Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard.

« La jeune fille se livre par à-coups timides. « Ah, vous faites du tourisme. » Elle n’est pas étonnée. « Il y a de jolies choses à voir par ici. » Les dames s’en mêlent : le Vieux Pays. Le Village. Le Canal. La jeune fille habite à la Haie Bertrand, des pavillons neufs dont la moitié ont été construits par les Castors : c’est le prochain arrêt. Ses parents viennent de Paris, du onzième, ils sont passés par une HLM à Aulnay mais, pour sa part, elle a toujours vécu ici. Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard. Et certainement pas à Paris. Elle étoufferait. Paris, elle connaît bien : elle va au lycée Racine. Elle étudie pour être secrétaire de direction. Non, ce n’est pas que cela lui plaise particulièrement, mais il faut bien. Elle fait le trajet en bus plus RER plus métro. Ça va encore, c’est surtout quand on doit aller de banlieue à banlieue que c’est dur : elle a une copine qui habite Villepinte et travaille à Bondy, ce n’est pourtant pas bien loin, et cela fait une heure et demie dans chaque sens. Ses loisirs ? Oh, elle est simple, alors elle aime bien rester chez elle. Le dimanche elle sort avec ses chiens. Non, elle n’a jamais peur, mais bien sûr elle ne prend pas le RER tard le soir. »

Extrait de Les passagers du Roissy-Express. F. Maspéro, 1990 (2004), pp. 67-68


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *