Archives par mot-clé : espaces périurbains

Le Bocage Gâtinais, the place to be ?

Reportage photo de mon intervention à Thoury-Ferrottes le 6/02/2016

dans le cadre de la résidence d’art organisée par courcommune

Merci à mon fan-club d’avoir fait le déplacement !

12508749_1055745607821149_2936934846126629835_n

12654284_1055764981152545_9087941013069071213_n

12705435_1055764914485885_1370861351868560435_n

12661958_1056198204442556_6728668058900767200_n

12644899_1056198144442562_1833208385861686887_n

Signal lumineux des soirées périurbaines

Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations.

Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations. Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot et Denis Menjot. Paris, L’Harmattan, 2015, 336 p. 35€.

Capture d’écran 2015-08-11 à 17.41.28

Approche très originale pour ce colloque de 2011 organisé à Lyon, à la suite d’une réflexion collective menée pendant deux ans dans le cadre d’un séminaire mensuel sur la question du périurbain de l’Antiquité à nos jours. Leurs organisateurs, des professeurs d’histoire grecque et médiévale, ont voulu comprendre comment s’est construit « un équilibre social, économique et culturel, fondé sur l’interrelation entre la ville, le périurbain et le territoire, chaque zone ne pouvant être pensée que l’une par rapport à l’autre » (p. 7). Cette approche historique de cet espace est très innovante et vise à inciter les chercheurs à s’intéresser à ces espaces jusque-là délaissés, faute de sources. L’archéologie et les sources fiscales peuvent toutefois expliquer beaucoup de choses sur le passé de ces espaces situés au-delà des murs, comme en attestent les articles de ce volume.

L’ensemble s’organise en quatre grandes parties. La première présente les mises au point synthétiques réalisées par un sociologue (Jean-Louis Authier), un géographe (Laurent Coudroy de Lille) et des historiens (les coordonnateurs du volume). C’est une partie extrêmement intéressante posant les jalons de la question périurbaine d’hier à aujourd’hui, en réfléchissant, notamment, à la manière dont peut être défini cet espace au fil du temps. « De fait, si les termes de périurbain et de périurbanisation sont relativement récents, le phénomène de périurbanisation, est, lui beaucoup plus ancien, avec le développement des faubourgs » (p.17). Ces espaces aux marges des villes ont été vus au cours de l’histoire comme des espaces suspects menaçants la ville elle-même : la Charte d’Athènes développe un discours stigmatisant sur les banlieues, « sorte d’écume battant les murs de la ville (et) devenue marée puis inondation au cours des XIXème et XXème siècles. » (p. 28).

La confusion entre faubourgs, arrière-pays, banlieues, suburbain, périurbain, infra-urbain, rurbain, marges, périphéries, franges,… est la caractéristique de la perception de cet espace au fil du temps dont les limites demeurent très floues. Globalement, cet espace est celui qui accueille les activités que la ville ne veut pas (cimetières à l’époque antique, activités polluantes), ainsi que des populations précaires. Aux XIXème et XXème siècles, « l’espace suburbain est le creuset d’un nouveau mode de vie marqué par l’alternance du labeur et de la gaité dominicale, l’habitus des déplacements et des échanges n’excluant pas un fort enracinement local. » (p. 55). « Vivre dans le périurbain, c’est s’installer non seulement « à la campagne » mais « dans le mouvement » comme le dit Donzelot en 2004.

Les trois autres parties rassemblent les textes de participants au colloque selon trois grandes thématiques : celles des paysages périurbains, des sociétés et des activités périurbaines et des visions et des représentations. Portants sur des micro-objets, certains textes ne sont pas toujours faciles d’accès sans une bonne connaissance du contexte historique ou une maîtrise de prérequis (les multiples sigles employés par l’équipe ayant travaillé sur les dynamiques des hydrosystèmes périurbains nous sont demeurés étrangers. S’il aisé de comprendre que BV signifie bassin versant, qu’en est-il de DO, des RUTP… ?). Toutefois, les articles de Patricia Lejoux, de Josette Debroux ou de Nathalie Ortar examinant l’action des entreprises dans le mouvement de périurbanisation pour la première et la composition sociologique du périurbain pour les secondes intéresseront les géographes du périurbain. De même, les textes portant sur l’appropriation des espaces périurbains lyonnais au cours des XIXème et XXème sont éclairants pour comprendre les difficultés de gestion (policière, entre autre) de ces espaces en forte croissance démographique dans un contexte de révolte populaire (celles des Canuts) et comment s’amorce à cette époque le mouvement de périurbanisation à partir des lieux de villégiature de la bourgeoisie lyonnaise. Le volume s’achève sur le brillant article de José-Luis Oyon et Marta Serra portant sur les « maisons de Reclus ». Les deux auteurs proposent de lire le rapport ville-campagne à partir des 38 domiciles occupés par le géographe et de voir comment s’élabore l’habitus périurbain de Reclus et ses proches avec qui il vivait en communauté. Une autre manière de voir notre anarchiste géographe préféré mais aussi de comprendre le périurbain !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

 

La desserte ferroviaire des territoires périurbains.

La desserte ferroviaire des territoires périurbains. Construire la ville autour des gares. Bruxelles, Milan, Paris, Washington. Anne Grillet-Aubert (dir.). Éditions Recherches, 2015. 352 p. 45€

Capture d’écran 2015-08-08 à 18.43.02

Voici les résultats d’une recherche lancée, entre 2011 et 2014, par le PREDIT (programme de recherche et d’innovation dans les transports terrestres), l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) et BpiFrance (Banque publique d’investissement) sur l’avenir des espaces périurbains. Une équipe de dix chercheurs avait émis l’hypothèse qu’il était possible de résoudre la question de l’étalement urbain en densifiant autour des gares. Pour cela, quatre études comparatives ont été menées à Bruxelles, Milan, Paris et Washington selon un cadre d’analyse commun autour des formes de l’urbanisation, les caractéristiques de la mobilité quotidienne et les grandes orientations de projets en matière de transport et d’aménagement. Le tout a été étudié à trois échelles territoriales : macro (la région urbaine), méso (le territoire attenant à la ligne ou au tronçon) et micro (le quartier de la gare).

L’ouvrage est organisé en quatre parties consacrées chacune à une métropole, l’ensemble étant accompagné d’un cahier synthétique présentant des cartes pour chaque ville à des échelles différentes et permettant ainsi de comparer les densités de population ou la morphologie urbaine, par exemple. Toutefois, chaque partie est bien distincte même si l’étalement urbain et la congestion des transports routiers demeurent un problème central pour ces quatre régions urbaines.

Des spécialistes de ces espaces se sont donc penchés sur l’opportunité d’avoir recours au transport ferré pour résoudre la question des mobilités à différentes échelles. C’est ainsi que Bénédicte Grosjean et Géry Leloutre se sont interrogés sur l’opportunité de créer un RER à l’échelle de la région urbaine de Bruxelles, N°1 au palmarès des villes les plus embouteillées d’Europe (source : Tom Tom, 2010). Dans le contexte d’une urbanisation particulièrement dispersée et des instances de gouvernance non hiérarchisées, la mise en place d’un réseau radial de RER semble peu adaptée aux usages actuels de mobilité. « Il y a plus d’un siècle que le bassin d’emploi bruxellois attire des travailleurs à plus de 100 km quotidiennement ; et la mobilité des personnes concerne et met en lien toute la Belgique, chacune des communes envoie des travailleurs dans une très forte majorité des autres 589 communes » (p. 64). Le contexte italien, autour de Milan, est sensiblement différent. Depuis très longtemps (voir le concept de La città diffusa. de F. Indovina et al. Venise, 1990), de fortes densités urbaines concernent la région urbaine de Milan et notamment les communes situées au Nord. L’étalement urbain actif concerne le sud de Milan, un territoire historique à vocation agricole, dans le contexte de l’absence d’intercommunalités à la française. L’idée qui prévaut est de renforcer la desserte ferroviaire existante afin d’accompagner l’étalement urbain et permettre un report de l’automobile sur le train.

Dans le cas de l’Île-de-France, comme de la région urbaine de Washington, l’idée est de créer de nouveaux réseaux de transport, tel que le Grand Paris Express ou le BHNS afin de créer des liaisons de banlieue à banlieue. Toutefois, la diversification des destinations aujourd’hui reliées par l’automobile complique grandement la mise en place efficace de transports en commun.

Ainsi, ces études très pointues, agrémentées de très nombreux documents en couleur au format trop réduit pour être véritablement lisibles à l’exception de ceux inclus dans le cahier couleur placé en fin d’ouvrage, concluent presque toutes sur les difficultés à mettre en œuvre la desserte ferroviaire des espaces périurbains pour lutter contre l’étalement. Par ailleurs, la bibliographie très institutionnelle (sources : IAURIF et DATAR) convoquée par l’équipe en charge de l’Ile-de-France pose question puisque le travail fondateur de Martine Berger (Les périurbains de Paris. 2004) n’y figure pas alors qu’il s’agit d’une référence centrale pour le sujet. La recherche opérationnelle s’enrichit de la recherche universitaire et inversement, comme l’ont montré d’autres collaborations.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Jalousie : les articles qu’on aurait aimé écrire en 2014

Le 31 décembre, on se retourne sur tout ce qu’on a fait mais aussi ce qu’on n’a pas fait. Heureusement, dans bien des cas, des confrères ont écrit ces articles qu’on aurait rêvé avoir sur le site.

Pour tout dire, à leur lecture, on a même été un peu jaloux, pour reprendre le terme de la « Jealousy List » du site américain Businessweek, qui nous a inspirés.

Voici 25 articles – dont six en anglais –, accessibles sur le Web (mais parfois payants), sélectionnés par la rédaction pour la fin des vacances.

1

« Avoir 17 ans dans l’Yonne… »

Télérama

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

Capture d’écran de l’article (Telerama.fr)

Témoignages de jeunes ados qui vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Dépendant du bus scolaire et de la voiture des parents, ils rêvent de scooters et de Dijon. En attendant, ils passent leurs journées au kebab, chez Patapain ou au McDo.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/31/jalousie-les-articles-quon-aurait-aime-ecrire-2014-256829 

La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires.

La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Christophe Guilluy. Paris, Flammarion, 184 p. 18€

2835700-la-france-peripherique-jpg_2470357

Livre phare de cet automne, l’ouvrage de Christophe Guilluy a beaucoup été médiatisé. Le bandeau de l’ouvrage met l’accent sur les titres de la presse ayant relayé sa parution :

« Mille éléments décoiffants qui méritent d’être débattus. » Le JDD ; « Le seul livre que devraient lire Hollande, Valls, Mélenchon, Bayrou, Juppé, Sarkozy. » Marianne ; « Une démonstration lumineuse. » Le Figaro. Se plonger dans cet ouvrage, c’est disposer des éléments nécessaires pour mener sa propre réflexion en géographie.

Christophe Guilluy est géographe. Son ouvrage « Fractures françaises », paru en 2010, a fait couler beaucoup d’encre dans le contexte de la campagne présidentielle de 2012. Il développe ici, dans un essai très enlevé, une thématique rapidement évoquée dans le précédent livre : celle de la France périphérique. Ce terme désigne la France qui s’oppose à celle des métropoles, ces territoires grands gagnants de la mondialisation. Il veut alerter sur les dangers de cette partition du territoire national : « Des Bonnets rouges à Hénin-Beaumont, des zones rurales aux espaces « périurbains subis », la France des oubliés, celle des plans sociaux, est en train, par le bas, de remettre en cause l’édifice. » (p. 11). Cette « France périphérique » mettrait en danger notre société car s’y manifestent des tensions qui devraient à terme modifier le paysage politique : vote en faveur du FN et tentation du repli sur soi.

 Pour définir la France périphérique, il fait le choix de ne pas partir des territoires mais des catégories sociales en s’appuyant sur l’indice de fragilité sociale mis au point par Christophe Noyé comprenant huit indicateurs combinant taux d’ouvriers et d’employés dans la population, taux de temps partiel, taux de chômage, taux d’emploi précaire, propriétaires occupants précaires, revenus mais aussi un indicateur dynamique, l’évolution de la part des ouvriers-employés entre 1999 et 2010. Ainsi, se dessine la carte « La France des fragilités sociales » mettant en évidence les espaces ruraux et globalement les espaces à l’écart des métropoles. Si on pourrait y lire rapidement un négatif de la carte des aires urbaines de l’INSEE, l’auteur s’en défend et démonte le zonage en aires urbaines, proposant une vision trop urbaine et économique des territoires. Il la dénomme d’ailleurs : « La cartes des aires urbaines ou la « carte d’état-major » des classes dirigeantes » car « elle rend de fait invisible l’essentiel des classes populaires et occulte les effets sociaux et spatiaux de la mondialisation. » (p. 21).  L’indice de fragilité sociale partage les espaces périurbains entre cette France périphérique (périurbain subi) et la France métropolitaine (périurbain choisi). Toutefois, et c’est là qu’on peine à suivre Guilluy, « Il a paru excessif de considérer ces communes comme véritablement intégrées à l’espace métropolitain, le parti pris d’en réintégrer une partie dans la « France périphérique » a donc été adopté. Ainsi, les communes du périurbain des métropoles ont été associées aux espaces périphériques dès lors que leur indicateur de fragilité est d’au moins 3. » (p. 30). Autant, l’exposé de l’élaboration de l’indice de fragilité sociale a été convaincant, autant, à partir de ce moment de la lecture, ce bricolage des catégories ne semble pas légitime, d’autant plus que l’indice en question court de 0 à 8 et dans ce cas pourquoi retenir 3 et non pas 4. Christophe Guilly donne l’impression de vouloir à tout prix intégrer dans la « France périphérique » le propriétaire de pavillon afin d’étayer sa thèse s’appuyant sur l’idée que les habitants du périurbain ont été chassés du cœur des métropoles à la suite de la gentrification des quartiers centraux et d’une spécialisation du parc social dans l’accueil des populations précaires et/ou immigrées.

Cet artifice constitue le point faible de la démonstration par ailleurs convaincante. Ainsi, la mise en avant des difficultés rencontrées par les petites villes en cas de plans sociaux est légitime et permet de comprendre les fragilités sociales connues par les populations locales peu mobiles : « Le piège se referme sur les populations locales dont les biens immobiliers se déprécient au rythme de l’érosion de la population. » (p. 57). Ces « sédentaires » (en opposition aux « mobiles » vivant dans les cœurs des métropoles) sont particulièrement sensibles à l’évolution migratoire de leur commune. C’est sur le terreau de la précarisation et des tensions identitaires que se consolide le vote FN. L’Etat est bien conscient du danger et c’est d’ailleurs pour cela que la politique de la ville, depuis 2014, inclut des petites et moyennes villes (telles Joigny, par exemple). La vision qui ressort de la lecture de l’ouvrage est terrifiante. « Car ce sont ces catégories, pourtant invisibles culturellement et politiquement, qui participent à l’effacement du monde politique d’avant. » (p. 71). Le paysage politique actuel ne serait que le résultat du vieillissement du corps électoral favorable aux partis de gouvernement. « Le vieillissement est le meilleur rempart contre le populisme, mais il ne suffira pas car le changement n’est pas porté par une idéologie mais par une réalité sociale et culturelle incontournable : on n’intègre pas politiquement des catégories exclues du projet économique et sociétal. » (p. 72). Pour Christophe Guilluy, le clivage gauche-droite n’a plus court, cela revient « à analyser la géopolitique mondiale avec la grille de lecture d’avant la chute du mur : celle des deux blocs de l’Ouest et de l’Est » (p. 94). Avec près 28% des moins de 24 ans ayant voté pour une liste frontiste aux dernières élections, l’auteur nous prédit une « France de demain » apocalyptique.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Mon poster au concours de posters scientifiques du FIG

Voilà ! C’est parti !

vitrine_geo

Le FIG est commencé. J’y présente un poster intitulé : “C’est chez moi ! Le rapport des jeunes à leur maison périurbaine”

Capture d’écran 2014-09-12 à 13.31.23Je participe au concours Mappemonde – FIG au nom du LAVUE

Que le meilleur gagne !

J’y ai décroché une Mention spéciale  !

 

 

Etre jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ?

Parution du numéro Géo-regard consacré à “Modes de vie et proximité dans les villes contemporaines”

georegards6_web-2-8d631.jpg

au sommaire mon article :

“Etre jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ?”Géoregards, N°6, 2014. pp. 35-51. http://www.s-n-g.ch/spip.php?article259

“Avoir 18 ans demain”

  •  Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014
  • 70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75-2

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Séance 9d – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Salle Carlo De Trizio – Palazzo ex-Poste

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne.

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun. Yemmafouo Aristide. L’Harmattan, 2013. 264 p. 28€

41YaD0PdoLL

La croissance urbaine que connaît l’Afrique s’accompagne du passage de la ville compacte à la ville étalée. Aux marges des agglomérations, apparaissent des espaces périurbains. Peu étudiés, ils sont pourtant au cœur de l’urbanisation en cours. C’est là que se joue l’avenir de la ville africaine. C’est du moins l’hypothèse que fait Aristide Yemmafouo, enseignant-chercheur en géographe à l’Université de Dschang (une ville de l’ouest du Cameroun), qui publie ici le premier ouvrage sur les espaces périurbains africains. Ce texte est tiré de la thèse de doctorat qu’il a soutenu en 2009.

Lire les espaces périurbains africains n’est pas aisé car l’armature conceptuelle a disposition est occidentale et plus particulièrement française. Les espaces périurbains camerounais ne peuvent se comprendre qu’en les replaçant dans le contexte urbain africain (ville coloniale / ville nouvelle / ville spontanée et anarchique). L’urbanisation des villes africaines est le résultat de l’exode rural massif qui a eu lieu au lendemain des indépendances. La périurbanisation (apparue dans les années 1980) s’explique par un double processus :

–  la gentrification des centres urbains petit à petit réservés à la nouvelle bourgeoisie.

–  le désir d’avoir un chez-soi partagé par les classes moyennes, qui trouvent en périphérie un accès au terrain plus aisé.

L’installation dans le périurbain ne se fait pas directement : le rural s’installe d’abord en ville puis quitte celle-ci au profit des espaces périurbains. Ces ménages pratiquent une double activité (commerce et agriculture – le « vivrier marchand »). Ils se rendent à la ville grâce à des petites motos chinoises.

La question foncière est centrale pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. Elle fait la spécificité du périurbain africain. Dans les pays occidentaux, la périurbanisation s’explique surtout par le développement des transports et plus généralement l’accessibilité des espaces périphériques même si la question foncière n’est pas négligeable. En Afrique, prendre en compte le statut de la terre est essentiel pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. La propriété foncière, comme on la connaît dans notre pays, n’existe pas. La terre appartient à un groupe qui la reçoit du représentant de l’ancêtre fondateur de la chefferie (droit coutumier). La terre ne se vend pas. Elle est un outil de production et de reproduction sociale. Cette conception foncière traditionnelle se heurte au droit moderne (droit écrit) et c’est pourquoi de nombreux propriétaires périurbains ont fait immatriculer leurs terres afin de faire valoir leurs droits sur celle-ci (obligation de prouver que le terrain est occupé avant 1974 et qu’il est mis en valeur). Ces propriétaires périurbains sont accusés d’alimenter la spéculation en refusant de céder leurs terres actuellement. Ces mesures entrent en opposition avec la loi foncière camerounaise qui autorise tout Camerounais à s’installer où il veut !

Cet imbroglio juridique est particulièrement exploité dans cet espace d’entre-deux qu’est le périurbain. « (…) Les acteurs exploitent plutôt les faiblesses de la législation foncière et urbanistique en vigueur pour établir leurs propres lois. » (p. 99) La mise en place progressive de l’immatriculation des terrains permet leur cession. Ce sont les jeunes autochtones qui vendent des parcelles à des jeunes allochtones afin de récupérer des fonds (financement d’études, achat d’un fonds de commerce…). Cela doit tout de même se faire avec l’accord du chef de la chefferie (qui à l’occasion reçoit des cadeaux). Des promoteurs privés peuvent aussi acquérir des parcelles afin de répondre à la demande en logements des urbains. Ils se substituent à des structures parapubliques chargées de ces prérogatives au nom de l’Etat mais dont l’action est inefficace. Le rôle de ces promoteurs est à relativiser en raison de l’importance de l’auto-construction. En dehors de ces transferts de propriétés, il existe un grand nombre de situations intermédiaires : location et prêt de terrain à des fins agricoles (en attendant que le propriétaire ait réuni assez d’argent pour construire sa maison), location et logement gratuit (dans le cadre de solidarités familiales) en échange de son entretien.

Ces mutations foncières ont des répercussions paysagères. Les maisons sont de plus en plus réalisées en dur et celles en brique de terre disparaissent. Elles témoignent de la richesse de leurs habitants et sont identifiées comme telles par le voisinage. Les espaces périurbains présentent un urbanisme très divers (lotissement planifié, habitat informel) où l’agriculture tient une grande place  (jardin de case, maraîchage, élevage, agroforesterie : avocatier, safoutier, goyavier…). Une façon de garder « un pied dedans, un pied dehors » (Chaléard et Dubresson, 1989).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Demandez le programme du colloque de l’AIDELF !

70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75

Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Par Catherine Didier-Fèvre

Séance 9a – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Aula Aldo Moro

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321