Archives de catégorie : Lectures / Readings

L’université et ses territoires. Dynamismes des villes moyennes et particularités de sites.

L’université et ses territoires. Dynamismes des villes moyennes et particularités de sites. Rachel Lévy, Catherine Soldano et Philippe Cuntigh (dir.), Grenoble, PUG, 2015, 182 p. 29€

doc-prévente_Page_1-519x777

« Il était une fois » une toute petite antenne universitaire nichée au cœur des montagnes de l’Ardèche[1], dans un village de 300 habitants sans école, où furent soutenues entre 1994 et 2014 vingt thèses de doctorat en géographie… Depuis le milieu des années 1990, grâce à l’énergie d’un directeur général des services départementaux, d’un proviseur de lycée agricole et d’un professeur d’université, est né, dans la maisonnée d’Olivier de Serres le CERMOSEM[2], un centre de formation hors pair.

Cette belle histoire, c’est celle que les auteurs de cet ouvrage racontent au fil des chapitres en examinant les ressorts de ces SUVM[3]. Professeurs, maîtres de conférences, docteurs en géographie, acteurs étudient les caractéristiques de ces petits sites qui parsèment le territoire national en les replaçant dans le contexte historique de leur création.

L’innovation principale de ces études est de ne pas considérer les sites en soi mais dans les systèmes territoriaux où ils s’insèrent (SUVM), sorte de systèmes locaux d’enseignement supérieur. Que ces structures soient des antennes d’universités plus importantes ou totalement indépendantes, elles s’inscrivent dans un désir de « démocratisation » de l’enseignement supérieur : les « sites universitaires périphériques » en très grand nombre (104) accueillent moins de 6% des étudiants » (p. 155) mais affichent des taux de réussite à faire pâlir les universités « historiques » ! L’article consacré à la comparaison du parcours des étudiants ayant réussi leur DEUG et leur licence en AES sur le site du Creusot et ceux inscrits à l’Université mère de Dijon est particulièrement éclairant. Non seulement, le site du Creusot permet un accès social plus large à la filière mais affiche des taux de réussite supérieurs à ceux de Dijon : les jeunes étudiants, logés chez leurs parents, sont particulièrement bien encadrés et profitent d’une interconnaissance basée sur leurs fréquentations lycéennes. Tous ces éléments œuvrent à leur réussite. Ces sites abritent aussi une activité scientifique non négligeable comme le montre l’étude réalisée par Rachel Lévy et Odile Bourbiaux. Ces résultats vont à l’encontre de la concentration en œuvre dans le système universitaire, justifiée par l’insertion de l’économie de la connaissance dans la mondialisation.

Une belle histoire nous est racontée ici, celle des sites qui ont vu le jour et qui persistent. Si les tentatives avortées sont abordées, force est de constater que ce n’est pas le cœur du propos. Ce modèle n’est toutefois pas généralisable à toutes les filières. Il suffit, pour s’en convaincre de penser aux taux de réussite aux concours des universités parisiennes comparés à celles de province.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes


[1] À Mirabel, à vingt kilomètres à l’est d’Aubenas.

[2] Centre d’études et de recherches sur les montagnes sèches et méditerranéennes.

[3] Systèmes Universitaires des Villes Moyennes.

La société comme verdict. Classes, identités, trajectoires.

La société comme verdict. Classes, identités, trajectoires. Didier Eribon. Paris, Champs Essais, Flammarion, 2014. 254 p. 10€.

9782081314016

En 2009, Didier Eribon, sociologue et philosophe, publiait Retour à Reims, un ouvrage autobiographique (ou autoanalytique, pour reprendre le terme utilisé par Pierre Bourdieu dans son livre paru en 2004) relatif à sa poursuite d’études supérieures à Paris. Ayant grandi dans une famille ouvrière, ce départ était une manière de s’en affranchir et de pouvoir vivre librement son homosexualité. En 2013, en 2014 (pour l’édition de poche), l’auteur propose un texte d’accompagnement à cet ouvrage qu’il avait volontairement amputé d’une introduction et d’une grille de lecture.

La société comme verdict s’organise en neuf chapitres alliant des explications de textes littéraires (Simone De Beauvoir, Annie Ernaux, Claude Simon, Paul Nizan, Raymond Williams, Richard Hoggart,…), une riche réflexion introspective sur l’illustration de l’édition de poche de Retour à Reims figurant une photographie d’Eribon adolescent, l’importance des textes de Pierre Bourdieu ou de Michel Foucault dans le cheminement intellectuel de l’auteur, mais aussi l’histoire, ou plutôt l’absence d’histoire de la vie de ses deux grand-mères issues des classes populaires. Il montre, qu’à défaut de sources disponibles, au contraire des familles bourgeoises qui transmettent non seulement un patrimoine immobilier, mobilier mais aussi culturel à leurs enfants, il lui est impossible de faire le portrait de ses aïeules.

L’ensemble de ces réflexions vise à montrer les mécanismes de la reproduction sociale, qui perdurent malgré les efforts de démocratisation (terme réfuté par Eribon au profit de la « massification scolaire ») offerts par le système scolaire. A ceux qui réussissent à s’émanciper de leur milieu manquent toujours les codes et le capital social pour être à l’aise dans leur vie professionnelle comme personnelle. « La force des habitus, le rapport que les milieux sociaux dépossédés depuis toujours de l’accès à l’éducation et à la culture, avec comme conséquence principale l’auto-exclusion, l’autoélimination – c’est-à-dire, en réalité, l’élimination automatique et inévitable qui est pensée et vécue comme un choix libre par ceux qui en sont victimes – sont dotés d’une puissance de perpétuation de l’ordre social hiérarchisé tout aussi agissante et efficace que les stratégies conscientes ou inconscientes des dominants. » (p. 175). Il tient pour preuve de cette réalité passée comme actuelle (il insiste sur ce point) la faible place tenue par les enfants d’ouvriers dans la production du discours « savant ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires.

La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Christophe Guilluy. Paris, Flammarion, 184 p. 18€

2835700-la-france-peripherique-jpg_2470357

Livre phare de cet automne, l’ouvrage de Christophe Guilluy a beaucoup été médiatisé. Le bandeau de l’ouvrage met l’accent sur les titres de la presse ayant relayé sa parution :

« Mille éléments décoiffants qui méritent d’être débattus. » Le JDD ; « Le seul livre que devraient lire Hollande, Valls, Mélenchon, Bayrou, Juppé, Sarkozy. » Marianne ; « Une démonstration lumineuse. » Le Figaro. Se plonger dans cet ouvrage, c’est disposer des éléments nécessaires pour mener sa propre réflexion en géographie.

Christophe Guilluy est géographe. Son ouvrage « Fractures françaises », paru en 2010, a fait couler beaucoup d’encre dans le contexte de la campagne présidentielle de 2012. Il développe ici, dans un essai très enlevé, une thématique rapidement évoquée dans le précédent livre : celle de la France périphérique. Ce terme désigne la France qui s’oppose à celle des métropoles, ces territoires grands gagnants de la mondialisation. Il veut alerter sur les dangers de cette partition du territoire national : « Des Bonnets rouges à Hénin-Beaumont, des zones rurales aux espaces « périurbains subis », la France des oubliés, celle des plans sociaux, est en train, par le bas, de remettre en cause l’édifice. » (p. 11). Cette « France périphérique » mettrait en danger notre société car s’y manifestent des tensions qui devraient à terme modifier le paysage politique : vote en faveur du FN et tentation du repli sur soi.

 Pour définir la France périphérique, il fait le choix de ne pas partir des territoires mais des catégories sociales en s’appuyant sur l’indice de fragilité sociale mis au point par Christophe Noyé comprenant huit indicateurs combinant taux d’ouvriers et d’employés dans la population, taux de temps partiel, taux de chômage, taux d’emploi précaire, propriétaires occupants précaires, revenus mais aussi un indicateur dynamique, l’évolution de la part des ouvriers-employés entre 1999 et 2010. Ainsi, se dessine la carte « La France des fragilités sociales » mettant en évidence les espaces ruraux et globalement les espaces à l’écart des métropoles. Si on pourrait y lire rapidement un négatif de la carte des aires urbaines de l’INSEE, l’auteur s’en défend et démonte le zonage en aires urbaines, proposant une vision trop urbaine et économique des territoires. Il la dénomme d’ailleurs : « La cartes des aires urbaines ou la « carte d’état-major » des classes dirigeantes » car « elle rend de fait invisible l’essentiel des classes populaires et occulte les effets sociaux et spatiaux de la mondialisation. » (p. 21).  L’indice de fragilité sociale partage les espaces périurbains entre cette France périphérique (périurbain subi) et la France métropolitaine (périurbain choisi). Toutefois, et c’est là qu’on peine à suivre Guilluy, « Il a paru excessif de considérer ces communes comme véritablement intégrées à l’espace métropolitain, le parti pris d’en réintégrer une partie dans la « France périphérique » a donc été adopté. Ainsi, les communes du périurbain des métropoles ont été associées aux espaces périphériques dès lors que leur indicateur de fragilité est d’au moins 3. » (p. 30). Autant, l’exposé de l’élaboration de l’indice de fragilité sociale a été convaincant, autant, à partir de ce moment de la lecture, ce bricolage des catégories ne semble pas légitime, d’autant plus que l’indice en question court de 0 à 8 et dans ce cas pourquoi retenir 3 et non pas 4. Christophe Guilly donne l’impression de vouloir à tout prix intégrer dans la « France périphérique » le propriétaire de pavillon afin d’étayer sa thèse s’appuyant sur l’idée que les habitants du périurbain ont été chassés du cœur des métropoles à la suite de la gentrification des quartiers centraux et d’une spécialisation du parc social dans l’accueil des populations précaires et/ou immigrées.

Cet artifice constitue le point faible de la démonstration par ailleurs convaincante. Ainsi, la mise en avant des difficultés rencontrées par les petites villes en cas de plans sociaux est légitime et permet de comprendre les fragilités sociales connues par les populations locales peu mobiles : « Le piège se referme sur les populations locales dont les biens immobiliers se déprécient au rythme de l’érosion de la population. » (p. 57). Ces « sédentaires » (en opposition aux « mobiles » vivant dans les cœurs des métropoles) sont particulièrement sensibles à l’évolution migratoire de leur commune. C’est sur le terreau de la précarisation et des tensions identitaires que se consolide le vote FN. L’Etat est bien conscient du danger et c’est d’ailleurs pour cela que la politique de la ville, depuis 2014, inclut des petites et moyennes villes (telles Joigny, par exemple). La vision qui ressort de la lecture de l’ouvrage est terrifiante. « Car ce sont ces catégories, pourtant invisibles culturellement et politiquement, qui participent à l’effacement du monde politique d’avant. » (p. 71). Le paysage politique actuel ne serait que le résultat du vieillissement du corps électoral favorable aux partis de gouvernement. « Le vieillissement est le meilleur rempart contre le populisme, mais il ne suffira pas car le changement n’est pas porté par une idéologie mais par une réalité sociale et culturelle incontournable : on n’intègre pas politiquement des catégories exclues du projet économique et sociétal. » (p. 72). Pour Christophe Guilluy, le clivage gauche-droite n’a plus court, cela revient « à analyser la géopolitique mondiale avec la grille de lecture d’avant la chute du mur : celle des deux blocs de l’Ouest et de l’Est » (p. 94). Avec près 28% des moins de 24 ans ayant voté pour une liste frontiste aux dernières élections, l’auteur nous prédit une « France de demain » apocalyptique.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans.

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans. Olivier Galland et Bernard Roudet (dir.). Paris, Doc’ en poche. Paroles d’experts. La Documentation française, 2014, 276 p. 9,90€

Capture d’écran 2014-11-16 à 11.53.39

Afin de mieux adapter ses politiques en faveur des jeunes, l’Etat a confié à l’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) la mission de réaliser des études, des enquêtes et des synthèses sur la jeunesse. Cet ouvrage rend compte de ce travail longitudinal mené, auprès des jeunes de 18 à 29 ans, avec les enquêtes Valeurs menées en collaboration avec l’Arval (Association pour la recherche sur le système des valeurs).

La cheville ouvrière de ce travail est Bernard Roudet, chargé d’études et de recherche à l’Injep, décédé en 2013. Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse, a dirigé cet ouvrage publié dans une première édition en 2012, paraissant aujourd’hui en édition de poche.

Travailler sur l’évolution des valeurs exige de savoir ce que l’on entend par valeurs. « Pour les sociologues comme Emile Durkheim ou Max Weber, l’unité d’une société se fonde sur les valeurs partagées, sur des « idéaux collectifs » transmis aux individus. (…) Afin d’évaluer ce qui fait la stabilité d’une société, mais aussi ce qui peut la faire bouger, il est important (…) d’analyser ce processus de changement des systèmes de valeurs, de repérer comment les individus recomposent leurs systèmes de valeurs et de comprendre ainsi les tendances d’évolution d’une société. » (p. 11).

Ainsi, cette étude montre que les jeunes d’aujourd’hui se sont détachés des mouvements contestataires de l’organisation de la société, cette dernière étant moins clivée par classes d’âges qu’en 1981, même si le niveau d’études entre énormément en ligne de compte. Parallèlement, la montée de l’individualisation s’accompagne d’une mise en avant des valeurs de tolérance allant de pair avec un désir de cadres et d’autorité, à rapprocher du quart des jeunes les moins diplômés montrant un attrait pour un régime autoritaire. La famille tient toujours une place centrale chez les filles comme les garçons sans que les formes diversifiées d’organisation de la famille ne soient un obstacle à l’égalité entre les sexes. A rebours des discours publics, la valeur travail n’est pas remise en cause par les jeunes (70% des jeunes, contre 68% des plus de 30 ans, estiment le travail comme un domaine très important de la vie en 2008).

Publié dans la collection Paroles d’experts, cet ouvrage comporte des graphiques à la lecture complexe (voir les figures du chapitre 1) malgré les commentaires qui les accompagnent. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que les dernières enquêtes ont été réalisées avant la crise économique et la confirmation de la montée du FN (2007 et 2008), et ainsi relativiser les constats optimistes qui en ont été tirés : « Globalement, l’intolérance est limitée, chez les jeunes comme chez les adultes, et elle apparaît en baisse depuis l’enquête de 1999. Le rejet en fonction des critères ethniques ou religieux et le rejet des immigrés, notamment, sont fortement minoritaires chez les jeunes. Ils diminuent entre 1999 et 2008, tout particulièrement en ce qui concerne les musulmans (- 7 points) et les gitans (- 15 points). » (p. 62).

La continuité générationnelle («  allant de 18 ans à 50 ans, voire 60 ans » p. 259) mise en avant dans cet ouvrage fait qu’il n’y a plus vraiment de rupture sur le plan des valeurs. « Les parents sont devenus des accompagnateurs dont la tâche est d’aider les jeunes adultes en devenir à faire leur place, progressivement, dans la société. » (p. 260) En revanche, au sein des jeunes eux-mêmes, un clivage intragénérationnel existe en fonction des atouts scolaires. L’école a donc un rôle central à jouer.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago.

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago. Jean Peneff, L’harmattan, 2014, 146 p.

Capture d’écran 2014-11-06 à 18.38.08

En 2013, l’EHESS consacrait un séminaire spécial au plus français des sociologues américains : Howard S. Becker. En 2014, sort l’ouvrage de Jean Peneff, professeur émérite de sociologie, consacré à ce grand sociologue, pianiste de jazz et photographe.

Il faut dire que Howard S. Becker est un sacré personnage ! Musicien de jazz jouant dans des boîtes de striptease dans les années 40, il décide de faire une étude sociologique du milieu de la nuit et de sa clientèle. Non seulement, c’est totalement inédit mais il voit son doctorat de sociologie comme un hobby : « le véritable boulot, c’était de jouer du piano ». Il devient finalement professeur à l’université, par un pur hasard (d’après lui) suite à l’accident mortel de son prédécesseur passé sous un autobus. A ce poste, il va rompre avec les codes conventionnels ayant cours à l’université. Il fait cours dans un sous-sol de la fac, abandonne le face-à-face magistral, refuse toutes responsabilités afin de continuer le terrain. Et des terrains, il va en explorer plus d’un : le milieu médical, de l’enseignement, des drogués, le monde de l’art… Il ne veut « pas se couper des actifs, des réalités économiques, des conditions ordinaires des salariés. » (p. 47) même s’il « n’interroge guère des personnes inférieures à sa propre condition ». Il reconnaît « Oui j’ai manqué tout ça, mais où était mon matériau ? La classe ouvrière, je ne la connais pas de naissance ; mais les classes moyennes si ! Alors je fais avec les moyens du bord. J’ai observé leur envahissement et la montée des loisirs ; et puis j’ai pressenti l’élimination des barrières entre la vie publique et la vie privée, l’exhibition permanente de soi. » (p. 129)

L’essentiel de l’ouvrage est consacré aux méthodes expérimentées par Becker : observation participante, interactionnisme, ses mondes sans que son style mordant ne puisse être restitué par Peneff. La part faite à la musique est faible dans l’ouvrage, contrairement à ce que le sous-titre laissait présager. La bibliographie qui clôt le livre donnera l’occasion aux lecteurs de continuer la découverte de ce drôle de personnage qui martèle à ses étudiants : « Faites le maximum de terrains, acquerrez la confiance, prenez en mains votre destin professionnel : c’est à vous de le découvrir ! » (p. 134).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Introduction à la géographie sociale.

Introduction à la géographie sociale. Guy Di Méo. Paris, Armand Colin, 190 p. 16,80€

Capture d’écran 2014-09-28 à 18.32.25

Le représentant français de la géographie sociale signe ici une introduction à cette branche de la géographie dont l’objet est « l’étude des rapports existant entre rapports sociaux et rapports spatiaux » (JB. Racine, 1986). « La géographie sociale traite donc, conjointement, de l’espace et de la société. Elle n’établit pas de préséance de l’un ou de l’une sur l’autre, puisque les objets qu’elle prend en compte se confondent avec les phénomènes résultant de l’interaction constante et fusionnelle de rapports sociaux et spatiaux, tous de nature sociale. » (p. 8). Si toutes les échelles peuvent être retenues pour comprendre l’entrecroisement des rapports sociaux et spatiaux, la perception que les personnes ont d’un espace est aussi centrale dans cette démarche. Pour autant, la géographie sociale s’efforce de proposer des méthodes de conceptualisation et d’analyse des espaces et des lieux.

Aussi, Guy Di Méo, après avoir présenté la généalogie de la géographie sociale, en expose les objectifs et les méthodes avant d’examiner la spatialité des rapports sociaux, la production des formes de l’espace et les ajustements sociaux des acteurs avec celui-ci. Les développements consacrés dans le chapitre 3 (Espaces, temps, acteurs….) à l’espace du monde vécu, à l’espace géographique cartésien et à l’espace produit social comme aux acteurs sont lumineux. On retiendra, notamment, le système d’interactions proposé p. 78 faisant le lien entre sujet – société – espace ainsi que les paragraphes consacrés à l’identité (p. 93). « Ce qui compte pour l’individu, ce sont les relations tissées entre ces lieux, le sens qu’ils prennent à ses yeux, les uns par rapport aux autres. De fait, l’identité a pour objet de fabriquer une continuité temporelle du sujet. Or, celle-ci ne saurait ignorer les contraintes spatiales. L’individu, en s’identifiant, doit s’inscrire également dans une cohérence de la territorialité : donner du sens à ce qui l’entoure, à la continuité comme aux discontinuités géographiques ; celles qui le séparent, par exemple, des êtres chers. »

Si l’éditeur considère la collection Cursus comme accessible aux étudiants de Licence, il y a fort à parier que le niveau de difficulté du texte décourage des débutants. Cet ouvrage est d’abord et avant tout un ouvrage d’épistémologie, même si des encadrés ponctuent le texte pour proposer des exemples. La présentation des MSI (Métastructures Spatiales Individuelles), ensembles de schèmes mentaux propres à chaque individu, comme de la FSS (Formation Socio-Spatiale reposant sur quatre instances : géographique, économique, politique et idéologique) demeure compliquée à suivre malgré leur application pratique aux départements aquitains.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100, Juillet-Aout 2014. 63 p. 11,50€

Habiter-le-Monde_small

La Documentation photographique a confié à Olivier Lazzarotti, le géographe du tourisme et de l’  « habiter » la responsabilité de ce numéro. Il revient dans « Le point sur » sur la genèse de ce concept. Si l’ « habiter » vise à « accéder, par la géographie, aux processus identitaires et sociaux de l’humanité habitante. » (p.3), il faut voir derrière ce concept englobant et particulièrement riche le tronc commun aux différentes branches de la géographie apparues depuis les années 1980. Inspiré de la philosophie pragmatique et de la sociologie, l’ « Habiter » dépasse le strict cadre de l’individu, en intégrant les groupes. « Habiter, c’est cohabiter » (p. 8)« comment être soi parmi les autres » (p. 15). Sont interrogées ainsi « les modalités des rapports au Monde, mobilités et immobilités combinées. » (p. 8). L’habitat, au sens strict, étudié par les géographes de l’école classique, n’est qu’un objet de l’ « habiter ». Désormais, les géographes s’accordent à reconnaître que peuvent être habiter des lieux occupés temporairement (dans le cadre de séjours de vacances) ou mobiles (habiter le Paris-Rouen). Mais, « habiter n’est pas seulement pratiquer. C’est aussi trouver les mots, les images, les sons tout autant que les représentations et les inconscients de toutes sortes, qui accompagnent les pratiques. » (p. 11). « Cartes d’identités », « signatures géographiques » (Lazzarotti, 2006) sont les témoins d’un habitat polytopique (Stock, 2006) réel comme imaginaire.

Cette entrée en matière très épistémologique peut sembler assez abrupte pour qui a inscrit cette lecture à son programme d’été. Toutefois, il n’est pas à douter qu’une relecture de cette première partie sera très fructueuse, à la lumière des thématiques exploitées dans la seconde partie de l’ouvrage. De nombreux documents ont retenu notre attention, tel le parcours illustré de cinq migrants entre Kaboul et Paris, la carte « Les Hallyday, des multirésidents » réalisés à partir du compte instagram de Laetitia Hallyday, la combinaison documentaire sur les « SDF, des habitants sans adresse ? », sur les lieux commerciaux tels que La Vallée Village à Marne-La-Vallée, pour n’en citer que quelques-uns. Les analyses des doubles-pages portant sur des lieux touristiques sont particulièrement riches. L’analyse qu’Olivier Lazzarotti fait de la place Jemaa El-Fna à Marrakech est délicieuse. Partant de la définition d’un lieu de Roger Brunet  (« point de l’étendue »), il montre à quel point un lieu ne se réduit pas au local. « (…) Pour saisir sa richesse, son intensité et sa diversité, pour comprendre même ce qui s’y passe, il faut la considérer à la manière d’un espace géographique habité et l’interpréter à partir des horizons, des qualités et des pratiques des habitants qui s’y trouvent. (…) Non, décidément non, l’espace habité géographique n’est pas une surface. » (p. 32).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Habiter. Un monde à mon image.

9782081281974FS

«  (…) Habiter, c’est tracer des lignes et dessiner des surfaces, c’est écrire sur la terre, parfois en de puissants caractères et y laisser des images. On appellera cela géographie. Et ce n’est rien d’autre que de transformer la surface de la Terre en une sorte de grande demeure, en un intérieur universel. » (p. 10) Le philosophe et historien Jean-Marc Besse offre ici un magnifique texte sur Habiter. Tout en délicatesse, cette réflexion générale sur notre manière « d’être quelque part » constitue une magnifique introduction au Festival International de Géographie 2014, consacré à Habiter la Terre.

Comme le disait Gilles Deleuze (1996), habiter est plus une question de géographie que d’architecture. Si habiter fait référence au lieu « où on peut confier son sommeil » (Lévinas), cette fonction ne se limite pas à l’espace intérieur mais aussi à l’extérieur. L’entretien des lieux participe de l’habiter et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’artiste américaine Mierle Laderman, en 1969, a développé une « œuvre autour et à partir du concept d’entretien (maintenance), dans le cadre d’une démarche qui, partant d’une interrogation domestique, s’est élargie aux problématiques de la préservation de l’espace public et de son environnement. » (p. 25)

Comprendre l’Habiter exige de réfléchir aux « espacements » (p. 40), à « un réglage des proximités et des distances » (p. 43) mais aussi aux porosités entre espace intime et espace public, dont le seuil est le lieu par excellence où se joue ces limites dans le cadre du voisinage. « Habiter, c’est d’abord s’installer dans un système d’échanges métaboliques à la fois fonctionnel, affectif, symbolique, entre les lieux, les êtres et les choses qui peuplent ces lieux et qui, très exactement, les occupent. » (p. 130). C’est pourquoi déménager n’est pas anodin puisqu’il va falloir reconstituer ailleurs ce que l’on avait construit ici : un chez-soi, un espace incarné où l’individu tient une place centrale.

Cela ne veut pas dire, pour autant, que les lieux de la mobilité ne sont pas des lieux habités. « La reconnaissance du déplacement comme fait spatial fondamental et de l’originalité de l’habiter mobile signifie que je peux faire une maison sans nécessairement avoir des liens immémoriaux avec le sol où la maison s’édifie. » (p. 209) Il est donc possible d’être chez-soi à l’étranger même si « Habiter comme étranger c’est, par conséquent, rester dans une certaine distance avec le monde nouveau dans lequel on habite pourtant. » (p. 217). C’est toute la différence entre se loger et habiter.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai.

13922796632_GDSH34_258

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai. Les Grands Dossiers de Sciences Humaines, N°34. Mars-Avril 2014. 78 p. 7,50€

15 philosophes au banc d’essai ou La philo pour les Nuls, ou presque ! Voilà le pari qu’a relevé l’équipe de Sciences Humaines en proposant à ses lecteurs une analyse, la plupart du temps, lumineuse des idées des plus grands philosophes d’hier et d’aujourd’hui.

Malgré tout, il n’est pas question ici de véhiculer les idées reçues sur ces penseurs mais de montrer la complexité des individus et de leurs idées. Ainsi, l’idée que « Socrate le sage, Socrate le libre-penseur, Socrate le père de la philosophie… (a été) envoyé au trépas par une foule ignorante » (p. 6) est mise en contexte : celui du rétablissement de la démocratie après une période de tyrannie où notre Socrate ou du moins « plusieurs de ses disciples ont été associés à ce régime qui fit régner la terreur sur la ville. » (p. 7). Socrate représentait donc une menace politique.

Au-delà d’une approche biographique, très présente dans la plupart des articles, les idées sont examinées très simplement. Les raisonnements philosophiques sont décortiqués morceau par morceau. Quand c’est nécessaire des schémas viennent agrémenter le texte pour permettre au lecteur de ne pas perdre le fil quand les choses se corsent : Le système des 4 causes d’Aristote (p. 19), le problème de Hume (p. 33), la dialectique : une valse à 3 ou 4 temps (p. 43). Les articles les plus accessibles demeurent toutefois ceux qui sont consacrés aux philosophes les plus anciens : Socrate, Platon, Aristote, Descartes, Montaigne, Hume, Kant. C’est moins évident pour les articles présentant Derrida, Popper, Deleuze.

Au-delà des services que rendra ce Grand Dossier aux élèves de terminale ou aux étudiants en philosophie, deux limites non négligeables apparaissent. Les articles sont anonymes, à l’exception de quelques-uns signés par Louisa Yousfi. L’introduction s’en explique : « L’auteur de cette enquête se nomme Philomène. Qui est-ce ? Un « personnage conceptuel » : un terme inventé par Deleuze pour désigner les personnages fictifs et universels qui font vivre la philosophie. (…) (qui) veut simplement savoir où la philo mène… » ! Bon… Mais le nombre de coquilles et de fautes d’orthographe présentes dans le dossier laisse à penser que l’ensemble a été bouclé en vitesse. C’est dommage car le magazine Sciences Humaines n’est pas coutumier du fait.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Questionner l’étalement urbain.

74-0fd1c

L’étalement urbain est la nouvelle « bête noire » de nos sociétés alors que s’installer dans un espace verdoyant et dans sa maison individuelle demeure le rêve de 80% des Français ! Ce phénomène préoccupe les élus des communes situées en périphérie et ceux de l’espace rural qui ne savent pas comment répondre à la demande de leur population en termes de transports en commun, d’accès aux réseaux ou de raccordement à ces réseaux.

Pour les aider dans cette tâche difficile, les CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) cherchent à faire évoluer les pratiques des élus. Ce volume, édité à la suite de l’Université permanente de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement, rassemble les contributions d’universitaires (tels que les géographes Martin Vanier et Eric Charmes) ainsi que celles des différentes antennes locales qui rendent compte d’initiatives menées sur le terrain pour rendre la ville plus durable.

L’ensemble offre des clés de lecture intéressante pour comprendre l’étalement urbain et un nombre important d’exemples qui peuvent servir de support à la mise en œuvre d’une étude de cas. L’enjeu de ce volume est de comprendre plutôt que d’accuser l’étalement urbain de tous les maux. Dominique Jacomet (architecte urbaniste, directeur de la CAUE de l’Aveyron) propose de lire ce phénomène à l’aune de la « countryfication » : « un processus d’adaptation territoriale de l’urbanisme aux contraintes : du site, du relief, de la géologie, avec une recherche d’équilibre entre usages. » (p. 19) plutôt que de voir dans l’étalement urbain un « junk space ». La ville périphérique serait à présenter sous la forme d’une galaxie « où s’articulent forces de gravité et forces centrifuges. » (p. 20) sans qu’il soit nécessaire pour qu’il y ait une forme urbaine prédéfinie : un paysage minéral. Dans la ville périphérique, les hommes circulent dans un paysage végétal et cela ne doit pas poser problème. Il est possible de déconcentrer des services « urbains » dans des espaces plus ruraux. Il dénonce le discours schizophrène de l’Etat qui concentre dans les villes les grands équipements (hôpitaux, tribunaux, Poste) et contribue ainsi à accroître la distance à ces déplacements pour les populations les plus rurales.

L’enjeu est donc d’aménager le périurbain à l’échelle intercommunale pour réduire les dépendances avec la ville-centre. « Les communes périurbaines ne sont pas des banlieues » (Charmes, p. 21). En Italie (avec le concept de la « citta diffusa ») ou en Allemagne (avec la Zwischenstadt ou entre-ville de Thomas Sieverts), ce phénomène n’est pas vu comme quelque chose d’effrayant car il s’appuie sur des polarités secondaires qui font sens et centre.

Tous les contributeurs s’étendent pour dire qu’il est plus facile d’étaler que d’aménager. Toutefois, au lieu de condamner, il faut essayer d’accompagner le phénomène et permettre la densification (BIMBY : Build in my garden, lotissements denses). Car comme le disait Julien Gracq dans La forme d’une ville (1985) : « La forme d’une ville change plus, on le sait, que le cœur d’un mortel ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales.

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.). Paris, EHESS, 2014. 359 p. 16€.

fda83a7bbc

Vous êtes « un être hybride, mi-étudiant, mi-adulte, coincé entre deux âges » (Lhérété, 2011), bref un doctorant, alors ce livre est fait pour vous ! Sa lecture vient à point nommé pour rebooster les étudiants laborieux en cours de rédaction. Car, quand on s’embarque dans une aventure de longue haleine de la sorte, il est bon de se plonger dans des ouvrages de méthodologie qui rassurent et poussent à continuer dans la voie engagée et dans les délais impartis (de plus en plus courts depuis la réforme du doctorat en 2007). Si Les ficelles du métier d’Howard S. Becker et L’art de la thèse de Michel Beaud sont les livres de chevet de tous, il faudra désormais y compter, parmi les indispensables, cet ouvrage lumineux.

Ce livre est le résultat du séminaire doctoral de l’EHESS Les aspects concrets de la thèse mis en œuvre par Moritz Hunsmann (politologue post-doctorant à l’EHESS) et Sébastien Kapp, (sociologue collaborateur à l’Université Libre de Bruxelles). Le blog éponyme, est l’indispensable complément à l’ouvrage puisqu’il permet d’écouter et de voir les vidéos des séances du séminaire. L’ensemble (livre et blog) regorge de conseils aussi simples qu’indispensables. Howard S. Becker a préfacé l’ouvrage et, comme à son habitude, donne des tuyaux tout simples pour arriver au bout de cette rédaction qui met à l’épreuve l’endurance des plus motivés. « (…) Je vais vous livrer un secret qui m’a permis de finir ma thèse rapidement et sans souffrance inutile. J’écrivais deux pages par jour, sans exception. C’était ma tâche quotidienne. (…) Un ami avait fait le calcul à ma place : si l’on écrit deux pages par jour, à la fin de l’année, on disposera de 730 pages, c’est-à-dire assez pour au moins deux thèses. » (p. 15). Car le maître mot de Becker face à l’angoisse de la feuille blanche (ou du clavier) est toujours le même : il vaut mieux écrire quelque chose de mauvais que rien du tout. Il est plus facile de retravailler un texte imbuvable qu’un texte qui n’existe pas. Une évidence, dont il ne reste plus qu’à se convaincre !

Les articles réunis ici sont là pour ça et même si tous les sujets sont différents, les problématiques de recherche sont très semblables. « La thèse se doit de rendre compte, d’expliciter les incertitudes et choix qui ont été faits. Elle conserve ainsi une bonne partie de l’échafaudage qui a rendu possible la construction du travail et qui rend compréhensibles les modalités de production du savoir. » (p. 44) Les textes rassemblés sont criants d’esprit pratique (que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?, Rédiger sa thèse comme on assemble un puzzle, la communication orale, publier pendant sa thèse, le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs…) et de vérités toutes banales qu’on a besoin de lire pour s’en convaincre. La question des méthodes d’enquête et de production de données n’est pas occultée. Les auteurs sont nombreux à battre en brèche la partition qualitatif / quantitatif et le cloisonnement entre les disciplines. Ils militent pour l’innovation en termes de recherche, compétence particulièrement appréciée sur le marché universitaire. Toute méthode est bonne à condition d’être explicitée : « Fondamentalement, l’auteur prend le lecteur par la main pour l’emmener dans un lieu inconnu ; tout en lui ménageant quelques surprises, il lui explique où ils vont et pourquoi ils y vont. » (p. 209) S’il faut écrire pour penser, il faut avoir en tête que « parler n’est pas écrire » (p. 218).  La publication d’articles dans des revues scientifiques est indispensable comme l’est la participation à des colloques et à des séminaires mais les compétences à mettre en œuvre ne sont pas du même ordre et il faut en être conscient, même si dans les deux cas, il faut fournir matière à discussion. Les candidats aux pré-sélections au concours Ma thèse en 180 secondes qui se déroulent cette semaine à Paris Ouest en savent quelque chose ! Un coaching spécial a été mis en place par les services universitaires pour entraîner ces poulains qui représenteront la fac à l’international. Car, les doctorants sont les vitrines des universités et il ne faut pas oublier de les bichonner !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé.

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé. Jacques Pezeu-Massabuau. L’harmattan, 2014. 219 p. 23€

9782343016160r

Le géographe, maître de la maison, a encore frappé ! Voilà que le dernier essai  de Jacques Pezeu-Massabuau vient de paraître aux éditions L’Harmattan. Ce spécialiste de l’anthropologie de la maison, résidant au Japon depuis la fin des années 1950, publie ici son dix-septième titre sur une thématique qui a quasi-exclusivement occupée sa carrière.

Le sous-titre laisse présager un discours alarmiste sur notre mode d’habitat actuel comme le confirment les premières pages : « notre habiter évolue vers le plurilocalisme où l’entraîne l’évolution de l’économie et qu’autorisent des transports sans cesse plus rapides : en somme, que la déconstruction actuelle de l’espace humain vers la surrection d’un éventuel chez-soi planétaire rend chaque jour moins prégnant l’espace domestique où chacun exerce son moi et tente de le préserver » (p. 11). A l’encontre de cette uniformisation, Jacques Pezeu-Massabuau engage une entreprise de recensement illustré des modes d’habiter qui coexistent (ou feignent de coexister) encore aujourd’hui.

Si « le chez-soi embrasse tous les abris de l’homme – de la hutte au palais – et exprime un rapport de même nature entre chacun d’eux et son occupant, relation d’intériorité que disent encore foyer ou home. » (p. 13), il rend vraiment compte de la relation personnelle entre la personne et sa demeure – un lieu – et est en cela que c’est un objet éminemment géographique. Aux excellents développements présentés dans les précédents ouvrages publiés par l’auteur (tels que La maison, espace social. PUF, 1983 ou bien encore La maison, espace réglé, espace rêvé. Reclus, Montpellier, 1993) s’ajoute ici une sorte d’inventaire de l’habitat dont la lecture peut s’avérer assez peu stimulante. Si l’idée de décrire 36 manières d’être chez-soi (habiter un palais, une automobile, l’hôtel) est attirante, elle se heurte rapidement au fait que trop souvent ces modes d’habiter n’ont plus cours aujourd’hui (l’izba russe, l’évi turc, le siheyuan chinois,…) ou du moins plus sous leur forme traditionnelle. Que penser aussi du rapprochement dans un même chapitre des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires au motif qu’il s’agit d’habitat en série ! « (…) L’autre « grand ensemble » qu’est le lotissement pavillonnaire : ici et là, règnent la similitude – bâtiments,  façades, plans – dans un paysage absent et une société où l’on s’ignore quand on ne s’y querelle pas, en dépit d’une forte homogénéité sociale (…) » (p. 127) L’uniformisation du chez-soi et l’habitat poly-topique (Mathis Stock, 2006) de l’habitat constituent pour l’auteur le risque majeur qui menace nos modes de vie avant de conclure sur une citation de Montaigne : « l’âme qui n’a point de but établi, elle se perd : car ce n’être en aucun lieu que d’être partout. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Le tapuscrit.

Le tapuscrit. Recommandations pour la présentation des travaux de recherche en sciences sociales. Nouvelle édition revue et mise à jour. Marie-Louise Dufour et les éditions EHESS. Editions EHESS, 2013. 96 p. 8,50€

7ae77baa90

La lecture de ce vade-mecum est indispensable à tout étudiant devant rédiger une thèse ou un mémoire ou à tout auteur voulant se faire publier. Réalisé par Marie-Louise Dufour, cet ouvrage a été mis au point en 1971, pour sa première édition, remaniée depuis en 1999 et 2013 par les éditions EHESS.

Rassemblant des conseils et des règles pour la présentation des travaux de recherche, ce texte « n’entre pas dans les spécificités et les usages propres à chaque discipline, mais donne un cadre pour aider les auteurs à mettre en pages leur manuscrit de la manière la plus efficace possible ». (p. 7) Tous les éléments constitutifs du tapuscrit sont passés en revue. Si certaines règles sont bien connues des utilisateurs de word et des étudiants qui suivent, dans le cadre des écoles doctorales, des formations offertes par leur BU, d’autres le sont beaucoup moins. A commencer par l’usage féminin du mot espace en typographie ! Utilisation des guillemets, des tirets, des espaces insécables, présentation des citations, des abréviation ibid. ou op. cit., sans oublier la présentation de la bibliographie (bien utile même s’il existe des logiciels type ZOTERO qui peuvent s’en charger).

Un ouvrage à découvrir et garder sous la main au fil de la rédaction de votre « chef d’œuvre » !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Urbanité/s

Urbanité/s. Jacques Lévy. DVD, Choros, Lausanne, 2013. 78 minutes.

Lévy-367x420

Quand les géographes « font leur cinéma », voilà ce que cela donne !

Jacques Lévy, professeur de géographie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, membre du laboratoire Choros, a conçu et réalisé ce film de géographie, premier du genre. Ni documentaire, ni fiction, cette œuvre cinématographique demeure un travail universitaire d’un chercheur et lui permet de mettre en image et en son les enseignements des multiples recherches qu’il a menées depuis plusieurs années sur l’Urbain. La voix off alterne avec des lectures de l’ouvrage d’Italo Calvino (Le città invisibili, 1972) par l’auteur lui-même. Ces voix accompagnent des images animées réalisées par Thomas Bataille dans des métropoles chinoises et des images fixes réalisées par Jacques Lévy lui-même lors de ses nombreux voyages à travers la planète : Manille, Dhaka, Buenos-Aires, Johannesburg, Mostar, Detroit, Rio, Dubaï, La Paz, Chandigarh… Le tout est accompagné de musiques (plutôt stressantes) d’Alban Berg, de Györgi Ligeti, de Wolfang Rihm et d’Anton Webern.

L’ensemble donne un objet cinématographique intriguant mais attachant. Le rythme lent se prête particulièrement bien à la communication de la pensée de Jacques Lévy. L’animation combinée de la population du monde et des villes sur le temps long est particulière réussie et pourrait être utilisée avec des élèves de seconde dans le cadre du chapitre sur les villes (Chapitre 3 : Une utopie première). Au-delà de cet extrait, directement utilisable en classe, les enseignants auront beaucoup à gagner à visionner (et revoir) l’ensemble de l’œuvre pour réfléchir à la nature de la ville, à la force des liens faibles (chapitre 4) qui la caractérisent, au décalage entre ce qu’on y fait et ce qu’on pourrait y faire, à la place des espaces publics et de la sérendipité (l’avènement de trouvailles inattendues) dans les processus sociaux qui se jouent dans cet espace de co-présence. Car, comme le disait si bien Georges Pérec : « Il n’y a rien d’inhumain dans une ville, sinon notre propre humanité. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes