Lyon, ville brésilienne ?

Lyon serait-elle une ville brésilienne ? Tout invite à le penser puisque c’est le Brésil qui a été choisi comme thématique pour le concours 2018 de l’École Normale Supérieure de Lyon1 et que, conjointement, la crypte de la basilique de Fourvière a accueilli cet automne une nouvelle vierge dans sa collection : une copie de Nossa Senhora Aparecida, la patronne du Brésil2, bénie lors de la venue à Lyon du Cardinal brésilien Raymundo Damascéno de Assis.3. Cette concordance fortuite des temps a été l’occasion de démontrer aux étudiants de Khâgne d’un établissement de l’enseignement catholique sous contrat avec l’Éducation nationale la vitalité de la diaspora brésilienne lyonnaise engagée dans cet événement.

La France dispose d’une particularité franco-française dans le domaine de l’enseignement : les classes préparatoires. De bons élèves titulaires du baccalauréat peuvent choisir d’intégrer pour deux ou trois années, le temps de leur Licence, une CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Écoles) littéraire, scientifique ou économique afin de préparer des concours d’entrée très sélectifs4. Ceux présentant le concours de l’ENS Lyon se sont engagés dans des études littéraires combinant un éventail de disciplines telles que la philosophie, les lettres, l’histoire, la géographie, des langues vivantes et/ou anciennes (latin et grec), autant de matières pour lesquelles ils passeront une épreuve écrite au début du mois d’avril 2018. L’épreuve de dissertation de géographie portera sur le Brésil, question inscrite au programme de l’école cette année. Une lettre de cadrage5 produite à l’ENS Lyon indique les grandes lignes directrices pour traiter de la question sans imposer aucun dispositif pédagogique. Le professeur de géographie a un volant d’une quarantaine heures de cours devant une classe de 33 étudiants pour faire le tour de la question brésilienne. Un vaste travail de lectures universitaires et littéraires, accompagné du visionnage de films brésiliens emblématiques, est indispensable, en amont de la présentation du cours devant les étudiants, afin de brosser un tableau le plus pertinent possible du Brésil.

Le cours annuel a été organisé en trois grandes parties6 dont une première consacrée au Brésil et aux Brésiliens se terminant par une étude des villes brésiliennes afin de montrer que la ville est au cœur des enjeux sociétaux brésiliens et plus spécifiquement en quoi elle cristallise les tensions traversant la société. En introduction à cette thématique, les élèves, par groupe de 5 ou 6, ont travaillé lors d’une séance de deux heures sur un corpus de trois articles issus de revues universitaires francophones portant spécifiquement sur une ville, Brasília, Curitiba, Londrina, Oliveira, Rio de Janeiro, São Paulo. L’analyse des articles visait à être capable de présenter sous forme d’une synthèse orale et écrite les caractéristiques de la ville prise en charge puis de montrer les tensions qui s’y jouent et comment elles reflètent celles traversant la société brésilienne : l’ensemble devant être accompagné d’un croquis de synthèse. Ce travail de groupe, ébauché en classe, a ensuite dû être mis au point par les différents membres du groupe en dehors du temps scolaire avant de pouvoir prendre la parole, la semaine suivante, devant la classe pour présenter la ville étudiée.

Les interventions orales ont permis à tous de « faire connaissance » avec des villes brésiliennes et plus particulièrement avec celle prise en charge lors du travail commun. Au-delà d’une meilleure connaissance de la question urbaine brésilienne et de la maîtrise d’un cas particulier, l’objectif de ce travail était de confronter les étudiants à des articles issus de revues universitaires et non seulement à des articles de synthèse publiés par les médias, de réaliser une synthèse à l’issue d’un travail de groupe et de traduire graphiquement les caractéristiques et enjeux propres à la ville étudiée. La constitution des corpus d’articles a toutefois été limitée par l’accès à des articles en français. Cette contrainte a fait qu’aucune ville amazonienne ou du Nordeste ne figure dans les cas étudiés par les groupes. Le temps imparti à ce travail a été limité en classe à 4 heures (deux heures de travail de groupe et deux heures de synthèse orale suivie de questions posées par les étudiants à leurs camarades). Ce travail ne s’est en aucune façon substitué à un cours plus traditionnel (cours magistral) puisque les études de cas urbaines ont été suivies d’une mise en contexte consacrée à l’urbanisation du territoire et à la croissance urbaine, à l’étude de l’armature urbaine brésilienne, et à la place tenue par la planification et l’informalité dans les villes brésiliennes.

Au final, après avoir réussi à élaborer une synthèse orale de qualité (pour la quasi-totalité des groupes), le plus long a consisté pour les étudiants à rédiger une synthèse écrite et un croquis de synthèse sur leur temps libre : l’échéance printanière du concours et le nombre d’heures réduites consacrées à la géographie ne permettant pas d’accorder davantage de temps à la mise au point d’une production écrite et graphique en classe. Ce sont ces productions que la revue Confins s’est proposée de publier afin de montrer que les villes brésiliennes, y compris vues à l’étranger, n’ont pas si mauvaise presse et que l’accès aux résultats de la recherche permet de nuancer les images véhiculées par les médias et des manuels scolaires7 (Moreira Ulhôa, 2017, Moreira Ulhôa et Farias Vlach, 2012).

« Lyon, ville brésilienne ? »

Catherine Didier-Fèvre et la Khâgne Sainte-Marie Lyon 2017-2018

Confins, Revue franco-brésilienne de géographie / Revista franco-brasilera de geografia, N° 34 | 2018

La suite sur Confins : https://journals.openedition.org/confins/12831


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.