Archives par mot-clé : groupe des pairs

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain.

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain. Ferrand, Alexis. Logiques sociales. L’Harmattan, 2013. 190 p.

948147311_L

Voilà un drôle d’objet éditorial que publie la collection Logique sociales : le texte d’une thèse de sociologie soutenue en 1975 et remaniée en 2013 par son auteur, entre temps devenu professeur d’université à Lille !

C’est donc à la fois un objet historique que nous avons entre les mains et quelque chose d’actuel (puisque le texte a été annoté en 2013). La limite entre les deux n’est pas facile à tracer et cela complique la tâche du lecteur. Ce texte témoigne d’une époque : celle de la sociologie marxiste réalisée à Nanterre sous l’influence d’Henri Lefebvre. Alexis Ferrand écrit alors dans l’entourage d’Alain Touraine ou de Manuel Castells. La bibliographie de l’ouvrage rend compte de ces influences : beaucoup de références des années 1960 et l’absence intrigante (pour une bibliographie présentée dans la préface comme actualisée) de travaux récents de sociologie de la jeunesse (Olivier Galland, par exemple).

A l’époque, Alexis Ferrand s’intéresse aux lieux occupés par les jeunes pendant leur temps libre. Il a l’intuition (intuition qui va se révéler improductive) qu’il peut élaborer une sémiologie de l’espace urbain, dans la lignée des travaux de Roland Barthes (1964) et ceux mené sur l’habitat par les Raymond (H. et MG.) et Haumont (N. et A.) en 1966. Il pense qu’il existe « une représentation des valeurs différentielles des espaces s’organisant plus ou moins en un système de signification. » (p. 40). Il place son travail dans le contexte des réflexions d’Henri Lefebvre sur l’habitat : « L’habiter s’exprime objectivement dans un ensemble d’œuvres, de produits, de choses qui constituent un système partiel : maison, ville, agglomération. En même temps, l’habiter s’exprime dans un ensemble de mots, de locutions… Il y a donc double système, sensible et verbal, objectal et sémantique. (…) Il y a double message, celui des mots, celui des objets… le système des objets permet de cerner et d’analyser le système des significations verbales et inversement. » (p. 41)

Pour cela, Alexis Ferrand est parti à la rencontre des jeunes de Guerville, de Mantes La Ville, de Mantes-La-Jolie et de Vélizy-Villacoublay. Il a fait jouer « le (faux) hasard des rencontres sur le terrain neutre des espaces publics. » (p. 43) Il a baptisé ceux qu’il a rencontré : parisien, discothèque, cave, groupe de Chez Jeannine… A partir de leurs propos se dessine une géographie des lieux juvéniles d’une autre époque où, pour entrer en boîte de nuit, il fallait porter le costume mais où votre parler de banlieue (la banlieue ouest, tout de même !) trahissait votre origine sociale ! Une époque où les jeunes apprentis versaient leur salaire à leurs parents, où les jeunes restaient chez Papa et Maman, au moins, jusqu’au service militaire et ne s’installaient ailleurs que lors de leur mariage. Une époque où on draguait les filles aux bals, dans les boums de la MJC ou mieux dans celles organisées dans le garage d’un copain (les lumières y étaient plus tamisées et donc « les filles plus désirables » (p. 103) ! Une époque où, pour passer le temps, on allait au café et on faisait tout pour y rester sans renouveler sa consommation. D’ailleurs, les choses ont-elles tant changé que cela aujourd’hui ? Les lieux ne sont plus les mêmes mais les pratiques si !

Alexis Ferrand reste toutefois sur sa faim côté « système unifié de signification » (p. 47) Les propos des jeunes sont pauvres lexicalement et peinent à traduire leur rapport à l’espace. La plupart (sauf le Parisien) n’a pas conscience qu’il y a des hommes derrière l’organisation urbaine (des architectes, des urbanistes). Ils résument leur analyse spatiale à des expressions comme « Velizy, c’est creux », « C’est pourri ». « A Vélizy, c’est vraiment du bidon. » (p. 98) Aussi, il oriente son étude vers les mécanismes de formation de groupes d’amis. Il reconnaît aujourd’hui que son analyse était influencée par la socio-économie marxiste. « La question initiale « Est-ce que les jeunes qui font des choses ensemble se ressemblent ? » peut être retournée en postulat : ils se ressemblent parce qu’ils développent des pratiques identiques et les font ensemble. Il faut alors identifier les processus qui produisent des pratiques de temps libre socialement différenciées. » (p. 96) Si les enfants des CSP + avaient des pratiques similaires et se fréquentaient, c’est parce qu’ils allaient au même lycée et avaient les mêmes temps libres, incompatibles avec le temps libre des apprentis et des jeunes travailleurs !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde.

Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde. Madeleine Gauthier et Jean-François Guillaume. L’harmattan, 1999. 270 pages.

001093397

C’est à l’association internationale des sociologues de langue française que l’on doit l’organisation du colloque « Stratégies d’insertion sociale des jeunes dans un contexte d’incertitudes » à Evora au Portugal. Un drôle de colloque puisque ce n’est pas tant ce thème qui a été traité à cette occasion qu’une réflexion sur la définition de la jeunesse et sa pertinence à l’étudier qui a été mené. Il faut dire que le sujet, par sa définition complexe, a de quoi faire couler beaucoup d’encre. La tournure des débats de ce colloque a légitimé le titre du volume rassemblant les contributions des participants à cet événement.

 

La critique des divers regards portés sur la jeunesse

 

« Depuis le milieu des années 1960, en France, un étrange débat traverse épisodiquement le petit monde des sociologues : il s’agit de savoir si la jeunesse existe comme un groupe social relativement homogène ou s’il n’est « qu’un mot », selon la formule de Pierre Bourdieu (1980). » On en vient même à se demander si l’âge peut être retenu comme un angle de catégorisation pertinent pour comprendre les mécanismes qui structurent notre société. Les autres courants de la sociologie (sociologie de l’éducation initiée par Durkheim, celle des générations de Mannheim, celle de la déviance, celle de la reproduction – des classes sociales –) ont eu tendance à récupérer la jeunesse et à nier le fait qu’elle soit un domaine particulier de la sociologie. Si le texte de Bourdieu (La jeunesse n’est qu’un mot) a souvent été interprété par les médias comme ne pouvant être assimilé à un concept, il apparaît pourtant que Bourdieu fait de la jeunesse un élément essentiel de sa théorie de l’habitus : « ensemble de relations historiques « déposées » au sein des corps individuels sous la forme de schémas mentaux et corporels de perception, d’appréciation et d’action » (Bourdieu et Wacquant, 1992).

 

La jeunesse se forme en fonction du capital scolaire, culturel, relationnel. Elle est donc diverse. Le terme n’a pas du tout la même signification selon les époques. C’est ce que montrent bien les travaux de Giovanni Lévi et de Jean-Claude Schmitt (Histoire des jeunes en Occident, 1996). L’approche historique permet de constater que certaines périodes sont plus sensibles que d’autres à la question des jeunes. Au Moyen Age, la jeunesse s’éternisait tant que les détenteurs du patrimoine n’étaient pas décédés. « La division des âges est donc une affaire de pouvoir, de partage des pouvoirs et produit un ordre auquel chacun doit se tenir à sa place. » (p. 31) Le projet moral élaboré par les adultes pour les jeunes se heurte aux revendications juvéniles. Les rituels de la vie marque l’emprise des adultes sur cet âge intermédiaire. Les thématiques déployées autour de la jeunesse touche le plus souvent : l’emploi, les risques courus par les jeunes.

 

Il est à craindre que les sociologues qui étudient la jeunesse y calquent des schémas propres à leur âge. Ainsi, pour Jacques Hamel, Olivier Galland voit la jeunesse comme l’entrée dans l’âge adulte par le biais du parcours scolaire – professionnel et par celui de l’axe familial et matrimonial. Ces seuils tendent de plus en plus à être repoussés (plus de deux ans entre la génération née en 1963 et celle née en 1971) sans compter les difficultés d’insertion sur le marché du travail. Il y a le plus souvent « déconnexion des seuils » si bien qu’il y a redéfinition de l’identité de la jeunesse. Le modèle décrit par Galland est celui de la jeunesse de l’après guerre des sociétés occidentales. Est-il valable pour étudier la jeunesse d’aujourd’hui ? Ainsi les adultes voient dans la fin des études un seuil alors que pour beaucoup de jeunes, ce n’est qu’un tremplin. Il faut donc considérer ces éléments de manière relative.

 

Si il faut évacuer à la fois le capital social (Bourdieu) et un effet de génération (Galland) pour étudier la jeunesse, la chose se complique. La théorie de la structuration d’Antony Giddens (La constitution de la société, 1978) peut offrir une solution. Il s’agit de l’étude « des modes par lesquels les systèmes sociaux, qui s’ancrent dans les actions des acteurs compétents, situés dans le temps et dans l’espace et faisant usage de règles et ressources dans une diversité de contexte d’action, sont produits et reproduits dans l’interaction des acteurs par elle même. »

 

Prendre en compte la jeunesse témoigne de l’évolution sociale qu’ont connu les parcours de vie et le fait que plusieurs jeunesses existent. Cette phase de la vie est vue aujourd’hui comme une phase d’apprentissage de la société et d’intégration sociale. La jeunesse est une période qui se trouve au croisement de la sphère privée (famille) et publique (collectivités et sociétés). Le groupe des pairs joue un rôle majeur dans la découverte de soi par la rencontre de l’autre. La jeunesse est une expérience sociale qui se construit autour d’éléments objectifs alliés à des significations subjectives.

 

L’analyse et la critique des concepts qui servent à parler de la jeunesse

 

Les notions de transmission, de socialisation, d’intégration et d’insertion sont au centre des préoccupations sur les jeunes. Les deux premières idées sont développées dans les travaux de Parsons. Les écrits de Talcott Parsons (The social system. London, 1951) font apparaître une théorie déterministe des trajectoires du passage des jeunes à la vie adulte. La socialisation primaire des enfants revient à la famille. Lors de la jeunesse, la famille doit soutenir l’émancipation des jeunes. Elle est aidée en cela par l’école ou le groupe de pairs. La culture jeune tient une place centrale dans ce processus. Il est important de replacer les écrits de Parsons dans leur contexte : l’essor des EU après la seconde guerre mondiale, croissance économique et plein emploi.

 

Le texte de Marc Molgat montre que l’insertion part du principe que c’est aux jeunes d’agir afin de s’insérer alors que dans le cas de l’intégration, leur action ne suffit pas. Il faut que les autres acceptent de les intégrer. La problématique de l’insertion a été développée dans les années 1970 par les néo-marxistes et par la sociologie objective « bourdieusienne » (voir les travaux de Jean Jousselin et de Bertrand Schwartz). Elle a été abandonnée dans les années 1980 pour être remplacée par celle « d’entrée dans la vie » (Galland, 1991) en France alors qu’au Québec elle a perduré (surtout pour s’opposer à l’idée d’intégration). L’insertion est caractéristique des travaux de la sociologie de la jeunesse de Madeleine Gauthier. Depuis 1990, en France et au Québec, la sociologie de la jeunesse insiste sur le rapport à l’espace des jeunes et sur la manière dont ces derniers se construisent une place dans la structure sociale. Elle est basée sur l’idée d’appartenance, qui peut être multiple.

 

Christine Jaminon revient, avec l’exemple belge, sur les concepts d’intégration et d’insertion. « S’insérer consisterait alors à rattraper la distance qui sépare la situation de l’individu et celle de son intégration telle qu’elle est définie par un certain nombre de repères normatifs : disposer d’un cadre de vie décent, suivre une scolarité « normale », obtenir un emploi stable, etc. » (p. 98) En Belgique, le système économique ne permet pas aux jeunes de s’insérer même si le système éducatif (article de Marc Lavallée) fait tout pour leur en donner les clés en étant un lieu de socialisation à la vie en groupe. L’école est un lieu où se gère la transition entre l’individu et le citoyen. Dans le cas des enfants d’immigrés (seconde génération, au Québec), Myriam Simard estime qu’il faut appliquer une approche multifactorielle afin d’étudier leur insertion. Elle donne toute sa place aux influences et incidences de l’environnement géographique et ethnique sur la rapidité d’insertion de ces jeunes.

 

Où mettre l’accent dans les études sur la jeunesse ?

 

Pour Erikson (1951), la jeunesse constitue une sorte de moratoire, « une phase de liberté faite d’une diversité d’expériences avant de s’installer dans la vie adulte » (p. 147) Strauss (1989) montre qu’on parvient à l’âge adulte par des changements successifs d’identité. Il en vient à se demander si le concept de jeunes a encore une raison d’être en sociologie. Pour Galland (1991), il y a passage d’un mode instantané (modèle de l’identification) à un mode progressif (modèle d’expérimentation) d’accès à l’âge adulte. La progression n’est pas linéaire et cela complique l’analyse.

 

Laurence Roulleau-Berger propose d’analyser les jeunes à partir du concept d’espaces intermédiaires, c’est à dire « qui existent dans une relation d’accumulation d’écarts aux marchés du travail, aux pouvoirs publics où les jeunes en situation précaire se retrouvent, échangent des savoirs, des expériences » (p. 151). Elle distingue deux types d’espaces intermédiaires :

–       les espaces de création : « espaces physiques, sociaux et symboliques où se forment des cultures propres à des groupes de jeunes » dans des lieux interstitiels, loin du regard des acteurs publics et des acteurs du marché du travail.

–       les espaces de recomposition : espaces construits à partir d’une coopération négociée entre les jeunes et les professionnels de l’insertion.

Ces espaces intermédiaires se font se superposer et se juxtaposer différents statuts de travail et d’activités. Ils apparaissent comme des lieux de protection identitaire et comme des lieux de mise à l’épreuve de soi. « Dans nos recherches, si les jeunes apparaissent comme déterminés par leurs trajectoires familiales, scolaires, sociales antérieures, ils ne sont pas seulement captifs de situations mais aussi coauteurs de leur socialisation, coproducteurs des mondes qu’ils traversent, disposant d’une capacité d’interprétation, d’invention des rôles sociaux. » (p. 154) Les jeunes, en tant que classe d’âge à part, doivent être examinés par les « compétences de l’expérience » qu’ils développent.

 

José Rose estime que le concept de stratégie n’est pas approprié pour étudier les jeunes et leur attitude face à l’emploi. Il tend à voir davantage les jeunes comme des sujets, comme des produits des structures, que comme des acteurs. La notion de « médiation » (expression d’un rapport entre agents sociaux) lui semble plus appropriée pour rendre compte des arbitrages qu’ils font entre école, famille, amis. Pour qu’il y ait stratégie, il est nécessaire de combiner : « un sujet (qui n’est pas forcément un individu), une action (qui n’est pas totalement indéterminée), une rationalité (qui n’est pas nécessairement celle de l’homo oeconomicus) et une vision de long terme dans un espace marqué par l’incertitude et la complexité. » Bourdieu analyse les stratégies de reproduction des catégories sociales et va au-delà de l’individu. Le sens fort du mot stratégie n’a rien à voir avec son usage commun même si la notion de projet (mise en avant par François Dubet) fait du jeune un acteur construisant sa propre trajectoire. Pour Rose, les parcours des jeunes sont loin d’être rationnels car ils manquent d’une vision globale de leur avenir. Leurs informations des mécanismes d’insertion est souvent très sommaire et partielle.

 

Pour Jean-François Guillaume, l’attention portée sur la notion d’identité et sa construction pour étudier les jeunes tend à gommer le contexte social qui influe sur une trajectoire personnelle. Il rejette les interprétations proposées par Roulleau-Berger et Galland. « Ces options sont insuffisantes car, d’une part, on tend à suggérer l’existence de bornes ou de critères permettant de distinguer jeunesse et âge adulte ; d’autre part, parce qu’on accepte d’emblée que les repères traditionnellement proposés (professionnels, familiaux et résidentiels) ont gardé leur validité et qu’ils continuent d’orienter les pratiques et les choix de l’ensemble des acteurs sociaux encore « jeunes ». (p. 189). Il pense que l’entrée par l’individu n’est pas la bonne idée. Il privilégie le point de vue de Godard (1992) qui met en avant le contexte social. Il faut pour cela redonner à la notion de classe tout son poids.

 

La place des cultures jeunes dans les changements sociaux de certains pays

 

Cette partie porte sur les nouveaux espaces inventés par les jeunes. En Afrique, la baisse du taux de mortalité, en accroissant le nombre de jeunes, modifie les rites traditionnels qui faisaient passer l’adolescent à l’âge adulte. L’école face à l’affluence n’arrive pas à remplir son rôle. Plusieurs textes affirment l’existence d’une culture jeune qui se manifeste par la prise de possession d’espaces intermédiaires qui ne relèvent ni de la vie privée ni des institutions publiques. Que ce soit en Afrique, au Brésil ou en Europe de l’Est, les jeunes investissent des espaces afin de s’exprimer : la rue est le théâtre d’une culture jeune sur tous les continents.

 

« La jeunesse est comme la famille, l’enfance, la vieillesse, la santé, la maladie…, un état ou une condition que chacun aura connu, expérimenté ou traversé. » Ce n’est pas pour autant que la définir soit une évidence. « La jeunesse n’est pas qu’un mot. (…) Les jeunes existent : on peut les rencontrer ! » Avec la crise de l’emploi salarié et ses conséquences sur l’entrée des jeunes sur le marché du travail se joue une « lutte des places » intense qui touche plus particulièrement les jeunes. Malgré tout, la transmission d’un capital culturel, économique et social par la famille demeure centrale. Les Héritiers (au sens de Bourdieu) ont plus de chance de se caser que les autres ! Jeunes, peut être mais dans un contexte social à ne pas négliger même s’il n’est pas toujours décisif. Faire de la sociologie de la jeunesse demande de prendre en compte non seulement le fonctionnement des sociétés et leurs modalités de reproduction et de « dénouer l’entrelacs des pratiques et des représentations qui en constituent les dimensions structurelles ». La jeunesse n’est pas seulement une production de la société, elle influe sur elle.

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes