Archives de catégorie : Actualités / News

Le rapport PUCA sur le site de l’IAU

 

Capture d’écran 2016-05-25 à 14.22.32

Le rapport PUCA “Les territoires périurbains : de l’hybridation à l’intensité ? ” est désormais disponible sur le site de l’IAU à l’adresse suivante : http://www.iau-idf.fr/savoir-faire/nos-travaux/edition/les-territoires-periurbains-de-lhybridation-a-lintensite.html

 

Le Bocage Gâtinais, the place to be ?

Reportage photo de mon intervention à Thoury-Ferrottes le 6/02/2016

dans le cadre de la résidence d’art organisée par courcommune

Merci à mon fan-club d’avoir fait le déplacement !

12508749_1055745607821149_2936934846126629835_n

12654284_1055764981152545_9087941013069071213_n

12705435_1055764914485885_1370861351868560435_n

12661958_1056198204442556_6728668058900767200_n

12644899_1056198144442562_1833208385861686887_n

Signal lumineux des soirées périurbaines

Vous êtes ici, vous êtes ailleurs

logo-vous-etes-ailleurs-hd
 Vous êtes ici  Vous êtes ailleurs
accueille
Catherine Didier-Fevre, géographe
C. Didier-Fevre a étudié les déplacements des jeunes dans les espaces aux franges de l’Ile de France. La CCBG a été un de ses terrains d’étude. Elle a accepté de partager avec nous ses observations et nous l’en remercions.

Le Bocage Gâtinais, the place to be ?
samedi 6 février à 17h

à la Chouette Effraie

à Thoury-Ferrottes (à droite de la mairie)

merci de diffuser l’information auprès des jeunes et dans vos réseaux

Mention très honorable

soutenace1

J’ai le plaisir de vous annoncer, qu’à l’issue de la soutenance de ma thèse le 29/09/2015 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, le titre de Docteure en géographie, mention très honorable, m’a été décerné par le jury suivant :

Rodolphe DODIER, professeur à l’Université d’Aix-Marseille, examinateur.
Marie-Christine FOURNY, professeure à l’Université Joseph Fourier de Grenoble. Rapporteure.
Marie-Christine JAILLET, directrice de recherche CNRS à l’Université Toulouse II – Le Mirail, examinatrice.
Vincent KAUFMANN, professeur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Rapporteur.
Sonia LEHMAN-FRISCH, professeure à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, examinatrice.
Monique POULOT, professeure à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, co-directrice de thèse.
Lionel ROUGÉ, maître de conférences à l’Université de Caen, co-directeur de thèse.

Annonce de soutenance

annonce soutenanceclio

Résumé :

Cette thèse de doctorat, dirigée par Monique Poulot et Lionel Rougé, mène une réflexion sur les mobilités juvéniles périurbaines sous l’angle de « l’entre-deux », terme caractérisant à la fois les espaces périurbains et la jeunesse. Comment la jeunesse vit-elle une localisation résidentielle, choisie par les parents, et se déplace-t-elle dans ces espaces peu densément peuplés et faiblement desservis par des transports en commun ? Quel rôle jouent les contextes périurbains dans la construction identitaire des jeunes ?

L’étude menée, à partir de trois lycées généraux et technologiques situés dans les franges de l’agglomération parisienne en proie à un mouvement de périurbanisation plus ou moins ancien, a consisté à interroger une population lycéenne périurbaine par le biais de méthodes qualitatives (85 entretiens) et quantitatives (1522 sondés en ligne).

Développant un ancrage différencié à l’espace habité dans lequel la maison individuelle tient une place centrale, les jeunes adoptent une multitude de stratégies pour s’émanciper des contextes périurbains. Ils combinent les ressources des entre-deux pour s’affirmer en tant qu’individu, y compris dans le cadre de la socialisation secondaire marquant cet âge. Ils y trouvent ainsi leur bonheur, bien qu’ils cherchent souvent, de manière plus ou moins réaliste ou réalisable, à sortir de ces espaces. Ces bricolages spatiaux les amènent à développer une motilité (Kaufmann, 2002) plus importante que celle des jeunes urbains. En revanche, à l’heure de s’inventer une vie adulte, ce n’est pas tant l’espace périurbain qui apparaît comme un obstacle à leur projet que les ressources sociales, financières ou culturelles de leur famille. Malgré tout, les contextes périurbains, parce qu’ils font territoires, sont des lieux où les jeunes projettent volontiers leur vie future, même si, pour certains, l’attraction urbaine ou de l’étranger est plus forte.

Chronique pavillonnaire

2015-04-09-3c28722f6126722a857745438263826a

Chronique périurbaine : récit de Caroline Sordia, enfant et adolescente à Fontenay-sous-Bois, dont les parents locataires ont été les victimes de la gentrification.

Un texte magnifiquement écrit, dit et mis en sons ! Bravo !

À diffuser sans modération.

http://www.prun.net/actu/chronique-pavillonnaire

 

Jalousie : les articles qu’on aurait aimé écrire en 2014

Le 31 décembre, on se retourne sur tout ce qu’on a fait mais aussi ce qu’on n’a pas fait. Heureusement, dans bien des cas, des confrères ont écrit ces articles qu’on aurait rêvé avoir sur le site.

Pour tout dire, à leur lecture, on a même été un peu jaloux, pour reprendre le terme de la « Jealousy List » du site américain Businessweek, qui nous a inspirés.

Voici 25 articles – dont six en anglais –, accessibles sur le Web (mais parfois payants), sélectionnés par la rédaction pour la fin des vacances.

1

« Avoir 17 ans dans l’Yonne… »

Télérama

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

Capture d’écran de l’article (Telerama.fr)

Témoignages de jeunes ados qui vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Dépendant du bus scolaire et de la voiture des parents, ils rêvent de scooters et de Dijon. En attendant, ils passent leurs journées au kebab, chez Patapain ou au McDo.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/31/jalousie-les-articles-quon-aurait-aime-ecrire-2014-256829 

Avoir 17 ans dans l’Yonne…

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

 

Marc Belpois, Publié le 18/11/2014. Mis à jour le 18/11/2014 à 12h37.

Armel, Manon, Léa… Ils vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Comment se débrouillent-ils pour organiser leur vie d’ado ? Ils nous racontent.

C’est miraculeux, un bus. Il faut vivre en ville pour ne pas s’en apercevoir. Dans la campagne bourguignonne, on connaît des jeunes gens qui vendraient leur âme au diable pour un réseau de transports en commun.

Manon, Armel, Léa, Oriane, Alexia et Christian habitent à 10 ou 20 kilomètres les uns des autres, chacun dans son bourg, son village, son hameau. D’ordinaire, ils se retrouvent au lycée de Sens, sous-préfecture de l’Yonne, où tous passent leur année de terminale, mais ce sont les vacances de la Toussaint. Et le car scolaire se repose lui aussi.

Que ressent-on, dès lors, lorsqu’on a 17 ans et le désir pressant de s’arracher du cocon familial pour voler de ses propres ailes jusqu’à ses amis, cet autre horizon terriblement excitant ? Comment se construit-on, dans le monde d’Internet : le village global l’emporte-t-il sur leur village ? Manon, Armel, Léa, Oriane et leurs copains s’étonnent un peu qu’un journaliste vienne leur poser toutes ces questions. Nous insistons : « Ça doit vous agacer que la télé parle sans cesse des problèmes des jeunes de banlieue, et pas des vôtres ? Vous êtes un peu la jeunesse invisible, non ? »

lire la suite sur http://www.telerama.fr/monde/avoir-17-ans-dans-l-yonne,119036.php

 

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

Béatrice Collignon et Jean-François Staszak.

La cabane au Darou, 4/10/14, 18h-19h15

img_1714

 Quelle bonne idée que d’avoir programmé ce Café Géo à la Cabane au Darou ! Ce bar au décor de grange, sorte de grenier de l’enfance, se prêtait parfaitement à l’exercice que les deux organisateurs ont proposé à leur public : faire un vrai Café Géo en s’interdisant de parler plus de 10 minutes chacun et de donner au maximum la parole au public.

 Et ce dernier en a eu des choses à dire ! Car l’habitat est un lieu de conflits, où il est nécessaire de déployer beaucoup de savoir-faire pour trouver sa place dans ce lieu construit par d’autres. Se développent ainsi des tactiques, dans les coins et les recoins de la maison, qui donnent un peu de souplesse à la vie collective. La gestion du linge décrite par Béatrice Collignon a résonné dans le quotidien de tous et le public est intervenu largement pour nous expliquer les combines mises en œuvre par leur belle-mère, leur femme (décidément le linge est une affaire de femmes, semble-t-il !) pour planquer ce linge ni-propre ni-sale qu’on hésite à replier et à mettre dans l’armoire. Gérer le linge, c’est faire de la géopolitique car il est question ici d’intervention dans la sphère de l’autre, d’autorité et d’appropriation.

 D’autres n’ont pas de problème avec la gestion du linge mais avec la place que prend le chat, car c’est bien connu : « Je n’habite pas chez moi, j’habite chez mon chat. » Le territoire du chat a été comparé à celui envahissant que prend cet acteur faible qu’est le bébé. L’évocation de la cave a suscité bien des désaccords. Certains messieurs affirmant que c’était leur domaine exclusif où l’on invite les bons copains alors que pour Jean-François Staszak, c’est une pré-poubelle, où il y entasse des objets qu’il ne se résout pas à jeter, jusqu’au prochain déménagement. Les dames de l’assistance n’étaient pas d’accord sur le fait que la cave soit le domaine des hommes. Certaines se sont réappropriées cet espace par la transmission (héritage d’un père). Pour Béatrice Collignon, la cave comme la cabane de jardin installée sur sa terrasse, tout cela est trop loin. Elle fait l’expérience de la distance quand elle doit aller chercher les chaussures d’hiver. Aussi, ne vous étonnez pas si elle est encore en sandales à l’automne, c’est qu’elle aura eu la flemme de descendre à la cave ! Cette distance n’existe pas dans les espaces ruraux, la cave et les espaces de réserve sont des lieux du quotidien.

 Après ces détails très pratiques est venu le temps d’évoquer l’enfance et l’adolescence : les parties de cache-cache, la réappropriation par des ados fumeurs du garage lors de fêtes de Noël et au fil du temps le renversement de l’ordre des pièces, le garage devenant le lieu de la fête. L’adolescence est le moment privilégié de la lutte de l’espace que ce soit celui de la salle de bains ou pour l’occupation du fauteuil situé en face de la télé. D’ailleurs, a fait remarqué un membre de l’assemblée, nous passons notre vie à conquérir l’espace. On rêve de ne plus partager sa chambre avec son frère, puis d’avoir une chambre ou un appartement à soi, bref d’acquérir de l’espace mais finalement avec la maison de retraite, la boucle est bouclée puisqu’on retourne à un espace collectif !

 Les lofts séduisants par les perspectives qu’ils offrent font rapidement déchanter leurs occupants quand la famille s’agrandit. Il y a alors des enjeux à relever au niveau du son mais aussi des odeurs. Et, que dire des conflits d’usage à propos du petit coin ! A l’évocation de cet espace, une rumeur est montée dans la cabane : chacun racontant à son voisin les us et coutumes de cet espace familial !

 Après avoir évoqué les mutations des espaces domestiques liés aux nouvelles technologies (place maintenant obsolète de la télévision que chacun peut regarder sur sa tablette), une dame de l’assistance a fait remarquer que les témoignages des uns et des autres étaient le reflet de l’appartenance sociale de l’auditoire. Quid des coins et des recoins dans les HLM ? et du bruit des voisins ?

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes