Archives par mot-clé : lieu

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100, Juillet-Aout 2014. 63 p. 11,50€

Habiter-le-Monde_small

La Documentation photographique a confié à Olivier Lazzarotti, le géographe du tourisme et de l’  « habiter » la responsabilité de ce numéro. Il revient dans « Le point sur » sur la genèse de ce concept. Si l’ « habiter » vise à « accéder, par la géographie, aux processus identitaires et sociaux de l’humanité habitante. » (p.3), il faut voir derrière ce concept englobant et particulièrement riche le tronc commun aux différentes branches de la géographie apparues depuis les années 1980. Inspiré de la philosophie pragmatique et de la sociologie, l’ « Habiter » dépasse le strict cadre de l’individu, en intégrant les groupes. « Habiter, c’est cohabiter » (p. 8)« comment être soi parmi les autres » (p. 15). Sont interrogées ainsi « les modalités des rapports au Monde, mobilités et immobilités combinées. » (p. 8). L’habitat, au sens strict, étudié par les géographes de l’école classique, n’est qu’un objet de l’ « habiter ». Désormais, les géographes s’accordent à reconnaître que peuvent être habiter des lieux occupés temporairement (dans le cadre de séjours de vacances) ou mobiles (habiter le Paris-Rouen). Mais, « habiter n’est pas seulement pratiquer. C’est aussi trouver les mots, les images, les sons tout autant que les représentations et les inconscients de toutes sortes, qui accompagnent les pratiques. » (p. 11). « Cartes d’identités », « signatures géographiques » (Lazzarotti, 2006) sont les témoins d’un habitat polytopique (Stock, 2006) réel comme imaginaire.

Cette entrée en matière très épistémologique peut sembler assez abrupte pour qui a inscrit cette lecture à son programme d’été. Toutefois, il n’est pas à douter qu’une relecture de cette première partie sera très fructueuse, à la lumière des thématiques exploitées dans la seconde partie de l’ouvrage. De nombreux documents ont retenu notre attention, tel le parcours illustré de cinq migrants entre Kaboul et Paris, la carte « Les Hallyday, des multirésidents » réalisés à partir du compte instagram de Laetitia Hallyday, la combinaison documentaire sur les « SDF, des habitants sans adresse ? », sur les lieux commerciaux tels que La Vallée Village à Marne-La-Vallée, pour n’en citer que quelques-uns. Les analyses des doubles-pages portant sur des lieux touristiques sont particulièrement riches. L’analyse qu’Olivier Lazzarotti fait de la place Jemaa El-Fna à Marrakech est délicieuse. Partant de la définition d’un lieu de Roger Brunet  (« point de l’étendue »), il montre à quel point un lieu ne se réduit pas au local. « (…) Pour saisir sa richesse, son intensité et sa diversité, pour comprendre même ce qui s’y passe, il faut la considérer à la manière d’un espace géographique habité et l’interpréter à partir des horizons, des qualités et des pratiques des habitants qui s’y trouvent. (…) Non, décidément non, l’espace habité géographique n’est pas une surface. » (p. 32).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé.

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé. Jacques Pezeu-Massabuau. L’harmattan, 2014. 219 p. 23€

9782343016160r

Le géographe, maître de la maison, a encore frappé ! Voilà que le dernier essai  de Jacques Pezeu-Massabuau vient de paraître aux éditions L’Harmattan. Ce spécialiste de l’anthropologie de la maison, résidant au Japon depuis la fin des années 1950, publie ici son dix-septième titre sur une thématique qui a quasi-exclusivement occupée sa carrière.

Le sous-titre laisse présager un discours alarmiste sur notre mode d’habitat actuel comme le confirment les premières pages : « notre habiter évolue vers le plurilocalisme où l’entraîne l’évolution de l’économie et qu’autorisent des transports sans cesse plus rapides : en somme, que la déconstruction actuelle de l’espace humain vers la surrection d’un éventuel chez-soi planétaire rend chaque jour moins prégnant l’espace domestique où chacun exerce son moi et tente de le préserver » (p. 11). A l’encontre de cette uniformisation, Jacques Pezeu-Massabuau engage une entreprise de recensement illustré des modes d’habiter qui coexistent (ou feignent de coexister) encore aujourd’hui.

Si « le chez-soi embrasse tous les abris de l’homme – de la hutte au palais – et exprime un rapport de même nature entre chacun d’eux et son occupant, relation d’intériorité que disent encore foyer ou home. » (p. 13), il rend vraiment compte de la relation personnelle entre la personne et sa demeure – un lieu – et est en cela que c’est un objet éminemment géographique. Aux excellents développements présentés dans les précédents ouvrages publiés par l’auteur (tels que La maison, espace social. PUF, 1983 ou bien encore La maison, espace réglé, espace rêvé. Reclus, Montpellier, 1993) s’ajoute ici une sorte d’inventaire de l’habitat dont la lecture peut s’avérer assez peu stimulante. Si l’idée de décrire 36 manières d’être chez-soi (habiter un palais, une automobile, l’hôtel) est attirante, elle se heurte rapidement au fait que trop souvent ces modes d’habiter n’ont plus cours aujourd’hui (l’izba russe, l’évi turc, le siheyuan chinois,…) ou du moins plus sous leur forme traditionnelle. Que penser aussi du rapprochement dans un même chapitre des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires au motif qu’il s’agit d’habitat en série ! « (…) L’autre « grand ensemble » qu’est le lotissement pavillonnaire : ici et là, règnent la similitude – bâtiments,  façades, plans – dans un paysage absent et une société où l’on s’ignore quand on ne s’y querelle pas, en dépit d’une forte homogénéité sociale (…) » (p. 127) L’uniformisation du chez-soi et l’habitat poly-topique (Mathis Stock, 2006) de l’habitat constituent pour l’auteur le risque majeur qui menace nos modes de vie avant de conclure sur une citation de Montaigne : « l’âme qui n’a point de but établi, elle se perd : car ce n’être en aucun lieu que d’être partout. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes