Archives par mot-clé : Cécile Van de Velde

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie.

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie. Alexandro Cavalli, Vincenzo Cicchelli, Olivier Galland (dir.). Le sens social. PUR, 2008. 273 pages.

16843428_1396808-77686

Tracer le portrait de la condition juvénile en France n’est déjà pas une mince affaire, mais en faire une analyse comparative avec la situation italienne l’est encore moins. Cécile Van de Velde s’y est déjà essayée, avec succès, à l’échelle européenne dans sa thèse publiée en 2008 aux PUF : Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en EuropeAfin de mener cette entreprise, les directeurs de cet ouvrage ont réuni lors du colloque de Paris des 11 et 12 mai 2006 trente chercheurs contributeurs au volume.  Trois thématiques sont déclinées tout au long de l’ouvrage. Les chapitres sont tous construits de la même manière : deux éclairages par des spécialistes de la question et une dernière partie constituée par une synthèse opérée par un troisième auteur.

 

Comment devient-on indépendant ?

 

Sont examinés successivement le moment où le jeune quitte ses parents, la manière dont il gagne sa vie et comment il se met en couple. Ainsi, il apparaît qu’en Italie, l’âge de départ du domicile familial est plus tardif (27-28 ans) qu’en France (23 ans). Cela tient au fait que la famille joue un rôle plus fort en Italie. Le rôle matériel joué par celle-ci n’est pas la seule raison qui pousse les jeunes à rester chez leurs parents. Nombreux sont les jeunes Italiens qui travaillent mais qui demeurent chez leurs parents. Les aides à l’installation n’existent pas en Italie. L’entraide intergénérationnelle est centrale. La culture de l’autonomie n’existe pas en Italie. Il n’y a pas de modèle intermédiaire entre le statut de jeune célibataire et de jeune marié. Globalement, la cohabitation intergénérationnelle se passe bien (les jeunes disposent, à l’intérieur de la famille, de libertés de plus en plus larges, obtenues par le biais d’une négociation entre jeunes et adultes) et les raisons de la briser sont donc limitées. Les jeunes Français quittent leurs parents pour poursuivre des études (le maillage universitaire en France est moins dense qu’en Italie) mais cette indépendance est un leurre car financièrement, malgré les aides publiques, ils restent à la charge de leur famille. Finalement, la différence n’est pas si importante entre les deux nations. L’entrée dans la vie est précédée d’une phase de préparation plus ou moins longue. Ces points communs se retrouvent dans le domaine de l’indépendance financière. Alors que par le passé, « le passage de la condition de jeune à la condition d’adulte : la fin des études, les débuts d’un emploi stable, le mariage et le départ du domicile familial (…) ces processus se succédaient très rapidement car ils reposaient sur une simultanéité des choix, aujourd’hui, la condition d’adulte peut être atteinte au travers de parcours diversifiés et dépendant de plusieurs facteurs. » La mise en couple fait partie des évènements qui marquent l’entrée dans la vie adulte. C’est là que les différences entre la France et l’Italie sont les plus marquées. En France, la mise en couple est de plus en plus informelle alors qu’en Italie, comme en Espagne, elle se fait de plus en plus tard et le mariage y occupe un rôle central (85% des mises en couple en Italie dans les années 1990 contre 20% en France). Les politiques publiques d’aide publique présentes en France (APL) expliquent le différentiel avec l’Italie, mais pas seulement ! « C’est parce que de profonds changements dans les rapports de genre et de génération se sont produits en France à partir des années 1970, et beaucoup moins en Italie, que l’écart est apparu ».

 

 

Rapport à l’espace public, école et engagement

 

Les différences entre les jeunes Italiens et Français sont importantes dans le domaine de l’engagement. La politisation des familles est plus forte en Italie qu’en France et cela se traduit par un engagement politique affirmé chez les jeunes dans le cadre d’associations de type syndicats, organisation de jeunesse d’un mouvement politique… Danilo Martucelli se demande si le lycée en France est encore un lieu de socialisation. Au début du XXème siècle, les jeunes étaient, en moyenne, scolarisés 4 ans contre 16 à 18 ans aujourd’hui. Dans le contexte de cette massification de l’enseignement, la sélection ne se fait plus en amont du système mais au sein de lui-même. Barrère (1997) a mis en évidence la figure du « forçat » qui s’oppose à celle de l’ « héritier » de Bourdieu : « Le forçat travaille bien davantage qu’il ne réussit ; il ne maîtrise pas les règles du jeu du travail scolaire et vit un conflit constant autant qu’inexprimé entre l’évaluation institutionnelle qui le dit médiocre et l’évaluation positive qu’il fait lui même en s’appuyant sur la réalité vécue de la somme de travail qu’il fournit pour réussir. » Par le biais du projet qu’élabore le lycéen dès sa classe de seconde, il se trouve confronté aux prémices de la domination sociale. Le bilan dressé est assez terrible puisque le lycée ne remplirait pas les conditions pour une bonne socialisation de tous les élèves. La synthèse réalisée par François Dubet (Les lycéens, 1991) montre que si les valeurs d’excellence entre les deux pays sont totalement opposées (la culture des humanités en Italie contre la rigueur scientifique des maths et des sciences en France), nombreux sont les points de convergence entre les deux jeunesses. La pression scolaire est forte dans les deux cas puisqu’une grande place est donnée aux performances scolaires. La France insiste, par exemple, sur la corrélation entre diplômes et emploi même si les sources de culture générale sont loin de se limiter à la fréquentation des bancs de l’école.

 

Cultures adolescentes et rapports intergénérationnels

 

François de Singly analyse la manière dont se déroule l’individualisation des comportements des jeunes au sein de la famille. Père du terme adonaissants, il montre que l’entrée dans l’adolescence est un moment clé pour l’individu. Il doit réussir à trouver sa place dans la famille et se détacher de son rôle d’enfant. Cela passe par la reconnaissance par les parents de l’existence d’un monde propre au jeune. La manière dont sont négociées les sorties montre une différence entre les garçons et les filles en âge de fréquenter le collège. Les filles demandent l’autorisation de sortir alors que les jeunes hommes se contentent de dire qu’ils sortent sans attendre que les parents en leur en donnent l’autorisation. L’origine sociale ne change rien dans cette partition. Les filles rendent davantage compte du déroulement de leurs sorties à leurs parents. Elles cherchent ainsi que leurs faits et gestes soient validés par leurs parents (au sens de Peter Berger et Thomas Luckmann http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article4233 ). Il existe une dualité entre une « identité statutaire de « fils ou fille de » et l’identité propre, le « soi adonaissant ». On ne peut pas, pour autant, parler de démission des parents ou de déficit de contrôle parental. Les parents sont bien là et veillent au grain que ce soit en Italie comme en France. « La construction de l’autonomie juvénile passe ainsi de manière essentielle par le registre sexuel et amoureux dans un contexte inédit de dissociation du mariage et de la sexualité légitime ». Les articles portant sur la culture jeune dressent un constat assez alarmant des rapports intergénérationnels. Le fait que le jeune possède une chambre à soi, équipée des nouvelles technologies, est rendu responsable d’après Dominique Pasquier de « l’isolement des générations, si bien qu’on peut se demander s’il y a encore un espace de communication et d’affectivité au sein de la famille » ! En revanche, le constat serait moins dramatique en Italie puisque un glissement de la « famille des règles » à une « famille des sentiments ». Il semble donc qu’un décalage temporel persiste entre les deux pays. La France ayant connu une dénatalité précoce a mis en place, très tôt, une politique de protection sociale en direction de la jeunesse alors que l’Italie, qui est restée pendant longtemps un pays rural et d’émigration, a connu de manière décalée les mutations sociales françaises. Cet écart explique que les rapports intergénérationnels soient plus forts en Italie qu’en France.

 

Ainsi, si les différences entre les deux jeunesses existent, force est de constater que les points communs sont nombreux. La jeunesse est une période de plus en plus longue de l’existence. C’est une période d’expérimentation, de tâtonnements pendant laquelle l’identité se construit progressivement. Le groupe de pairs joue un rôle fondamental pendant cette période. La famille aussi, surtout pendant une période où l’insertion sur le marché du travail est rendue difficile dans le cadre de la mondialisation. La vision des jeunes Italiens et Français sur leur avenir est pessimiste. L’émancipation « à l’intérieur de la famille » des jeunes Italiens s’accompagne d’un plus fort engagement politique au service de causes collectives alors que les jeunes Français, engagés dans une émancipation « à côté de la famille », plébiscitent davantage l’individualisation et cela se traduit au niveau de leur faible engagement politique.  Pour autant, les points communs l’emportent sur les divergences. France et Italie présentent un modèle méditerranéen de la jeunesse qui se distingue des pratiques juvéniles de la jeunesse nord-européenne.

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

 

 

 

Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe.

Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe. Van De Velde Cécile. PUF, 2008. 278 pages.

livre_vandeveldePrix Le Monde de la recherche universitaire, la thèse de Cécile Van de Velde soutenue en 2004 a été publiée en 2008 aux PUF. Cette reconnaissance tient autant à la qualité du travail réalisé qu’à la pertinence du sujet. Ce texte amène le lecteur à se demander si « La jeunesse peut-elle encore être pensée comme une transition, quand on sait que cette transition peut désormais se prolonger tout au long de la vie ? »

L’adulte, dans nos sociétés actuelles, ne se conçoit plus comme un être fini mais en perpétuelle formation. « L’âge adulte devient une ligne d’horizon, mouvante et subjective, associée à l’idée de responsabilité et de maturité. » Olivier Galland avait le premier repéré cet allongement de la dépendance dans ses travaux. « Dans une société valorisant la mobilité et le devenir, l’entrée dans la vie adulte tend à relever davantage d’une représentation de soi que d’acquis statutaires. »

Pour rendre compte de cette jeunesse, l’auteure s’est appuyée sur des données statistiques et qualitatives issues du panel européen des ménages (1994 -1999) et sur 135 entretiens semi-directifs conduits auprès de jeunes adultes du Danemark, du Royaume Uni, de France et d’Espagne. Les entretiens n’ont pas été conduits par l’auteur seule mais aussi par d’autres personnes appartenant à un réseau qu’elle a noué au fil de ses allers et retours en Europe. Ils répondent toutefois à une même règle. Ils ont été menés, partout, à la fois dans la capitale du pays et dans une ville moyenne.

Elle est partie de l’hypothèse que les sociétés ont un effet structurant « sur les trajectoires de jeunesse et sur les conceptions de l’adulte qui leur sont associées. » Elle a choisi les quatre pays d’entretiens en reprenant la typologie de Gosta Esping-Andersen qui articule solidarités familiales, aides publiques et recours au marché du travail pendant la jeunesse. Après « de maints allers-retours entre expériences vécues et analyses statistiques », cela a donné quatre formes d’expériences du « devenir adulte » : « Se trouver », « S’assumer », « Se placer », « S’installer ».

« Se trouver », c’est ce qui caractérise les jeunes Danois. Pour cela, l’Etat danois pourvoie à l’indépendance financière des jeunes, qui suivent des études supérieures, en leur octroyant une allocation de près de 600 euros par mois. Aussi, les jeunes Danois quittent très tôt le domicile familial (âge médian de départ de chez les parents : 20 ans) pour s’installer en colocation, en couple ou vivre seul. Il y a émergence d’une « famille intermédiaire entre la famille d’ « orientation » et la famille de « procréation » (cf Talcoot Parsons, 1955). Ce départ s’inscrit en continuité avec l’adolescence où l’autonomie est acquise très tôt : les adolescents recherchant très vite des moyens de gagner de l’argent. Il n’est pas rare que les jeunes Danois remboursent leurs parents pour les frais qu’ils ont engagés pour eux à partir de l’âge de 15 ans. Si jamais, le jeune ne quitte pas le domicile parental autour de 20 ans, il est normal qu’il paie un loyer à ses parents. Emmanuel Todd voit dans ce modèle celui de la famille « nucléaire absolue ». Ce qui compte le plus dans la formation de la jeunesse, c’est de « faire son ego-trip » avant de penser à fonder une famille. « Entrer de façon linéaire à l’Université juste après le lycée est, au contraire, relativement dévalorisé. » Aussi, travailler pendant un an, faire des études à un autre moment ou en même temps que l’on travaille, cela n’a rien de scandaleux. « Toutefois, « 30 ans, c’est la fin » : la frontière des 30 ans marque la frontière symbolique de cette période d’expérimentation institutionnalisée. »

« S’assumer » correspond au mode de vie des jeunes britanniques. Si ce modèle s’apparente au modèle danois, il est beaucoup plus précaire. A défaut d’allocations, le jeune n’hésite pas à s’endetter pour faire ses études ou à travailler pour les financer. Aussi, les études des jeunes britanniques sont souvent courtes, surtout que les frais d’entrée à l’université sont élevés. L’université (la « culture de l’internat ») est un lieu de socialisation central dans le parcours du jeune. Ce n’est pas tant la spécialité de formation qui importe que le rite de passage qu’il représente. Au Royaume-Uni, « le diplôme n’est pas le seul « passeport » vers l’intégration professionnelle. » Il n’existe pas cette idée d’un définitif irréversible (comme en France), lié au diplôme. C’est l’individu qui est l’acteur de sa propre carrière au fil des occasions qui se présentent à lui. Le poids financier que représentent les études au Royaume Uni est responsable d’un fort taux d’endettement des étudiants. De nombreux jeunes, dès qu’ils le peuvent, retournent au foyer familial pour réduire les coûts d’étude en attendant d’avoir un emploi. Cette tendance va donc à l’encontre de l’idée « d’une société valorisant les notions d’indépendance et de responsabilités individuelles ».

« Se placer », est le propre de la jeunesse française. « La France demeure la patrie de l’honneur, des rangs, de l’opposition du noble et du vil, des ordres, des corps, des états, qui se distinguent autant par l’étendue de leurs devoirs que par celle de leurs privilèges. » La jeunesse est un moment déterminant car par les études menées elle va conditionner le destin social de l’individu. C’est donc un moment terrifiant, surtout pour ceux qui n’ont pas les clés pour « se placer ». Cécile Van de Velde réfute le modèle « Tanguy », ce grand enfant qui ne veut pas quitter le domicile familial même en ayant acquis son indépendance financière. Ce genre de situation est plus qu’anecdotique. Pour l’auteur, il faut distinguer deux comportements suivis par les jeunes en fonction de leur origine sociale. Les jeunes issus de milieux populaires ont un comportement radicalement différent de ceux issus de classes moyennes et aisées. Ils restent plus longtemps au domicile familial mais participent financièrement à son fonctionnement (paiement d’un loyer, remplissage du réfrigérateur, tâches ménagères). Toutefois, l’âge de 25 ans semble un seuil à ne pas franchir en restant chez ses parents, sinon « c’est la honte. » Les jeunes issus des classes plus aisées accèdent à une indépendance très tôt mais c’est une indépendance sans finances. Ils ne vivent plus sous le toit familial mais vivent dans un appartement payé par leurs parents. C’est de la fausse indépendance comme en témoigne « la sociologie du linge sale ». Tant que le jeune revient au domicile familial pour apporter son linge sale et récupérer l’équivalent lavé et repassé, le cordon n’est pas coupé ! Cette manière de « gérer sa carrière » dès l’adolescence est très discriminante et plus particulièrement pour les jeunes issus des classes populaires. Pour les autres, l’idée d’urgence et de l’angoisse du retard l’emportent tout au long des études et provoquent du stress. Le parcours linéaire est valorisé car il est un gage d’une plus rapide insertion sur le marché du travail.

« S’installer », c’est ainsi que se caractérise la jeunesse espagnole qui décohabite autour de l’âge de 27 ans (quand elle ne revient pas habiter chez Papa et Maman avec la crise actuelle !). Elle attend de partir pour s’installer en couple, dans le cadre du mariage, une fois son avenir professionnel assuré et par un accès à la propriété immobilière. On quitte le foyer quand on en crée un. Partir plus tôt est vécu comme « une trahison affective » ! Des jeunes partent pour faire leurs études et reviennent habiter à la maison ensuite. La cohabitation des jeunes espagnols dans la famille est souvent qualifiée d’ « hôtel de luxe » : pas de participation aux tâches ménagères, pas de paiement d’un loyer le plus souvent mais en revanche, pas question d’y amener sa petite amie ! On est à des milliers de kilomètres (et c’est le cas) de ce qui se pratique au Danemark ! Quand la petite amie rencontre la famille espagnole, c’est dans le cadre d’un engagement à long terme. Cette manière de faire ne va pas sans conflits, toutefois. Mais, le jeune espagnol n’a pas le choix. L’Etat espagnol est l’un de ceux (comme le Portugal, l’Italie, la Grèce) en Europe qui aide le moins les jeunes.

Ce tour d’horizon européen rend compte d’une pluralité des jeunesses. Si tous les jeunes se retrouvent derrière l’idée que cette période est celle d’ « une quête de soi », les chemins pour y arriver sont très variés. Pourtant, à l’heure de la mastérisation engagée dans le cadre européen, cette diversité pose bien des questions quand on constate à quel point l’investissement des Etats dans la jeunesse est différent. Egalité des diplômes ne signifie pas équité à leur accès.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes