Archives par mot-clé : classes moyennes

Les classes moyennes.

Les classes moyennes. Julien Damon. Que sais-je ? PUF, 2013. 127 p. 9€.

6a00d8343bf27053ef01901d914f6f970b-250wi

« (…) Captées dans un entre-deux, par exemple, entre une France d’en haut et une France d’en bas, les classes moyennes présentent une grande dispersion de profils. » (p. 7) surtout si on considère l’affaire à l’échelle mondiale ! Entre déclassement dans les pays développés et apparition dans les pays émergents, la (les) classe(s) moyenne(s) est partout un « épicentre des questions sociales et des préoccupations électorales. » (p. 5)

Cet objet occupe depuis peu Julien Damon. Ce sociologue est venu à la (aux) classe(s) moyenne(s) après avoir beaucoup travaillé la question de l’exclusion par le biais de la condition des SDF dans la ville. Il élargit aujourd’hui ses terrains de recherche aux politiques familiales et à la mobilité (dans le cadre de son investissement au sein de Gares connexions).

Une, puis, des classes moyennes

Aristote, Tocqueville, Marx, Gambetta, Jaurès, Durkheim, Simiand, Halbwachs, Mendras se sont intéressés à la classe moyenne (au singulier) avant que le pluriel s’impose pour celles qui se sont étendues et banalisées. Les définir est un exercice difficile. Trois approches sont possibles : par les appartenances socio-professionnelles, par les revenus et par l’identification individuelle à la catégorie. Selon la définition retenue, les classes moyennes peuvent représenter jusqu’à 80% de la population ! Les définir amène à se demander si les classes moyennes s’établissent « à partir d’un milieu mathématique (des revenus ou des consommations) ou bien si les classes moyennes sont, en elles-mêmes, un milieu social (comme on dit « je ne suis pas de ce milieu ») » (p. 16). Aussi, avec des approches si différentes, il n’est pas étonnant que les analystes ne soient pas d’accord et à plus forte raison, si on veut faire une comparaison européenne voire mondiale !

Les classes moyennes françaises : un enjeu électoral

Le cas français est analysé très précisément. Cette partie est très documentée et argumentée. Julien Damon conclut que l’idée du déclassement qui hante les classes moyennes françaises n’est justifiée que si on considère la base des classes moyennes. Leur situation se rapproche, sur vingt ans, de la situation des classes populaires (fourchette haute). Il rejette l’idée selon laquelle l’espace périurbain serait celui des classes moyennes. « La France des pavillons et des lotissements, de la bagnole et du barbecue, a longtemps renvoyé l’image de l’ascension et du standing moderne des classes moyennes. » (p. 60) Il insiste sur le fait que « (…) les classes moyennes – en tant que catégorie unitaire apprécié nationalement – ne présentent pas de singularité territoriale déterminante » (p. 64). La diversité sociale comme géographique l’emporte. Quelques tendances émergent qui affectent de manière différenciée les classes moyennes : effritement (les classes moyennes ne constituent pas une unité sociologique), écrasement (le cœur des classes moyennes ne profite pas du système français de transferts qui bénéficient aux plus démunis et aux plus riches – niches fiscales), étalement (les classes moyennes nourrissent  l’étalement urbain par leurs trajectoires résidentielles), émiettement (politiquement, elles sont courtisées par tous les partis, sauf l’extrême-gauche).

La middle class américaine

Aux Etats-Unis, Charles Wright Mills, sociologue, note dès 1951 l’apparition d’une middle class, constituée de cols blancs (en croissance numérique) : « un démenti aux théoriciens du XIXème siècle qui prévoyaient une société divisée en patrons et ouvriers » (p. 70). La transition d’une société industrielle vers une société post-industrielle (débutée dans les années 1970) se traduit par une baisse des catégories de personnes de niveau intermédiaire. La crise de 2007 a accentué ce sentiment de déclassement, confirmé par les statistiques (-0,6%/an pour le revenu moyen américain sur les dix dernières années contre 3% de croissance/an entre 1960 et 1970). Obama et son Obamacare ont mis au cœur du débat politique les classes moyennes (qui travaillent mais ne peuvent se payer une assurance maladie, malgré la bi-activité des ménages) jusque-là oubliées.

La montée des classes moyennes dans les pays émergents

Quant aux pays émergents, ils sont emblématiques de l’entrée du monde en « phase de moyennisation » (p. 98). Estimer le nombre de personnes concernées est compliqué. En Inde, les estimations varient de 50 à 300 millions de personnes ! L’essentiel des classes moyennes se trouve dans la fourchette basse retenue. Quoi qu’il en soit, la montée en  puissance des classes moyennes est gage de démocratie si on en croît Aristote : « lorsque la classe moyenne est importante, il y a moins de risques de discordes et de division » (p. 115) même si les aspirations des classes moyennes en termes de droits civils et sociaux se heurtent au pouvoir central (manifestations).

Classes moyennes de tous pays, unissez-vous !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Tous en classes moyennes ?

Tous en classes moyennes ? Serge Bosc. Doc’ en poche. La Documentation Française, 133 pages. 7,90€

41FIRHlopBL._SL500_

L’émergence du débat sur la pertinence ou non de taxer les allocations familiales ou bien encore de diminuer de moitié le montant de celles-ci pour les ménages ayant un revenu supérieur à 50 000 € annuel renvoie implicitement à la définition des classes moyennes et à leur étalonnage. Nombreux sont les Français qui s’identifient aux classes moyennes. Pourtant, la diversité (de revenus, de patrimoine, de situations professionnelles, d’univers culturels) l’emporte au sein de cet ensemble. Si bien qu’on peut se demander si nous ne sommes pas « Tous en classes moyennes ? ». C’est pour essayer d’y voir plus clair que la Documentation française a demandé à Serge Bosc, sociologue, spécialiste de la stratification sociale et des classes moyennes, de répondre (sous forme d’interview) à un ensemble de questions que l’on peut légitimement se poser sur les classes moyennes.

Qualifier cet entre-deux social est loin d’être évident. La définition par les catégories socio-professionnelles semble la seule à même pour cerner la question et permettre de distinguer les classes moyennes des classes populaires ou des classes aisées. Serge Bosc voit dans « la fluidité sociale (fréquence de changement de position sociale d’une génération à l’autre), le niveau d’études (souvent supérieur au baccalauréat), des postes de travail qui ne sont ni de pure exécution, ni de direction » les caractéristiques de la classe moyenne, même si les différences peuvent être importantes au sein de ce groupe. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si le pluriel est employé aujourd’hui pour désigner cette catégorie sociale (contrairement à l’emploi du singulier qui était fait sous la Restauration et la Monarchie de Juillet pour désigner la bourgeoisie en opposition à l’aristocratie).

Les classes moyennes présentent donc une mosaïque de profils sociaux comme l’ont montré Maurice Halbwachs (1877-1945) et Raymond Aron (1905-1983). Henri Mendras (1927-2003) a théorisé les classes moyennes selon le modèle de la toupie. Les classes moyennes représentant « la constellation centrale entre les élites et les classes populaires » C’est grâce à la massification scolaire de la fin du XXème siècle que les classes moyennes ont réussi à se démarquer des classes populaires même si leur connaissance du système scolaire, à l’exception des professeurs des écoles, est faible. Edmond Preteceille (La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? 2006) désigne sous le terme « quartiers moyens mélangés » les « secteurs où cohabitent des ménages issus des classes moyennes et populaires ». L’espace périurbain en fait partie. Pierre Bourdieu (La distinction, critique sociale du jugement, 1979) représente le paysage social en trois dimensions à partir de deux axes : la capital global et la structure du capital des agents (économique et culturel). Il distingue trois catégories au sein des classes moyennes : « la petite bourgeoisie en déclin (les petits indépendants et « agents qualifiés mais dociles »), la petite bourgeoisie « de promotion » ou « d’exécution » (les cadres moyens administratifs et commerciaux) et la « petite bourgeoisie nouvelle » (les animateurs culturels, les professions de la culture et des médias, les instituteurs) ». C’est un schéma basé sur la domination que récuse Catherine Bidou (Les aventuriers du quotidien, 1984) et plus particulièrement le côté culturel. Le thème de la moyennisation, développé dans les années 1980, a désigné la formation tendancielle d’une très vaste classe moyenne (des cadres aux couches supérieures des catégories employés ou ouvriers). Elle a été remise en cause au milieu des années 1980 avec la crise économique qui a eu pour effet de diviser la société entre les gagnants et les perdants.

Les études de Piketty et consorts (2010) ou celle du CREDOC (2009) montrent à quel point nous sommes loin d’un consensus pour définir les classes moyennes. Pour les premiers, les classes moyennes concernent les personnes qui ont un revenu mensuel individuel compris entre 1600 et 6100 € contre 1200 et 2600€ pour les seconds. Quoi de commun entre quelqu’un qui gagne 1600 € et un autre qui touche 6100 € par mois ? Aussi, quand les médias parlent du malaise des classes moyennes, ils font référence davantage à une angoisse qu’à une réalité. Toutefois, la métaphore du sablier (« L’effet sablier désigne les scénarios de la bipolarisation socio-économique entre les classes supérieures et les classes populaires, autrement dit le déclin des catégories intermédiaires. » Voir les travaux d’Alain Lipietz La société en sablier, 1998 et ceux de Jean-Marc Vittori, L’effet sablier, 2009 ) est suffisamment parlante pour tout le monde et fait vendre du papier !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes