Archives par mot-clé : France Guérin-Pace

La territorialité mobile

Capturer

Arrêt de car de Champigny/Yonne

photographie de Pablo Boizeau

Compte-rendu du séminaire : La territorialité mobile. Identités et interactions sociales dans les pratiques de déplacement. Tours, 5/04/2013

Marie-Christine Fourny (UMR-Pacte, Université Joseph-Fourier, Grenoble 1) et Laurent Cailly (UMR-Citeres, Université François-Rabelais, Tours) avaient réuni dans la salle du conseil de l’université de Tours, en ce vendredi 5 avril, une trentaine de chercheurs travaillant sur les mobilités en général et plus particulièrement sur la question de l’identité qui se manifeste lors de celles-ci.

  • La territorialité mobile, de quoi parle-t-on ?

La notion est de « territorialité mobile » est une notion en chantier. Initiée dans le cadre d’un programme ANR, elle vise à articuler mobilités et territoire en questionnant l’habitabilité des espaces périurbains. Il s’agit d’examiner l’articulation entre le mobile et le fixe. Ainsi, les chercheurs investis espèrent déconstruire les clichés sur les habitants du périurbain. La dimension spatiale de la mobilité est à envisager comme un moment, « un événement » (Michel Lussault) où s’élaborent des territorialités individuelles et collectives. La figure du polder est proposée pour appréhender la mobilité périurbaine. Elle est à mettre en lien avec celle de l’archipel (partie solide du polder), la mobilité étant le liant (partie liquide du polder avec les canaux). Cette figure proposée à la réflexion par les chercheurs impliqués dans l’ANR est une piste de réflexion soumise à la discussion. La question de l’échelle retenue semble centrale pour comprendre la figure du polder. Le mobile et l’immobile ne sont qu’une affaire d’échelle. Pour Laurent Cailly, le territoire de l’immobilité, de la sédentarité est la commune périurbaine. Il y a mobilité quand on en sort.

  • Urbanité et mobilité

Sandrine Depeau, à partir du cas des bus pédestres, s’interroge sur le lien entre mobilité encadrée et urbanité. Les dispositifs de bus pédestres, très présents dans l’espace périurbain, ne semblent pas si convaincants que cela au niveau de l’apprentissage de l’autonomie par les enfants. Cette pratique très encadrée d’accompagnement à l’école modifie le rapport à l’espace (itinéraires empruntant des trames vertes). L’enfant n’apprend pas à vivre la ville car il est dans une bulle mobilitaire (Pédibus ou pédibulle ?). On peut toutefois se demander si ces enfants, malgré tout, ne sont pas plus autonomes que ceux accompagnés en voiture par leurs parents à l’école. Les nouvelles recherches que Sandrine Depeau a engagées portent désormais sur les comportements des usagers des transports publics et leur rapport aux incivilités (usage du téléphone portable…). Elle travaille à partir des campagnes de sensibilisation de la RATP. Elle reprend ainsi son questionnement sur l’urbanité.

Les travaux de Nicolas Oppenchaim questionnent eux aussi le rapport à l’urbanité dans le cas des adolescents vivant dans les ZUS. Il essaie de voir comment les mobilités sont constitutives du processus de socialisation des adolescents.  La structure familiale est centrale dans la mobilité (revenus, présence d’une voiture ou pas, grands frères-sœurs initiateurs). Les dispositions à la mobilité s’acquièrent dans la sphère familiale mais aussi dans le quartier de résidence (groupe de pairs, mode de transport donné). Si les jeunes des ZUS ont un usage plus précoce des transports en commun (y compris avec un moindre accompagnement par les parents), les filles se déplacent plus que les garçons. Dans sa thèse de doctorat, il a dégagé sept types de comportements sans pour autant que cette typologie ne soit pas enfermante (un même jeune peut, à différents moments de la semaine, se référer à un type ou à un autre de mobilité). La mobilité est structurée et structurante.[1]

L’aéroport interroge le rapport aux territoires. Jean-Baptiste Frétigny montre que ces lieux de transit ne sont pas des parenthèses dans la vie des individus. Les activités qui s’y déroulent sont des éléments à part entière de la vie des gens. Le temps qu’ils y passent est consacré soit à l’anticipation ou bien s’inscrit dans le prolongement (continuité) ou dans la rupture. Elles permettent de sortir des approches indifférenciées du temps de transport car les pratiques sont multiples comme les personnes qui les utilisent.

  • Parcours de mobilité

Denis Martouzet (Périvia-PUCA) montre que les mobilités des familles de l’espace périurbain de Tours sont le résultat de conciliation. L’individu élabore ses trajets en arbitrant entre des contraintes, ses souhaits et les possibilités. Un processus de compensation est aussi en jeu dans l’organisation des mobilités familiales. Celui-ci permet à chacun de trouver son compte. Guillaume Drevon cherche à montrer que des barrières mentales préexistent et influent sur les déplacements que font les navetteurs entre Thionville et Luxembourg et entre Voiron et Grenoble. Il présente ici son questionnement méthodologique sur la mise en place d’un protocole d’enquête. Il escompte, par l’utilisation de nouvelles technologies (GPS, caméra embarquée), faire émerger chez les enquêtés les barrières mentales qui influent sur leur manière de se déplacer, y compris à leur insu. Cette présentation a suscité de nombreuses réactions portant essentiellement sur la pertinence de la mise en place d’un dispositif aussi complexe.  Des mises en garde méthodologique ont été exprimées et a été soulevée la question : cette débauche de moyens techniques ne masque-t-elle pas une insuffisante réflexion sur la problématique ?

Marie-Françoise Fourny, qui était en charge de la synthèse de la journée, a conclu que la territorialité mobile est au croisement d’approches fonctionnelles et plus sensibles. Cela en fait un concept fédérateur. Les notions d’échelle de temps et d’échelle spatiale sont centrales pour l’aborder. Les mobilités sont structurantes dans les modes d’habiter.

Le colloque du CIST (organisé à Paris en mars 2014, information donnée par France Guérin-Pace) sera l’occasion de poursuivre la réflexion !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Voir les travaux de Stéphane Beaud (80% au bac et après) sur Sochaux Montbéliard.

 

Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités.

Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités. France Guérin-Pace et Elena Filippova. INED, L’Aube, 2008. 276 pages.

11918621_9187755

Le lien entre identité et territoire peut paraître peu évident dans un contexte de mondialisation à l’origine d’appartenances multiples. Il s’agit de comprendre comment se fonde le sentiment d’appartenance ? Qu’est-ce qui fait que certains lieux sont plus porteurs d’identités que d’autres ? Telles étaient les questions que se sont posées les chercheurs réunis à l’INED en 2007. Sont ici rassemblées les contributions d’une quinzaine d’intervenants : simples doctorants ou professeurs confirmés (Hervé Le Bras, Yves Guermond).

 

Un lien entre identités et territoire pas si évident que cela

 

Si l’essentiel des textes rassemblés ici tourne autour de l’individu, il faut faire attention à ne pas faire systématiquement le lien entre identités et territoire. « En effet, d’une part, le fait même de partager un territoire ne suffit pas à générer une identité unique. » Le parcours d’un individu s’inscrit habituellement dans la longue durée d’une histoire familiale ou d’une histoire locale. Mais l’âge, comme le niveau d’études ou la profession interviennent pour construire un territoire individuel ou collectif. La mobilité géographique joue aussi un rôle dans la construction spatiale de l’identité. C’est ce qu’ont montré les sources mobilisées (enquête Histoire de vie, entretiens semi-directifs) par les chercheurs. « Le sentiment d’appartenance à un territoire se construit sur une expérience et des représentations partagées d’une histoire et d’une mémoire collective. » Ainsi, 55% des personnes interrogées répondent le nom d’une commune à l’injonction : « Si on vous demande d’où vous êtes. » France Guérin-Pace interprète cette réponse comme une marque d’individualisation.

 

Les relations au territoire : entre appropriation et appartenance

 

Deux modes de relations au territoire apparaissent : l’appropriation et l’appartenance. L’appropriation demande de se sentir bien dans son territoire. La projection vers un Ailleurs est le plus souvent un mécanisme compensatoire. L’appartenance à un territoire passe par le processus de socialisation et l’acquisition de connaissances historiques et géographiques. On peut s’approprier un territoire tout en se sentant appartenir à un autre. Yannick Sencébé distingue quatre types d’appartenance en fonction de lieux et des liens.

–                     Dans le cas des lieux d’appartenance qui font liens, le pôle d’attraction est prédominant.

–                     Il y a le cas des liens d’appartenance qui font lieux. Les réseaux jouent un rôle central. Mieux vaut parler d’ancrage dans ce cas-ci.

–                     Les liens et les lieux d’appartenance sont dissociés dans le cas des gens qui estiment qu’ils n’ont rien à faire ici mais qui y restent car ils n’ont pas les moyens d’aller ailleurs. « Il y a donc une tension entre un ici, pourvoyeur de l’identité familiale, et un ailleurs, porteur de l’identité sociale. »

–                     Enfin, le temps présent définit les lieux et les liens d’appartenance. « Les lieux sont des occasions supports pour tisser des liens, et les liens sont des points d’appui pour s’approprier ou fréquenter de nouveaux lieux. » Même dans ce dernier cas, il existe toujours un besoin d’attache, de stabilité, d’identification. « L’appartenance est un processus dynamique en tension entre les pôles de l’attachement et de la distanciation. »

Marie Laetitia Helluy-des Robert estime qu’il existe trois degrés d’intensité du lien à l’espace :

–                     L’attachement spatial : c’est le premier degré du lien spatial qui peut se limiter à un lien affinitaire avec un lieu sans autre enjeu.

–                     L’appropriation spatiale a lieu quand l’individu s’investit affectivement dans les lieux. L’attachement est plus fort. L’appropriation peut être de différentes natures : culturelle (référence à la culture du pays), physique (par la fréquentation du territoire) et mémorielle (importance de l’imprégnation enfantine).

–                     L’incorporation existe quand les lieux font totalement sens pour l’individu. Il y a un véritable investissement territorial au sens premier du terme territoire (espace approprié par un individu).

 

Le lien au territoire à l’épreuve des faits

 

De nombreux exemples sont développés dans cet ouvrage pour rendre compte de l’attachement à un territoire. L’article de Catherine Armaret sur les lieux de sépulture en est un bon exemple. Elle s’intéresse plus spécifiquement à la sépulture de cendres car la loi, malgré le décret de 2007, est permissive par rapport à ce qui est prévu concernant les corps. Elle a formulé l’hypothèse que le destin des cendres (source : testaments de crémation) était révélateur de l’identité territoriale. Son étude montre que, dans un certain nombre de cas, un testament très précis est rédigé. Mais, paradoxalement, la moitié des personnes qui ont prévu de se faire incinérer n’ont pas envisagé la destinée de leurs cendres. Vincent Veschambre s’intéresse à la patrimonialisation des espaces jusque là désaffectés : chapelles, usines, unité d’habitation de Firminy, camp d’internement de Tsiganes à Montreuil Bellay. Il voit dans ce processus de patrimonialisation un processus de construction identitaire ou une identification à un espace. Ce sont les déracinés (ceux qui sont ici depuis peu) qui s’investissent le plus dans ce genre d’initiative. C’est aussi, pour eux, une manière de valoriser leur quartier et d’en espérer, à terme, une gentrification dont ils seront les bénéficiaires en tant que propriétaires fonciers.

 

L’entrée par l’identité et le territoire est très riche comme en témoigne la diversité des contributions. L’identité territoriale ne se décrète pas. L’identité transfrontalière de la Grande Région SarLorLux a été difficile à construire sans parler du destin éphémère de la Septimanie, chère à Georges Frêche. Car « à vouloir participer de cette dynamique générale et aspirer à devenir autre chose que ce qu’elle est, à savoir un espace essentiellement économique, pensé par le géographe et mis en musique par le politique, la région ne peut se doter d’une identité propre qu’à condition de ne pas ruiner les efforts d’affirmation des territoires qui, en son sein, concomitamment, s’inventent et se réinventent. » Une belle leçon de Sylvie Sagnes pour les cabinets de marketing territorial !

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes