussi son « public », clients, donneurs d’ordre, bénéficiaires de la prestation de service dans un « théâtre social du travail » (social drama of work) généralisé. » (p. 7) En adoptant cette approche globale, Becker a mis à jour ceux qu’ils appellent les Outsiders (1963), c’est à dire les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana – et a décrypté le fonctionnement des mondes de l’art (Les mondes de l’art, 1982).

L’ouvrage est ordonné en deux parties, rassemblant toutes deux, des études de cas très concrètes même si une montée en généralités et une réflexion méthodologique sont davantage présentes dans la seconde partie.

Le théâtre social du travail et les mondes de l’art

L’histoire du dopage dans le cyclisme permet de comprendre comment un acte banal est devenu criminel, à partir de l’affaire Festina (1998) surtout. Se doper « à l’insu de son plein gré » est rendu possible par le fait que « la déviance est une expérience subjective dépendant du rapport à la norme du déviant comme de l’entrepreneur de morale. » (p. 24) Le cas des DRH dans les secteurs de l’horlogerie et de la banque en Suisse, spécialistes des interactions au sein des organisations, montre que nombreux parmi eux s’identifient au rôle du patron mais vivent très mal l’organisation des licenciements qui leur incombent, d’autant plus quand ils sont issus d’un milieu ouvrier (cf. Ressources humaines, 1999.). Le détachement du corps médical vis à vis de leurs patients est lu comme une manière de se protéger d’une situation anxiogène.

Les mondes de l’art sont représentés ici par des textes consacrés au métier de tatoueur ainsi qu’au cas des musiciens d’entertainment avant qu’un dernier article propose des pistes pour étudier autrement les mondes de l’art : suivre le destin d’une œuvre d’art, par exemple. Dans tous les cas, le fait de créer n’est pas vu comme une démarche individuelle mais « comme un travail collectif soumis à des principes classiques de division et de coordination du travail, faisant l’objet de coopérations, de tensions et de conflits au même titre que les autres activités professionnelles organisées. » (p. 101) Howard S. Becker estime d’ailleurs dans son article que l’étude des conflits entre les différents acteurs du monde de l’art nous en apprend beaucoup sur son organisation.

L’héritage interactionniste, méthode et théorie

Anne-Marie Arborio réfléchit sur les limites des entretiens biographiques et propose de les croiser avec des sources historiques afin de les contextualiser. Michaël Meyer reprend les enseignements qu’il avait présentés dans l’ouvrage Le précis de photographie à l’usage des sociologues. PUR, 2013 à partir d’une étude sur Police secours. En revanche, les considérations sur les problèmes de traduction des écrits de H. S. Becker auront sans doute un intérêt pour qui envisage de traduire des textes de la sociologie interactionniste en français et allemand. A défaut, ce texte demeure assez rebutant.

L’article de Jean-Michel Chapoulie revient sur les raisons du succès de la sociologie interactionniste en France dans un contexte post-soixante-huitard. Il trace pour cela une histoire de la sociologie française et montre qu’avant cette date, les sociologues avaient une démarche très quantitativiste. Il faut attendre les programmes de recherche financés dans le cadre des politiques publiques socialistes pour qu’une démarche ethnographique soit généralisée. Désormais, tout domaine peut être potentiellement étudié. Le long et difficile article de Pierre-Michel Menger qui clôture l’ouvrage rappelle que mener une enquête sociologique ou ethnographique n’est pas une mince affaire. Plus les interactions sont nombreuses et plus il est difficile de monter en généralités et de répondre à ces questions : « Comment fait-on des choses ensemble ? Comment s’y prend-on pour aboutir à un résultat ? » (p. 236)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes