Archives par mot-clé : sociologie

La société comme verdict. Classes, identités, trajectoires.

La société comme verdict. Classes, identités, trajectoires. Didier Eribon. Paris, Champs Essais, Flammarion, 2014. 254 p. 10€.

9782081314016

En 2009, Didier Eribon, sociologue et philosophe, publiait Retour à Reims, un ouvrage autobiographique (ou autoanalytique, pour reprendre le terme utilisé par Pierre Bourdieu dans son livre paru en 2004) relatif à sa poursuite d’études supérieures à Paris. Ayant grandi dans une famille ouvrière, ce départ était une manière de s’en affranchir et de pouvoir vivre librement son homosexualité. En 2013, en 2014 (pour l’édition de poche), l’auteur propose un texte d’accompagnement à cet ouvrage qu’il avait volontairement amputé d’une introduction et d’une grille de lecture.

La société comme verdict s’organise en neuf chapitres alliant des explications de textes littéraires (Simone De Beauvoir, Annie Ernaux, Claude Simon, Paul Nizan, Raymond Williams, Richard Hoggart,…), une riche réflexion introspective sur l’illustration de l’édition de poche de Retour à Reims figurant une photographie d’Eribon adolescent, l’importance des textes de Pierre Bourdieu ou de Michel Foucault dans le cheminement intellectuel de l’auteur, mais aussi l’histoire, ou plutôt l’absence d’histoire de la vie de ses deux grand-mères issues des classes populaires. Il montre, qu’à défaut de sources disponibles, au contraire des familles bourgeoises qui transmettent non seulement un patrimoine immobilier, mobilier mais aussi culturel à leurs enfants, il lui est impossible de faire le portrait de ses aïeules.

L’ensemble de ces réflexions vise à montrer les mécanismes de la reproduction sociale, qui perdurent malgré les efforts de démocratisation (terme réfuté par Eribon au profit de la « massification scolaire ») offerts par le système scolaire. A ceux qui réussissent à s’émanciper de leur milieu manquent toujours les codes et le capital social pour être à l’aise dans leur vie professionnelle comme personnelle. « La force des habitus, le rapport que les milieux sociaux dépossédés depuis toujours de l’accès à l’éducation et à la culture, avec comme conséquence principale l’auto-exclusion, l’autoélimination – c’est-à-dire, en réalité, l’élimination automatique et inévitable qui est pensée et vécue comme un choix libre par ceux qui en sont victimes – sont dotés d’une puissance de perpétuation de l’ordre social hiérarchisé tout aussi agissante et efficace que les stratégies conscientes ou inconscientes des dominants. » (p. 175). Il tient pour preuve de cette réalité passée comme actuelle (il insiste sur ce point) la faible place tenue par les enfants d’ouvriers dans la production du discours « savant ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago.

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago. Jean Peneff, L’harmattan, 2014, 146 p.

Capture d’écran 2014-11-06 à 18.38.08

En 2013, l’EHESS consacrait un séminaire spécial au plus français des sociologues américains : Howard S. Becker. En 2014, sort l’ouvrage de Jean Peneff, professeur émérite de sociologie, consacré à ce grand sociologue, pianiste de jazz et photographe.

Il faut dire que Howard S. Becker est un sacré personnage ! Musicien de jazz jouant dans des boîtes de striptease dans les années 40, il décide de faire une étude sociologique du milieu de la nuit et de sa clientèle. Non seulement, c’est totalement inédit mais il voit son doctorat de sociologie comme un hobby : « le véritable boulot, c’était de jouer du piano ». Il devient finalement professeur à l’université, par un pur hasard (d’après lui) suite à l’accident mortel de son prédécesseur passé sous un autobus. A ce poste, il va rompre avec les codes conventionnels ayant cours à l’université. Il fait cours dans un sous-sol de la fac, abandonne le face-à-face magistral, refuse toutes responsabilités afin de continuer le terrain. Et des terrains, il va en explorer plus d’un : le milieu médical, de l’enseignement, des drogués, le monde de l’art… Il ne veut « pas se couper des actifs, des réalités économiques, des conditions ordinaires des salariés. » (p. 47) même s’il « n’interroge guère des personnes inférieures à sa propre condition ». Il reconnaît « Oui j’ai manqué tout ça, mais où était mon matériau ? La classe ouvrière, je ne la connais pas de naissance ; mais les classes moyennes si ! Alors je fais avec les moyens du bord. J’ai observé leur envahissement et la montée des loisirs ; et puis j’ai pressenti l’élimination des barrières entre la vie publique et la vie privée, l’exhibition permanente de soi. » (p. 129)

L’essentiel de l’ouvrage est consacré aux méthodes expérimentées par Becker : observation participante, interactionnisme, ses mondes sans que son style mordant ne puisse être restitué par Peneff. La part faite à la musique est faible dans l’ouvrage, contrairement à ce que le sous-titre laissait présager. La bibliographie qui clôt le livre donnera l’occasion aux lecteurs de continuer la découverte de ce drôle de personnage qui martèle à ses étudiants : « Faites le maximum de terrains, acquerrez la confiance, prenez en mains votre destin professionnel : c’est à vous de le découvrir ! » (p. 134).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail.

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail. Marc Perrenoud (dir.). Paris, La Découverte, 2013. 237 p. 22€

becker

C’est à Howard S. Becker, monument de la sociologie contemporaine, qu’a été dédié le colloque L’héritage interactionniste en sociologie du travail, qui s’est tenu en octobre 2011 à Lausanne.

Howard S. Becker (1928 – ) est l’un des principaux animateurs de la « deuxième Ecole de Chicago ». Disciple de Everett C. Hughes, il a promu l’interactionnisme, y compris dans le domaine de la sociologie du travail. Jusque là, un métier était vu comme un « faisceau de tâches » alors que la sociologie interactionniste adopte une vision globale « incluant le travailleur, ses pairs, sa hiérarchie mais aussi son « public », clients, donneurs d’ordre, bénéficiaires de la prestation de service dans un « théâtre social du travail » (social drama of work) généralisé. » (p. 7) En adoptant cette approche globale, Becker a mis à jour ceux qu’ils appellent les Outsiders (1963), c’est à dire les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana – et a décrypté le fonctionnement des mondes de l’art (Les mondes de l’art, 1982).

L’ouvrage est ordonné en deux parties, rassemblant toutes deux, des études de cas très concrètes même si une montée en généralités et une réflexion méthodologique sont davantage présentes dans la seconde partie.

Le théâtre social du travail et les mondes de l’art

L’histoire du dopage dans le cyclisme permet de comprendre comment un acte banal est devenu criminel, à partir de l’affaire Festina (1998) surtout. Se doper « à l’insu de son plein gré » est rendu possible par le fait que « la déviance est une expérience subjective dépendant du rapport à la norme du déviant comme de l’entrepreneur de morale. » (p. 24) Le cas des DRH dans les secteurs de l’horlogerie et de la banque en Suisse, spécialistes des interactions au sein des organisations, montre que nombreux parmi eux s’identifient au rôle du patron mais vivent très mal l’organisation des licenciements qui leur incombent, d’autant plus quand ils sont issus d’un milieu ouvrier (cf. Ressources humaines, 1999.). Le détachement du corps médical vis à vis de leurs patients est lu comme une manière de se protéger d’une situation anxiogène.

Les mondes de l’art sont représentés ici par des textes consacrés au métier de tatoueur ainsi qu’au cas des musiciens d’entertainment avant qu’un dernier article propose des pistes pour étudier autrement les mondes de l’art : suivre le destin d’une œuvre d’art, par exemple. Dans tous les cas, le fait de créer n’est pas vu comme une démarche individuelle mais « comme un travail collectif soumis à des principes classiques de division et de coordination du travail, faisant l’objet de coopérations, de tensions et de conflits au même titre que les autres activités professionnelles organisées. » (p. 101) Howard S. Becker estime d’ailleurs dans son article que l’étude des conflits entre les différents acteurs du monde de l’art nous en apprend beaucoup sur son organisation.

L’héritage interactionniste, méthode et théorie

Anne-Marie Arborio réfléchit sur les limites des entretiens biographiques et propose de les croiser avec des sources historiques afin de les contextualiser. Michaël Meyer reprend les enseignements qu’il avait présentés dans l’ouvrage Le précis de photographie à l’usage des sociologues. PUR, 2013 à partir d’une étude sur Police secours. En revanche, les considérations sur les problèmes de traduction des écrits de H. S. Becker auront sans doute un intérêt pour qui envisage de traduire des textes de la sociologie interactionniste en français et allemand. A défaut, ce texte demeure assez rebutant.

L’article de Jean-Michel Chapoulie revient sur les raisons du succès de la sociologie interactionniste en France dans un contexte post-soixante-huitard. Il trace pour cela une histoire de la sociologie française et montre qu’avant cette date, les sociologues avaient une démarche très quantitativiste. Il faut attendre les programmes de recherche financés dans le cadre des politiques publiques socialistes pour qu’une démarche ethnographique soit généralisée. Désormais, tout domaine peut être potentiellement étudié. Le long et difficile article de Pierre-Michel Menger qui clôture l’ouvrage rappelle que mener une enquête sociologique ou ethnographique n’est pas une mince affaire. Plus les interactions sont nombreuses et plus il est difficile de monter en généralités et de répondre à ces questions : « Comment fait-on des choses ensemble ? Comment s’y prend-on pour aboutir à un résultat ? » (p. 236)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre.

Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre. Howard S. Becker. Economica, 2004. 179 p. 19€

41K17BDSSPL

Ecrire un article ou une thèse n’a que peu à voir avec ce travail de recension ou celui de synthèse que nous faisons régulièrement pour préparer nos cours. C’est autre chose car il s’agit de communiquer les résultats de ces recherches et d’en tirer des enseignements dignes d’intérêt pour un lecteur. Par ailleurs, alors que nous passons notre temps à dire à nos élèves de faire des phrases courtes et simples, force est de constater que ces tuyaux d’écriture ne suffisent pas pour la rédaction d’un article scientifique. Aussi, cet ouvrage sera d’un grand secours aux doctorants-apprentis chercheurs.

Howard S. Becker est un sociologue américain héritier de l’Ecole de Chicago qui a consacré sa carrière à travailler sur les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana (in Outsiders, 1963) – ainsi que sur le monde de l’art (Les mondes de l’art, 1982). Il est connu aussi des apprentis chercheurs pour son livre Les ficelles du métier (traduit à La Découverte en 2003) où il emploie un style direct – voire familier – et particulièrement convaincant pour vous guider lorsque vous entreprenez une recherche puis lors de la communication des résultats.

L’ouvrage chroniqué ici porte plus spécifiquement sur la méthodologie de l’écriture. Il est issu d’un séminaire organisé pour des étudiants en sociologie de la Northwestern University. Becker utilise pour cela des méthodes radicales pour faire prendre conscience aux étudiants que l’écriture scientifique ne peut se faire que si la peur d’écrire des bêtises disparaît ; faute de quoi, elle inhibe tout acte de rédaction et rend tout production impossible. La grande force de son enseignement est de faire comprendre que si les textes que nous écrivons ne sont pas bons, ils constituent une étape indispensable dans le processus d’écriture. Il est donc tout à fait normal d’être amené à réécrire plusieurs fois le même article et cela n’a rien d’honteux.

Dans le cadre de ce séminaire, H. S. Becker fait travailler ses étudiants sur les textes que chacun a pu produire. Les participants sont amenés à proposer des réécritures de phrase en éliminant les tournures passives, des répétitions (en fusionnant des phrases), des tournures pédantes. Des conseils précieux sur la structure de l’article sont donnés : « mettre simplement au début leur dernier paragraphe triomphal, pour informer les lecteurs de l’orientation du raisonnement et de ce que tout ce matériel doit finir par démontrer. » (p. 57), « au lieu d’essayer de résoudre l’insoluble, vous pouvez en faire état. Vous pouvez expliquer au lecteur pourquoi telle question pose problème, quelles solutions vous avez envisagées, pourquoi vous avez choisi celle, moins que parfaite, pour laquelle vous avez finalement opté, et quelle est la signification de tout cela. » (p. 69) Enfin, l’écriture scientifique est une affaire collective. La relecture par des pairs ainsi que la communication de ses recherches (colloques, séminaires), y compris, à un état transitoire fait avancer notre argumentation. Toutefois, arrive un moment où il faut « sortir le produit de l’atelier » (p. 129), faute de quoi le chercheur ne participera jamais au débat scientifique.

Si l’ouvrage de Howard S. Becker a un peu vieilli (le dernier chapitre – succulent à plus d’un titre – traite de l’introduction de l’informatique dans ses habitudes de rédaction), il a le mérite de rappeler que faire de la recherche est une aventure collective, qui s’appuie sur les travaux déjà réalisés dans ce domaine. Penser que vous allez « opérer tout seul une révolution scientifique et intellectuelle » (p. 148) conduit à l’échec. La recherche est une aventure collective issue d’échanges intellectuels.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale.

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale. Guy Bajoit. Armand Colin, Recherches. 2013. 28€99. 393 p.

9782200285395FS

Si Guy Bajoit, professeur émérite de sociologie à l’Université catholique de Louvain, a passé sa vie à travailler sur l’Individu, c’est en réaction au discours qu’il a entendu en 1954 lors d’une retraite dans un monastère alors qu’il était élève d’un collège catholique. Le religieux, qui haranguait les adolescents, les incitait à obéir à leurs « parents, à leurs maîtres et surtout à Dieu » (p. 19) et à ne surtout pas agir en tant qu’individu ! Cette négation du libre-arhibre à ousdividu se arhment nemprendre qus inisons dui clusdivts,herun a netre amfférenceet la ne>« paventé to vie » (p. 19) ol dé es inntenine s etciale.

Ca redelle. ltée" sjectiviste tacitaicherun a ne desentde ile soentite  epareus à à ne suus dprenuire. es indelle. travanss Credelle. maiancautr XXme Ecsree pcseirait lesil ividu ujet de lui-même. et en.  ltat ’un cong etenussus dstoriques emprntss e ris jsilAifie i, cf.teninement à ce que ilancer lorne outeine t Le iljet de cosilvrage desagt nemprendre qu>« pamments-es in ividu géoent uns in teonnaet gee teellemeque paur deutint pas inia uons vociale. (p. 6911/p>

CaPteiela nlesméthodolde ra sigio-analyse ta enrencleièrement coprenre . LaEectnrence l’intjquesil >« pavne veut seyvecr av rutinisé, crint ue der l pr siptione de Lrech uons vo às inseit , pouc Pque tosil ividu u enut urs pee dle deu àjet de lui-même. VeDs sors dil a e s rse pr carseience aue st e unn (p. 69113/p>

Cay Bajoit, eneen rprece ion dutte dathode) d/p>

«cherches. i> fa laudigeons vomand Colin, Le rextes ondeo pre socherche esttirine essor nire dS. vesari p; /p>

EcPcjdede rotographie à trsilage des sociologues.

9727000),0786660jsrc= 38 https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1279/files/2014/31/2017000),0786660j95x300.jpg 195w3 https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1279/files/2014/31/2017000),0786660j932200.pnjpg 322 sizes="(max-width: 30987) 100vw, 30987) />

Si>«Pcjdede rotographie à trsilage des sociologues. HoSylin, arc pacat dechell Meyer rDiscctiigio-agie" Pen, 2013

Le vie leurnstoire dussousiphotraphie dns le setcences-stciale.

AnLsiptinare « pasilage des r siphotraphie ddessilimt de lousidueorieur lataiusr deusigio-taijet qusiltaiussossethi-ecul des dlle u ila sorio-taijà» (pM dé es inflesaiaussofféionnat de lovulgis, ion dussos e coprenrercforce est de constater que ce>« pasilaversity.j ) auine ens de pertain-enimalal,irses ds le prnnine peslecisge deiseraphie e d» (p(M en-agiet07, d/p>

LeFre prssousigio-agie" i puivla pv eu deen» b/p>

L Ilt gee toriv àage dausso siphotraphie d sociologie d:

Si8211; p» eLiocherche esivla msoage-4/le sigminaegue à ensiliseraphie exit fiaucoup su rance dax dftiin dsso href="http://clio-cr.clionautes.org/prage-4/-a s-stoire donde-le.« pas, oftis tu ila sotiontés orio-e. (p( 2365d/p>

8211; p» eFre prssousigio-agie" ipt êssi deseuern ili làbanireausso siphotraphie dà lecjdoe av rausné elau en tralyse tav raupormicne.<àrio-x dLa reahotraphie dv rent su petteiv rocherche eLaEectnrt être pocjisés prrenàbaerches.vla -même. ili l peuhotraphiequenrssionnelleùoren dt ue li làbauenête  lur sême. CDnombreux bpaue dufipeior nse p p ivla msoage daussavbhotraphie dqucjdoees, o enivla mvlatellresvit. ipeLe iljrage rar nsentrandsntage privla msospenotoinfà prttre si ruvre de deivla msothode

8211; p» eIltidit de s leuquriv arents des iligatsso pauiellune encherche esi làidage-4Leest au s leuqusnine pee de detngumrausméanuvre dt en, quus dmiteses, Le iljdtélincntt ue livla mes dlle enut dlocherche ee part êmbnsrtes à leufabrication d’un chlm/"ùor ila ocheuls euhotraphieue dens do pesuos tagtualelS. une moèse qusmseeuale(

Slignricenter">LeLiouhotraphiei»b/p>

LAdelà des eusie dufipeessidiv à nesilage-4dessiseup pent étuassisviv rauenête  lil a en iviensable daur labaerches.vlasméer une ensviexion mivla ilaeiea, csmtte dag nguerc« La eàage-4nottt ens agtelga pentes, eur la-tte, niu s le phacences-stciale. (p( 23).a>, e ioorbtrntutremes p sso href="http://clitée" s dlle rg/w/entrio-xle/">rd"ténsmcherche ess dlle/i>a>smSylin, arc pacaLp>

Satherine Didier F-vre

EcDjnir deusiunesse" ? Dil pebteà nesiltho prssinde d/a>

Djnir deusiunesse" ? CoDil pebteà nesiltho prssinde d/a> Marc rlc is Gthorr deénan-Mianceçv àGdeecoentLe ilranteunne1963. 39270vs -4Lp>

4100),93397src=09w0 sizes="(max-width: 30073) 100vw, 30073) />

est au trsil ezio-xonpeitellrtion d d nsmàrio-egues.htsmcisg deançaise ete de ilj ait fisilganisation.L puSftiule ausile taiipeizio-xssosmàunesseu s le pesempxe nsile rtaiielsm» fa trEvdiutr P tuute.nivodle du desecue

Le vidténe de Lrevidurtvreod">àssai, auivla jame ptar i>b/p>

 p>

 pu>«Dris jsméalipsid qutanes, o63)0et rance dun mtaingua ns baiftiiurttatasteodne ds p ssoppenennde de làrio-egues.h: (pO ases p me si trttameuo ttre ce ilâa nst être am peu crioent peguantagta ioleien ion duataiint deur lacoest e l qusvint us dque ioructure d p tre arzio-tai. Le lqutdo pauurs euiausmcizio-egue àocialegue àsmciléctixonpeiteénes,vs lDurkheimcet dtd qunéralinnpetv rarcnnheimcet dtd e sis antscdtot dtd e siprenuirlons e trd quass=" quzio-xsss soù p r gt ene da trsvicutir de sime ptar t à neer ar dtireêe il dtv à pesnine peshi-atie rav r sizio-egue S. un dtxtes osmBteier r 9>«Lsime ptar t il ene il pindei> fau-izirap p tai. atellresvitvivs làbqusvidioqusentn nsiradentre ameouealviv tr peseptioil a preittreeur lnt qumBteier r ireêsmcime ptar t pelèvnts-c nt plleagta cauorie« met r le agtach xonpetvstoriques se pus e vim» fa(Bteier r énWacantit1963..

 p>

Lsime ptar tttarcettt arctionneessilitre dourssisdtottée" poch xonpel, LaEectn ennc tovidurtcLeHee re fas quunesseut aOcde dn/a>,« La sisie dnpeileenâa au ennc to ptfaire cogtaairare dessvs lu-sagtàssrare au enrnuct à pedin, npue dlherun a it fittaap à le caalis » (p. 1231)iLdtrnut derale.elèordvivs làbquucte àssrqus quunesseuttaurs. cop dviet ee ion dhajuvrises/2

Ilt en trait iv, ne de,dquzio-egue dque io aier enssime ptar tcomale denleenzeh ngquinretau trs vlata « pas st s ognessquzedeeq» fa ceen de ils eyvevdig nir onpeissvsilentite éessvssime ptar

Sii éut Lescarseiiielononessnssizio- aéa>,« paleendelepou làbqantequssqusyère dquzio-x, qui haidi u. enls le phaaiononengtethuers macoes a elilgiel, auss le puits à dess le ilean t e deirentesuage dessvnt antà de penteis tu s le ptvidurtea, cssvsemtuatviltiononilgienunuiredà de prnuct engs le iltellrtiononngtethuers mau l dtme s» (p>

Pt e lt coesatssime ptar taéinses essvcilàlution sciio-xlque ilienst slectpou lurs qussve à de aireêe sous dl aquunessebpau gee tee/ode coal, agtssie à env dea urs gilita coett ptal, agiltren eear-sagtnssizio- aé desiltelgarionpeizio-x.

LeLiltmaly a decarténe de Lrecvptioque iorb/p>

 p>

Lepotregnengtainguss dnpedessvzio-x.n ion dy siltelgarionpei degile taiipeizientr ceenonleenentitcdutrognenivla mquunesse/iLdengt den nare LeTrcvzio-x.usyèem/p> MaLseipede54 1)irctentreittrenon ptuorie

Ltaapuatvearc c Molgideraenone deile taiipeia lensprodcita ine deest enp dme ptaviltr enpn, e rgile tir deigs dne degs le ds des iile aérionpeles ietiononnptffiseenu dyeIltut Le pubteier reur s » fa(cr avsss ingux dée an-M Jteivigi asàsdeBurangud Sehw lezd/iE dtété dabgudné elngs le dentanes, o638 osteiere am, loiasdi r lt s/n>Le pugileendi ss le sie » fa(Gteco t/963.1)it ance daxgs dne iltr Ql, cke dtcaatadurviv(ivl-ttesteieidgpsr qu trsilens tgile aérionpe Le ile taiipei enrd"tiotiri

Chri« LaSilenvidr decvzte ttiealigs dn trtiuangataecaspenne due io paresvcsizieleononesseile sie sprient dtd egi telgareononelle quesild dt enns nir àr l pvrtain-enmice-ansdechaoentpotrnteunf: (v(u. 9 coEnBelgue dles usyère d  st aiae deptataneens agp dme ptav usilenvidr deme si ues usyère d  ctixonf (hi-ats usdeMa c Lguxlmr exireê-ttesteies iet dnétaetpocmrà ataitesualivrpsid vzio-x.n ion du trssie à peoupe eiLil sts u en pivrpsi ilgsvoentocaangugiegneeendeile sie spriens uteaoyt CDs le ds des à ft lingilemmié av(z seiouorisidreonona pr Ql, cke ilMyriami lgi du ecnte ils eut

LeO ilttre sisilacptenss le den aie tuivla mme ptas»i>b/p>

 p>

PteieErikgi 998 1)tossime ptasecvzuielln ptrtir usderaleore feme pu ptal, agtse trovivire usil ptvidurtea, csilpétirit uqagpadensdesilenve dntress le sie àtcte » emev(u. 147

Le pue io gee teenss le ptth uons silacpumteononesilintaiaup dnguervienguoangin,ea prdesrare aublic prt iltpome pta azieleononeenticienonr traiirap pà elua ensdtuitcr aedesstuiétirit uq» fa. 129 1)/iE dtdi

Le puean t s physne dlilgio-xrdiensymbagie dlrt ilr rcettensdtultée" pounretau trlepooupe ednssvme pta» fass lelepovrpsx telurteeont lilie su trod">usdaupeurs deblic priensdaupeurs desu nguervi su angin,eLp>

« LaDs les écherche elilgce daume ptapreitear encoettl a rli  avr ltflpoingt lore fenirali ddlilgurssisdlilgio-x dau-etiritfldlileequptgiens agul uds p citonfàleaieleononendreaussi destdotflpoleatflgio-x.ation ilreuctiotflpoleende edque ileequingiurttetospenottesusil ptcituliovivsilenlurentit. ipey siltereeinesséctssaguio-xrd» (v(u. 154)iLdaume ptaet rg-ene dess=qusil¢a n trr lry sonvdenre am xili  avr ltsi>Le pueses a s tu neilvétirit uq» fae ileequs vengpdeLp>

J vivRsr ecnte eatrcvptio seaangovie à il ens agtrenuodcivsteie©aier aetaume pta entfl en-aietculqu trsilploie LeIlta dn trcr avsntage pr daume ptacoettlepoet dlilcoettlepoeucte de Htuinruure plile decoettlepopeurs diLcatregnrlea>Le pulvidioein» fa(iér dni sil peisre tadenon-s ptuiio-xrd)a -mgulle aus dtrenuodciearteiet e lesesr usdausibre -sque ileequrctendenon sts forral.Le pu pejet de(e io il ens agrcesdis p pe ividu s)to pttioni (e io il ens agtremuds p iv a rli  e)to ptreonone.aoviv(e io il ens ag jptdienos p t dtd esilhme o seaiac) d en pte dnpeileliengta ettss le peean t nguêtivs làilcittaiiaiet encarsesq geovi» (vBteier r tmaly assaguangovie dusdeprenuirlons eedqu ioleiensaguio-xssag enviutrossl trrdeile sie spiLeati orcesussindennangovie o ilevd n trcr avpv eut aage decoet peme si uesaotregnrrdeeut de(s qunpadens lanceçv àDubetexireêssime ptr pepeurs ecozuctentesu caanreteangt lore fPenteieRsr les pou lurs qussaume ptagienie silre am,eononl, qu ile qud e desusil pte dnpeiglobmudrrdetflnpv àiLeflpoformereonondusdqujpt us dqusile taiipe eguirap p uis sosoetienonienr lr t dLp>

Pteiean-Mianceçv àGdeecoentlesilae ceinessaiidtfflàaotregnrrileedeeovig en cacozuctioni steie©aier aetaume ptaa dn trgoettltacoapuatgio-x.le ii orl duivla ptangt lore fatagil, dyeIltret dr us potelurentit. ipepounre vi pou l Rsenlu d-Burrtivtfluxligeoviv ene ileequcoain desusilientatraetpoptione dag ens pooisidssosilt r le agtauseurs degio-xrdi ue l pume pta» <.v(u. 18 eyeIltpt r e desilt endi s lsile sie spr il ens agcautsptens tyeIltpnivalvie àtape ensdnv desdnGodd">u9989.LeLcaalis edqu tée" aume ptass le denelua s ptuiio-xrd tactai-e r y/i>b/p>

 p>

de coa lr tapeir uivla mquus vu ddian t potevde avr ltsime pta/iE Afree dtossibrear nsu a dd taralemueoviet racpisernteentatrce-ansdeme pta,edelicades poce poinggeons l, que ioirent entrartl™ilolescents,o trsilâa ntcte iLil sts lirlqu trsilfail ds o ilernivtr so tr, loi.re ieactssPenuqul aquapuatausffeettensiltgee ter usil ptctée" ime ptre iir d ssir us lscaann agtapeartdnpeasillan t potea etvidioisdlie iiptch èvdenniu dessie àannvrisoniu dpoteteeoannpetvule,ne dPeQ dec uiceennAfree dtopr B aelornEunredrrdeilEsr,bs pome ptaotevdteear enedquian t popn, e rgiliércnt»

(vCà il ens agsteietdo-ene dessi>tinir re ieen pt aneds « LaLcame ptar il ens age il peot.v() etL pome ptao gee tee» faAvkessictr desilfloie iz drdciveenbpaucotvie ds tuivla ilfendi s pome ptaoivla m ngueh  su angin,eir urst pea>Le putior usdaualis » fatelu r e nftercvus dr lrleièrement cos pome pta.eMadé e-tteetssianguss dnpeusil pcitre dttée" po steaiae deeenbio-x eu lsfabral.< dmefldec enmud«L poHtirir tr/i> Ma(pr ti o deBteier roù p us dssveluc u der s dtle des potdo pa! CeJe ptailit être podreauss le pecoapuatbio-x e trptr so jg.agtlême si ils e il ens ag-tturs dus s dn MaLcame ptar il ens agul uds p ptrnuction im dessibio- a et l.

Choledcieiscc tr-vre  p>

 p>

EcDiet enpcte S. io-egue àesesh  descame ptar nEunredLp>

MaV nDe Ven deC s ud

41sre l_ad reen dsrc=0553 sizes="(max-width: 30077) 100vw, 3007 ) /> Ma desfacherche en pivtrtoire petssiaor deC s udaV n deVen denteap deent07,4vev a nule,n  ent07,8otdxiPUF/ode cochesnnrearuc uiieentdo-en trcaantea, csu angin,eacttetvie il trcaataiint uqusu jet d/odaapuatacne. fp>

« LaLil a nucte n de en pt.agn ilhienzpedems v-edeeenbjectivis4a pezio-  tr™ilens tgtchenonsabiea, ceen deteuutévi» (vOgie r Gteco tnpadeens een nardechaoctetteligiengrtten desfas pt ss c u s lebpauangux d« LaDs le ptbio- a ev dien ieessilobiea, ceens e ree eetsil enidtss le sie nucte of dn trch reelesguxeesagil ptpren a eeononn detioe desiltcaneauinnosiienos» (p>

(iE dtéoisigce dauantenonn yavsilenenhiieleentpren xe ssitypegue àsmGt ta Eannsg-A edrttàe iolrleidetligitétllirali . filc casi>snnvie tenonrcettso ileétirit uqavsu mge pus et enpcte » MLe puSdaaiirap»»s puSilpezent»»s puSonnlis »»s puSiltete dntr»»Lp> Mp>

Maest enc ue iord"tiotiri fa(cf TalopdenPhit sde54 5d/odas eitftsilenvstéltàurain étnpv esilpdts sc c ut il™ilpdoteaia e egacanr ai sotôe»siates eeitdex epdotvlasrt20u-qtos e en tidrle ileereia e peieytae trbpaueitde/iEetin dl Todtoareen s lec udelle. c iisrtsfabral.< mge punucmrienonabtti» Madae iiesesr ussius dss lesfabrnteunnesrtsfame ptar ilest ensrtmge pubrenon ieaeei-onip»»p> Maguxeesrtpt rtae trrct rde ptbral.<« LaEnenhlasrtfaçvlivrnviienon trsilUnivtrtoitnsquftten sossilysdi ea prsoeangenopoch xonvds p s v dien vi» (vAeiviy anguxals /art ss su peaedeirenonn« LaTtteeis ls pu30u-qilest ensfabin» <» (p>

Maoenoenondntdlnelea sve àns v tos e enaucoup suus drctcrenotinpdosiltgie ioinay . Mett eg peirpsid vzio-x.n ion duc enmuu s lessiurrurs qusu me pt/oda il ens ago-en sirticitea, cstarcnteunvlie iipossaidle de.iplôtt il ens agssiul u puu srepeir»»vvtrtasiltel rionpe unrssionnelleud<»»p> MeIlt il gee tnn sotte daens tgil pes nir onf irctvtrtoe aolletttàancece)toc- tsi>iplôtt/oilt egsiltesie spre iit egsilpeurs enil parcntag-dd ilt s dr tten dau a nntseLnDe trce-addme ptay s soe ileequssiit edepochotvlnt eotdlfeytaeirali l rtvlaniire. àbasoûidusil a ns osiltcr av pefloie /odor uf ds c uviu>sncn trsilt soeanttnil pon io- a ev dien ieespautregnengil iv pt ss c ueen tchenonsabiea, potesie spdl. Mp>

Mt egs enretn t sime ptar eançaise e« LaLa ance da dmeflde sitronittnt tflenannvalv-4L»»p> MeLa me ptar et eg pemottens a etins enrd" err.sncn pemottena ericas etoivl-tteartvlar sue io ilieeneiqussasmràrtvlamge pur elis »»Lp> Ma s ud V n tVen denifteeussinddèssimge puTuauy»»,p> Maouougud ft lie iiptvt êeique ie cr si>siates eirali l êtttàayoesuacanrn ieotes pt ss c unirs creme/od mrétn tieleonone egel hae ils ecdrege Penteie ilpdotfly m/nut Mes so ilpdts sc c ut egai sonpesttins e telus drlrleièeentttenntvla.u ilheseir ê-tteatsiiengtseau a n mge puSileete dntr»»p> Milest en-e ioe de trd"tiotiri terr-a/artvlasilenve dntretàesfs dy ss lestrde, nsdlnguie tto ptis le ieotv enunrssionnelle pezurviveened"o petcpt so trscaanre- a ipolobieeent. Olie ior ussifeytaee gud netàeni pPenitf leus dtôent egvrin esettmge pu ptangstoieotle ionv» M!nDeame ptaerr-dêrtvlairenon tflen a n M:ieiqu terr-atereonone-ddtâsrcqutvin-sventpili so deeia tten il peieytaussiel habirede ngeautànouxcrcili soe daiiieosilyvett re caahiir ura»! Olit eg trseaual. tr/h tkilocnenrta (eenest enssis d)h tc ue iir ereone tsiDs euork»! Q gud ssiahiir uraànocve, nsfabsal.< oen gntscilest enss lestrde, nsil petge ttten trsengta ett/odor ud eenttn d otvl ilhienzpehtfléreentnodesesr usil psiel nmuétnseaume ptar rilmge pu ptêtr un Massacrctinàetvlyvernivtre ieegai sovrdciriplôttquptgagnicadetravie étn trstfletcpt sLp> holedcieiscc tr-vre  p>

uhdrcomaoeeiey-lreufldl-tttdnsgseu-soionaeque" eu-soinr/hu-some ptar hu-soagie ruuteco thu-soavtu-sortau deesau-so io-egue àu-soas g yCa p/dhea rdecss==" eny-hea rdCa Ecnitsenaume ptar età30ue daiiieaLp>

MaOgie r Gteco tLnDoesetàpusrc,eniteay Liu>scenteioineannçaeac,e14/3. 92itr-4L 5,90€p> msihref="https://f-iengci.hypautaus.gan/-imsoeate/blogs.re /1279/lm/es014/3/03041zYn-r oEL._SL500_pg">4141zYn-r oEL._SL500_src=09w5 sizes="(max-width: 30183) 100vw, 30183) />

Vtvqusoenrearcz .e osle,ne d.frp> Mat eg rt14re douslentan Liume ptar ht egsffeeh snn de trr s-teg ptusis rreareseuo t  trOgie r Gteco tetssgbio-egue dln

euttenchniqae iqlprrs ébiin»

–» lmsihref="http://c" ypotheses.org/wp35">At s n–» lmsihref="http://c" ypotheses.org/wp4 hDret enpcte p>79% nsnn dessaciqln Lilae l rc utsiiiu uo rse -oni s pvid elepo es a n Me. 1297d/oIl tvlartmè fféates en MaCDD)tot iltpossr-oniqlsio-mudsoiit .iplôttquorpre.nDs les a etin Mapt ieenprquel hatrce-adde ilsuxen trvre leeh4z .rnsiates eirali l ss lere amtes pt ss ênirs cremetteLp> sa mrtteuttegtcia eiqloieeniiuprenusden M/oLsircnteuomsesseuilsfadnsquliovivsil ctéfl un holedcieiscc tr-vre  p>  p>

 p>

<