Archives de catégorie : Actualités / News

FIG 2014 : Géographie psychique. Notes sur la connaissance de l’espace et le sentiment qui l’accompagne.

FIG 2014 : Géographie psychique. Notes sur la connaissance de l’espace et le sentiment qui l’accompagne.

Jean-Marc Besse

IUT, 4/10/14, 15h-15h45

567x425ximg_1712.jpg.pagespeed.ic.U1w5dcVzLj

Vous connaissiez le géographe devenu philosophe en la personne d’Augustin Berque ? Voici le philosophe devenu géographe !

 Jean-Marc Besse, philosophe et directeur de recherche au CNRS, a choisi d’intituler sa conférence Géographie psychique, une appellation contestable pour les géographes alors que les psychologues de l’environnement applaudiront des deux mains à la lecture de ce titre. C’est Georges Hardy qui, le premier, a utilisé cette expression dans son ouvrage de 1939 Géographie psychologique pour désigner la science qui cherchait à déterminer la localisation des phénomènes de psychologie collective. Cette approche était condamnée aux gémonies par Albert Demangeon qui n’a pas hésité à dire que c’était une discipline inutile car déjà prise en charge par la géographie humaine et l’ethnologie. Il rejetait aussi la vision déterministe de cette voie et considérait qu’elle était politiquement dangereuse (car elle mettait en œuvre une typologie dans le cadre de la géographie coloniale). Dans les années 1950-1960, les géographes voyaient alors le sujet humain comme un acteur industriel, économique, industriel ou politique. La part affective, personnelle n’était pas considérée en tant que telle. Il faut attendre les années 1980-1990 avec l’essor de la géographie culturelle pour qu’apparaissent les spatialités subjectives, résolument non déterministes. Toutefois, l’entrelacement de l’homme et du monde comme l’expérience géographique (affect, émotion, sentiments) sont oubliés jusqu’à ce que la phénoménologie trouve sa place en géographie avec la redécouverte de Dardel.

Cette partie épistémologie de la géographie, la plus limpide, a ensuite été suivie des considérations de Jean-Marc Besse sur l’expérience spatiale déterminante dans l’Habiter, le paysage et l’ambiance, prenant en compte l’épaisseur de l’espace et du paysage que l’on habite, la temporalité spécifique des temps et des espaces. L’analytique de la géographicité, rapidement exposée, basée sur les concepts de séparation, de force, de position ou situation et de dimension, nous est demeurée obscure. Difficile en effet de rester attentive près d’une heure à la lecture littérale d’un texte écrit. Jean-Marc Besse est plus facile à lire qu’à écouter !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

Augustin Berque

Bar La Cabane au Darou, 3/10/14, 19h-20h

img_1696

C’est à une rencontre du Troisième type que nous  avons assisté en ce vendredi soir. Dans un lieu improbable : la Cabane du Darou, un café déodatien ou plutôt une grange reconstituée avec paille au sol pour faire encore plus authentique, se tenait, dans la pénombre, Maître Yoda (entendez Augustin Berque) et son disciple Luke Skywalker armé d’un sabre laser (Olivier Milhaud tenant une lampe torche) venus devant une assemblée attentive et souvent perplexe écouter le géographe devenu philosophe.

La question posée par le disciple au maître visait à l’amener à réfléchir sur l’habitabilité ou non de la Terre. Augustin Berque a estimé que tout était une question de point de vue. La planète est inhabitable pour les dizaines de millions d’espèces qui ont disparu de sa surface et elle peut devenir inhabitable pour le devenir de celles qui disparaissent actuellement. Nous ne sommes des humains que dans la mesure où nous dépassons le fait d’être présent au-delà de notre présence sur la planète.

Les parenthèses ont été nombreuses au fil de la réflexion d’Augustin Berque sans conteste autant perturbé par le lieu que par le public qui l’écoutait. « Vous tâtez de la philosophie, de l’ontologie ou de la métaphysique en buvant du Coca-Cola. » Ce Café géo a donné l’occasion à l’intervenant de revenir sur sa carrière. « Je suis un géographe déviant ». Pour lui, il y a deux manières de dévier de la droite ligne qui consiste à faire de la recherche et à rendre compte : dévier vers l’action (aménagement) ou dévier vers la philosophie (c’est cette seconde manière qui a été son sort).

De même, la thématique du Café géo a été l’occasion pour lui de dénoncer la tyrannie des machines qui dictent leur comportement aux hommes. La voiture abandonnée depuis dix ans par notre ami de 72 ans prescrit l’habitat des Français et cette idée lui est insupportable. Il défend toujours les enseignements tirés du programme de recherche à l’origine de l’ouvrage « La ville insoutenable » et pour nous en convaincre expose la « parabole du tôfu » ou « parabole du camembert », si on préfère. Si chacun, habitant dans la périphérie de la ville, commande sur internet son tofû fabriqué dans le centre de la ville, il nous laisse imaginer le nombre de déplacements nécessaires pour que le précieux aliment soit livré à domicile ! « Nous avons idéalisé un habitat ruraléiforme alors que nous sommes des urbains. » Tout part du « mythe de l’âge d’or », à l’origine du dérèglement de l’homéostasie de la planète. Il refuse que « l’espace appartienne aux propriétaires de Land Rover. » et cela lui apparaît encore moins acceptable que rover signifie vagabonder, rêver. Il espère beaucoup du comportement de quelques jeunes Japonais qui, après Fukushima, ont remis en cause les objets en se déconnectant du système et en réduisant leur consommation. Il prédit la présence de friches urbaines suite au vieillissement de la population japonaise.

L’Homme est un être technique, symbolique et physiologique. La technique ne doit pas dicter la conduite de l’Homme, même s’il reconnaît que lui-même, avec son téléphone et son ordinateur, a tendance en être dépendant : « Je suis un bon petit cyborgue. »

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy, Michel Lussault

Espace Sadoul, 5/10/14, 11h-12h45

886x177xmosaique_tr.jpg.pagespeed.ic.H5cnKqLZnM

S’il est des colloques qui font date dans l’histoire de la géographie, il est des tables rondes qui ont le même statut. Celle à laquelle nous avons eu la chance d’assister en fait partie. Pour la première fois, à l’initiative d’Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy et Michel Lussault étaient réunis pour échanger leur point de vue sur l’Habiter.

Et quoi de mieux que de partir de photographies quand il s’agit de regards croisés ! C’est ainsi que ces cinq grands noms de la géographie et de la philosophie se sont livrés à l’exercice de choisir une photographie représentant le mieux pour eux leur vision de l’Habiter.

Olivier Lazzarotti a ainsi présenté une photographie prise le 12/06/2014, pendant la Coupe du monde au Brésil, dans un quartier réhabilité de Foshan (Chine). Une manière pour lui de montrer l’incursion de la mondalité par le biais du tourisme. Jacques Lévy a choisi une photo assez proche puisqu’elle représente la rivière Cheonggyecheon à Séoul, aujourd’hui haut lieu du quartier d’affaires après avoir été longtemps un égout à ciel. L’image même de l’Urbain, dont le promeneur éprouve une familiarité émouvante en le parcourant. Augustin Berque, quant à lui, a choisi une photo d’un chemin (le chemin de la loyauté) au milieu d’une forêt de bambous à Kyoto, vestige de la résidence d’été d’un mandarin. Une occasion pour lui pour revenir sur le mythe de l’ermitage paysager, idéalisation de la petite maison individuelle, base de l’urbain diffus, responsable d’une forte empreinte écologique à l’origine du dérèglement climatique. Jean-Marc Besse a commenté une image d’archive représentant Amsterdam au début du XXème siècle, parue dans un ouvrage pédagogique d’architecture. Son objectif : montrer qu’habiter, c’est une affaire qui dépasse les compétences de l’architecte. Ici, tout est une question de seuils, de limites entre l’intérieur et l’extérieur. Etre citoyen, c’est être capable de tenir une conversation dans le désordre. Enfin, Michel Lussault dévoile sa photographie tout en refusant de dire où elle a été prise car là n’est pas la question. Comme Habiter est une épreuve, il a choisi cette photo d’une funambule. Le fil étant l’équilibre entre les choses, la tension entre l’acteur et l’environnement. L’environnement n’est pas seulement ce qui  nous entoure mais ce qui est à l’intérieur de nous. « L’Habiter est un art forain, une épreuve d’espace-temps. » Cette photographie illustre aussi l’idée qu’Habiter, c’est composé, un arrangement entre l’humain et le non-humain.

Utiliser l’image nécessite d’être critique et distancié (Lazzarotti). « Ceux qui croient que l’on peut tout voir se trompent. L’image n’est pas seulement un terminus mais une aide à penser » (Lévy). Les images sont des lieux par lesquelles se construisent les connaissances. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de métaphore (image) (Besse). Barbara Stafford ne dit-elle pas : « Il pleut des images dehors mais nous restons enfermés à l’intérieur » ? L’image réfléchit (reflet et réflexion) en tant qu’opération sémiotique qui produit de la signification. (Lussault).

L’introduction de l’Habiter dans les programmes scolaires est une révolution car c’est reconnaître un point de vue, se mettre dans une position par rapport aux autres. Cette posture s’inscrit en opposition avec la « géographie éclatée » issue de la crise de la géographie. L’habiter est une entrée du Dictionnaire de la géographie et des sociétés de Lévy-Lussault en 2003. Toutefois, dans l’édition de 2013, l’article a été repris car il n’était qu’une ébauche même si les auteurs avaient déjà compris que c’était un levier de recomposition permettant de repenser la théorie du social. Ce qui apparaît central dans l’Habiter, c’est que c’est un verbe, qui fait référence à l’action, au mouvement, à un devenir.

Avec une rencontre comme celle-ci, on peut dire que le FIG est bien le lieu où se construit la science !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. L’esprit des villes : les sens de l’Habiter. Habiter, le propre de l’humain.

FIG 2014 : Table ronde. L’esprit des villes : les sens du l’Habiter. Habiter, le propre de l’humain.

Avec Michel Lussault, Thierry Paquot, Chris Younes

3/10/14, Hôtel de ville, 16h15-17h45

IMG_1689

Il fallait savoir jouer des coudes pour réussir à trouver une place pour assister à la conversation croisée de deux philosophes et d’un géographe ! La distance à laquelle nous avons réussi à réaliser des photographies en atteste ! Mais, nous y étions !

Difficile aussi de rendre compte de ce symposium philosophique tant il s’est dit de choses en une heure et demie.

Enthousiaste, Thierry Paquot estime qu’habiter est le plus beau verbe de la langue française (même si c’est un mot allemand…). Heidegger ne dit-il pas dans Etre et Temps (1927) que « la langue est l’habitat de l’être ». Habiter n’a rien à voir avec résider, loger, « c’est être présent au monde et à autrui ». Habiter est la question centrale de la philosophie occidentale qui permet de chercher l’essence des choses. Habiter, c’est exister ! C’est un verbe à dimension existentielle.

Michel Lussault rappelle qu’il aurait été impensable d’inscrire cette thématique au FIG lors de sa création, il y a 25 ans. Alors, habiter renvoyait à l’habitat. Il suffit de se rappeler de la lecture de René Lebeau (Les grands types de structures agraires dans le monde, 1969) et les descriptions de granges et autres maisons rurales accompagnées de schémas. C’est Thierry Paquot qui a permis aux Sciences Sociales de se réapproprier l’habitat. Lussault s’intéresse moins à l’habitat qu’à l’habiter, c’est à dire exister, spatialiser son existence, organiser son espace de vie, sans en faire une question purement fonctionnelle.

Chris Younes pense que la diversité d’occuper et d’habiter la nature font qu’il existe bien une résistance à l’uniformisation. Elle insiste aussi sur l’idée qu’il faut partager la terre dans le cadre d’une cohabitation. L’Homme a deux effets sur la terre. Dans le cadre de la nouvelle ère (anthropocène), il interroge les liens entre nature et culture. De même, dans sa dimension existentielle, le lien que l’Homme entretient avec la planète est à replacer dans une échelle temporelle : Etre sur terre comme mortel, avoir un espace-temps très court à vivre.

Michel Lussault considère qu’il est indispensable d’analyser cette cohabitation des hommes sur la planète à plusieurs échelles. Ainsi, Tim Ingold, anthropologue britannique, analyse le micro-habitat qu’est la tente traditionnelle des Indiens d’Amérique. Chris Younes insiste sur l’importance du corps. Celui-ci a besoin d’architecture, qui renvoie à une sensorialité. Pour Thierry Paquot, il faut garder à l’esprit que beaucoup d’espaces sont inhabitables sur la Terre, telles les gated communities ou les centres commerciaux. Pour lui, « faire Monde, c’est être dans l’ouvert ». Dans la forêt des villes, la solution pour respirer (qui veut dire étymologiquement se placer hors), c’est d’en sortir. Cette idée qu’il puisse exister des espaces inhabitables laisse perplexe Michel Lussault. A partir du moment où les gens habitent, c’est habitable. Et d’ailleurs, convoquant les travaux de Boris Beaude, il le rejoint en disant qu’on habite le numérique. L’habitation contemporaine du monde est très différente de celle que l’on a connu depuis la fin de la Révolution industrielle.

Puis nos trois amis se sont attachés à la vaste question de l’Urbain. Une occasion de rappeler l’existence de leurs revues : L’esprit des villes et Tous Urbains ! L’urbanisation est planétaire avec des « brouillons de ville » (Paquot). Aujourd’hui, la ville n’est formidable que pour une minorité (Lussault). Pour faire ville, il faut ré-imaginer la ville dans son rapport au rural. L’usage du substantif Urbain (et non de l’adjectif) a été imposé pour la première fois par Françoise Choay. Michel Lussault refuse d’utiliser le mot de ville, sauf pour désigner une réalité sociale ancienne. Celui qui postule que « Nous sommes tous urbains » confesse mettre 50 c dans une cagnotte à chaque fois qu’il utilise le mot ville. Le récit de la naissance de « Tous urbains » est l’occasion pour ce pince-sans-rire de rappeler que cette revue est apparue comme une nécessité après qu’Urbanisme soit devenue une revue technique financée par la Caisse des dépôts. Il était alors indispensable de disposer d’un support qui pense cette tension entre urbain et ville (voir à ce propos le numéro 6 de « Tous urbains »). Il n’y a pas de géographie qui ne soit pas politique. C’est co-substantiel à celle-ci puisque la géographie pose la question du vivre ensemble. Thierry Paquot en profite aussi pour remettre en cause ce vivre-ensemble, comparant les aires de jeux pour enfants à des parkings à enfants. Une belle occasion de nous apprendre aussi qu’il prépare une exposition sur la ville récréative  !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Ecole Thématique Mob’Huma’Nip

bandeau_01

Du 01 au 05 septembre 2014 se tiendra l’Ecole Thématique Mob’Huma’Nip, « arts et sciences sociales en mouvement : narrations, iconographies et parcours pour revisiter l’in-situ » à Rezé (44) dans le sud de Nantes.

Vous pouvez dès à présent consulter toutes les informations concernant la formation et l’inscription (dépôt de candidature avant le 15 juin 2014)  sur le site dédié en cliquant sur le lien suivant :

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

Cette formation est organisée sous forme d’un séjour résidentiel (en pension complète) de 5 jours d’immersion sur le terrain et en ateliers, ponctué de séances de conférences  et table-ronde en soirée.

  •     Objectif de la formation : Elle s’apparente à une résidence scientifique et artistique dans un objectif de sensibilisation et formation aux méthodologies de l’in-situ (narrations, iconographies et parcours) revisitées par les chercheurs en sciences sociales et artistes autour d’un objet commun : les territoires en (du) mouvement,autrement dit, et de manière plus centrale, la thématique des mobilités. L’appréhension des réalités complexes, dans une logique de l’in-situ, incluant la captation des sensations, des émotions, des perceptions et des représentations à travers les pratiques constituent le terreau commun de la créativité expérimentale et méthodologique en matière de coopération art-recherche. La sensibilité et la créativité de l’artiste peuvent inspirer les scientifiques tout comme certains questionnements et les contraintes scientifiques peuvent être un nouveau terrain de jeu pour l’artiste. C’est dans cette double perspective que le programme de l’école thématique a été conçu.
  •              Programme :

Trois modalités d’apprentissage collectif et d’échanges sont proposées :

1.       Approches épistémologiques, historiques et théoriques dans ou à l’interface des sciences sociales et des champs artistiques : Conférences

2.       Appréhension et partage des méthodes : Ateliers

3.       Approche critique : Tables Rondes

La majorité des travaux se déroulera donc sous la forme d’ateliers méthodologiques, organisés et pilotés par le collectif d’organisation ; chaque atelier sera animé par un petit collectif alliant un artiste et quelques chercheurs. Trois temps spécifiques de la mise en œuvre de la démarche méthodologique sont privilégiés : Conceptualiser ; Impliquer / s’impliquer ; Restituer.

Qui peut candidater ? :

– des chercheur-e-s 
– des doctorant-e-s 
– des étudiant-e-s en arts ou architecture (M2 ou équivalent doctorat) 
– des professionnels des collectivités territoriales ou d’établissements privés intéressé-e-s par les questions de mobilité/déplacements et d’aménagement.

Dans le cadre de cette résidence, ils devront pouvoir justifier du fort intérêt pour les méthodologies présentées ici, en lien avec leurs problématiques, leurs pratiques professionnelles ou de recherche/création.

Des connaissances minimales en méthodologies qualitatives et un intérêt thématique pour les mobilités et les territoires urbains sont attendus.

  •              Comment candidater ?  :

Les personnes intéressées pour participer à cette école thématique devront faire acte de candidature à partir du 11 mai jusqu’au 15 juin 2014.

Il est demandé aux candidats de préparer leur dossier en amont, en présentant clairement leur parcours (CV), leurs attentes et les liens thématiques de leurs travaux ou projets avec ceux de cette école thématique (lettre de motivation d’une 1 page).
La candidature sera donc constituée de 1/ les expériences (CV d’une page) et 2/ les intérêts (lettre de motivation) que le candidat identifie dans l’école, au regard de ses propres travaux de recherche ou de création, de ses pratiques professionnelles.
Toutes les informations sur:

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

Les choses qui brillent

Quel bonheur de découvrir une artiste qui travaille sur des thèmes proches des siens !

Pour qui s’intéresse, comme moi, à l’action culturelle, ce travail réalisé dans le cadre d’une résidence artistique à Bourges entre doublement en écho avec mes préoccupations de chercheuse. Photographe, elle fait parler les jeunes d’un quartier sensible sur leur quotidien et leurs rêves, comment ils voient leur avenir. Des champs de questionnements équivalents aux miens mais rendus par le biais du médium photographique.

Je suis avide de découvrir son travail en vrai à l’occasion de ma visite dans cette bonne ville de Bourges à l’occasion du Printemps !

Les choses qui brillent

Exposition du 29 Mars au 30 Avril – 19 avenue de la Libération à Bourges.
Dans le cadre d’une résidence artistique à l’Agence d’Exploration Urbaine/Emmetrop.

 

Demandez le programme du colloque de l’AIDELF !

70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75

Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Par Catherine Didier-Fèvre

Séance 9a – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Aula Aldo Moro

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321

Le périurbain, France du repli ?

arton2318-8a8a7

Selon certains géographes, si le vote Front National est plus prononcé dans les territoires périurbains qu’ailleurs, c’est parce que ces espaces favorisent le repli sur soi, contrairement à la ville où domineraient mixité sociale et ouverture d’esprit. Cet article remet ce partage en question, à partir d’une enquête menée en grande banlieue.

Article à télécharger sur

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130528_periurbain.pdf 

La réponse de Jacques Lévy :

Liens faibles, choix forts : les urbains et l’urbanité

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130539_levy.pdf

La territorialité mobile

Capturer

Arrêt de car de Champigny/Yonne

photographie de Pablo Boizeau

Compte-rendu du séminaire : La territorialité mobile. Identités et interactions sociales dans les pratiques de déplacement. Tours, 5/04/2013

Marie-Christine Fourny (UMR-Pacte, Université Joseph-Fourier, Grenoble 1) et Laurent Cailly (UMR-Citeres, Université François-Rabelais, Tours) avaient réuni dans la salle du conseil de l’université de Tours, en ce vendredi 5 avril, une trentaine de chercheurs travaillant sur les mobilités en général et plus particulièrement sur la question de l’identité qui se manifeste lors de celles-ci.

  • La territorialité mobile, de quoi parle-t-on ?

La notion est de « territorialité mobile » est une notion en chantier. Initiée dans le cadre d’un programme ANR, elle vise à articuler mobilités et territoire en questionnant l’habitabilité des espaces périurbains. Il s’agit d’examiner l’articulation entre le mobile et le fixe. Ainsi, les chercheurs investis espèrent déconstruire les clichés sur les habitants du périurbain. La dimension spatiale de la mobilité est à envisager comme un moment, « un événement » (Michel Lussault) où s’élaborent des territorialités individuelles et collectives. La figure du polder est proposée pour appréhender la mobilité périurbaine. Elle est à mettre en lien avec celle de l’archipel (partie solide du polder), la mobilité étant le liant (partie liquide du polder avec les canaux). Cette figure proposée à la réflexion par les chercheurs impliqués dans l’ANR est une piste de réflexion soumise à la discussion. La question de l’échelle retenue semble centrale pour comprendre la figure du polder. Le mobile et l’immobile ne sont qu’une affaire d’échelle. Pour Laurent Cailly, le territoire de l’immobilité, de la sédentarité est la commune périurbaine. Il y a mobilité quand on en sort.

  • Urbanité et mobilité

Sandrine Depeau, à partir du cas des bus pédestres, s’interroge sur le lien entre mobilité encadrée et urbanité. Les dispositifs de bus pédestres, très présents dans l’espace périurbain, ne semblent pas si convaincants que cela au niveau de l’apprentissage de l’autonomie par les enfants. Cette pratique très encadrée d’accompagnement à l’école modifie le rapport à l’espace (itinéraires empruntant des trames vertes). L’enfant n’apprend pas à vivre la ville car il est dans une bulle mobilitaire (Pédibus ou pédibulle ?). On peut toutefois se demander si ces enfants, malgré tout, ne sont pas plus autonomes que ceux accompagnés en voiture par leurs parents à l’école. Les nouvelles recherches que Sandrine Depeau a engagées portent désormais sur les comportements des usagers des transports publics et leur rapport aux incivilités (usage du téléphone portable…). Elle travaille à partir des campagnes de sensibilisation de la RATP. Elle reprend ainsi son questionnement sur l’urbanité.

Les travaux de Nicolas Oppenchaim questionnent eux aussi le rapport à l’urbanité dans le cas des adolescents vivant dans les ZUS. Il essaie de voir comment les mobilités sont constitutives du processus de socialisation des adolescents.  La structure familiale est centrale dans la mobilité (revenus, présence d’une voiture ou pas, grands frères-sœurs initiateurs). Les dispositions à la mobilité s’acquièrent dans la sphère familiale mais aussi dans le quartier de résidence (groupe de pairs, mode de transport donné). Si les jeunes des ZUS ont un usage plus précoce des transports en commun (y compris avec un moindre accompagnement par les parents), les filles se déplacent plus que les garçons. Dans sa thèse de doctorat, il a dégagé sept types de comportements sans pour autant que cette typologie ne soit pas enfermante (un même jeune peut, à différents moments de la semaine, se référer à un type ou à un autre de mobilité). La mobilité est structurée et structurante.[1]

L’aéroport interroge le rapport aux territoires. Jean-Baptiste Frétigny montre que ces lieux de transit ne sont pas des parenthèses dans la vie des individus. Les activités qui s’y déroulent sont des éléments à part entière de la vie des gens. Le temps qu’ils y passent est consacré soit à l’anticipation ou bien s’inscrit dans le prolongement (continuité) ou dans la rupture. Elles permettent de sortir des approches indifférenciées du temps de transport car les pratiques sont multiples comme les personnes qui les utilisent.

  • Parcours de mobilité

Denis Martouzet (Périvia-PUCA) montre que les mobilités des familles de l’espace périurbain de Tours sont le résultat de conciliation. L’individu élabore ses trajets en arbitrant entre des contraintes, ses souhaits et les possibilités. Un processus de compensation est aussi en jeu dans l’organisation des mobilités familiales. Celui-ci permet à chacun de trouver son compte. Guillaume Drevon cherche à montrer que des barrières mentales préexistent et influent sur les déplacements que font les navetteurs entre Thionville et Luxembourg et entre Voiron et Grenoble. Il présente ici son questionnement méthodologique sur la mise en place d’un protocole d’enquête. Il escompte, par l’utilisation de nouvelles technologies (GPS, caméra embarquée), faire émerger chez les enquêtés les barrières mentales qui influent sur leur manière de se déplacer, y compris à leur insu. Cette présentation a suscité de nombreuses réactions portant essentiellement sur la pertinence de la mise en place d’un dispositif aussi complexe.  Des mises en garde méthodologique ont été exprimées et a été soulevée la question : cette débauche de moyens techniques ne masque-t-elle pas une insuffisante réflexion sur la problématique ?

Marie-Françoise Fourny, qui était en charge de la synthèse de la journée, a conclu que la territorialité mobile est au croisement d’approches fonctionnelles et plus sensibles. Cela en fait un concept fédérateur. Les notions d’échelle de temps et d’échelle spatiale sont centrales pour l’aborder. Les mobilités sont structurantes dans les modes d’habiter.

Le colloque du CIST (organisé à Paris en mars 2014, information donnée par France Guérin-Pace) sera l’occasion de poursuivre la réflexion !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Voir les travaux de Stéphane Beaud (80% au bac et après) sur Sochaux Montbéliard.