Archives par mot-clé : Clionautes

La marge

9782343013466FS

La marge. Philippe Josserand et Françoise Le Jeune (dir.). L’Harmattan, Logiques sociales, 2013. 194 p. 20,50€

C’est à Nantes en mai 2012 qu’a été organisée la journée des sciences de l’homme consacrée à la marge. Sous la direction de Philippe Josserand (maître de conférences en histoire du Moyen Age à Nantes) et Françoise Le Jeune (professeure d’histoire et de civilisation nord-américaine et britannique à Nantes), les actes de cette journée sont publiés et permettent ainsi, à défaut d’avoir pu y assister, de prendre connaissance de cette riche journée.

La marge est un mot qui prend le sens de figure du dehors ou de l’entre-deux au XXème siècle. Elle s’inscrit dans la dialectique centre / périphérie. Les articles du volume qui traitent de cette question sont particulièrement variés et couvrent plusieurs domaines des sciences humaines et sociales. Globalement, ils montrent que la marge « devient souvent l’épicentre de mouvements révolutionnaires ou culturels, de dynamiques sociales, politiques, géographiques ou historiques qui déstabilisent le centre ou en révisent la norme » (p. 12).

La diversité l’emporte dans les sujets des contributions publiées ici : de la marge sur la feuille de papier (ou sur les tablettes tactiles) à la place des sanatoriums dans l’espace (excellent article de Stéphane Henry), en passant par la liberté de parole dans les asiles psychiatriques de la RDA ou bien encore par l’analyse des discours des militants anti-OGM. Par la place des handicapés dans l’espace public (très bonne analyse de Mathilde Mus, doctorante en géographie au Havre) ou la prise en compte par les instances internationales du cas des « petits » Etats, il semble que la marge devienne un centre. L’article de Christian Le Bart, professeur de sciences politiques à Rennes, est lumineux. Il décrypte les stratégies des hommes politiques qui font fréquemment valoir leur position marginale pour se rapprocher du peuple afin que celui-ci se sente plus près d’eux. Cette analyse se fait à partir des autobiographies écrites par les hommes politiques. Si la marginalité des débutants peut se comprendre sans peine (excellente analyse du livre de Bernard Laporte, Un bleu en politique, 2009), cette posture mise en avant par Laurent Fabius ou Alain Juppé dans leurs ouvrages des années 1990 (Fabius, Les blessures de la vérité, 1995 – Alain Juppé, La tentation de Venise, 1993 et Entre nous, 1996) amuse notre politologue et sa lectrice. On trouve une revendication de la marge partout ! Même parmi ceux qui ont rempli de hautes fonctions politiques, une fois leur heure de gloire passée. La posture de victime fait vendre !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Les classes moyennes.

Les classes moyennes. Julien Damon. Que sais-je ? PUF, 2013. 127 p. 9€.

6a00d8343bf27053ef01901d914f6f970b-250wi

« (…) Captées dans un entre-deux, par exemple, entre une France d’en haut et une France d’en bas, les classes moyennes présentent une grande dispersion de profils. » (p. 7) surtout si on considère l’affaire à l’échelle mondiale ! Entre déclassement dans les pays développés et apparition dans les pays émergents, la (les) classe(s) moyenne(s) est partout un « épicentre des questions sociales et des préoccupations électorales. » (p. 5)

Cet objet occupe depuis peu Julien Damon. Ce sociologue est venu à la (aux) classe(s) moyenne(s) après avoir beaucoup travaillé la question de l’exclusion par le biais de la condition des SDF dans la ville. Il élargit aujourd’hui ses terrains de recherche aux politiques familiales et à la mobilité (dans le cadre de son investissement au sein de Gares connexions).

Une, puis, des classes moyennes

Aristote, Tocqueville, Marx, Gambetta, Jaurès, Durkheim, Simiand, Halbwachs, Mendras se sont intéressés à la classe moyenne (au singulier) avant que le pluriel s’impose pour celles qui se sont étendues et banalisées. Les définir est un exercice difficile. Trois approches sont possibles : par les appartenances socio-professionnelles, par les revenus et par l’identification individuelle à la catégorie. Selon la définition retenue, les classes moyennes peuvent représenter jusqu’à 80% de la population ! Les définir amène à se demander si les classes moyennes s’établissent « à partir d’un milieu mathématique (des revenus ou des consommations) ou bien si les classes moyennes sont, en elles-mêmes, un milieu social (comme on dit « je ne suis pas de ce milieu ») » (p. 16). Aussi, avec des approches si différentes, il n’est pas étonnant que les analystes ne soient pas d’accord et à plus forte raison, si on veut faire une comparaison européenne voire mondiale !

Les classes moyennes françaises : un enjeu électoral

Le cas français est analysé très précisément. Cette partie est très documentée et argumentée. Julien Damon conclut que l’idée du déclassement qui hante les classes moyennes françaises n’est justifiée que si on considère la base des classes moyennes. Leur situation se rapproche, sur vingt ans, de la situation des classes populaires (fourchette haute). Il rejette l’idée selon laquelle l’espace périurbain serait celui des classes moyennes. « La France des pavillons et des lotissements, de la bagnole et du barbecue, a longtemps renvoyé l’image de l’ascension et du standing moderne des classes moyennes. » (p. 60) Il insiste sur le fait que « (…) les classes moyennes – en tant que catégorie unitaire apprécié nationalement – ne présentent pas de singularité territoriale déterminante » (p. 64). La diversité sociale comme géographique l’emporte. Quelques tendances émergent qui affectent de manière différenciée les classes moyennes : effritement (les classes moyennes ne constituent pas une unité sociologique), écrasement (le cœur des classes moyennes ne profite pas du système français de transferts qui bénéficient aux plus démunis et aux plus riches – niches fiscales), étalement (les classes moyennes nourrissent  l’étalement urbain par leurs trajectoires résidentielles), émiettement (politiquement, elles sont courtisées par tous les partis, sauf l’extrême-gauche).

La middle class américaine

Aux Etats-Unis, Charles Wright Mills, sociologue, note dès 1951 l’apparition d’une middle class, constituée de cols blancs (en croissance numérique) : « un démenti aux théoriciens du XIXème siècle qui prévoyaient une société divisée en patrons et ouvriers » (p. 70). La transition d’une société industrielle vers une société post-industrielle (débutée dans les années 1970) se traduit par une baisse des catégories de personnes de niveau intermédiaire. La crise de 2007 a accentué ce sentiment de déclassement, confirmé par les statistiques (-0,6%/an pour le revenu moyen américain sur les dix dernières années contre 3% de croissance/an entre 1960 et 1970). Obama et son Obamacare ont mis au cœur du débat politique les classes moyennes (qui travaillent mais ne peuvent se payer une assurance maladie, malgré la bi-activité des ménages) jusque-là oubliées.

La montée des classes moyennes dans les pays émergents

Quant aux pays émergents, ils sont emblématiques de l’entrée du monde en « phase de moyennisation » (p. 98). Estimer le nombre de personnes concernées est compliqué. En Inde, les estimations varient de 50 à 300 millions de personnes ! L’essentiel des classes moyennes se trouve dans la fourchette basse retenue. Quoi qu’il en soit, la montée en  puissance des classes moyennes est gage de démocratie si on en croît Aristote : « lorsque la classe moyenne est importante, il y a moins de risques de discordes et de division » (p. 115) même si les aspirations des classes moyennes en termes de droits civils et sociaux se heurtent au pouvoir central (manifestations).

Classes moyennes de tous pays, unissez-vous !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain.

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain. Ferrand, Alexis. Logiques sociales. L’Harmattan, 2013. 190 p.

948147311_L

Voilà un drôle d’objet éditorial que publie la collection Logique sociales : le texte d’une thèse de sociologie soutenue en 1975 et remaniée en 2013 par son auteur, entre temps devenu professeur d’université à Lille !

C’est donc à la fois un objet historique que nous avons entre les mains et quelque chose d’actuel (puisque le texte a été annoté en 2013). La limite entre les deux n’est pas facile à tracer et cela complique la tâche du lecteur. Ce texte témoigne d’une époque : celle de la sociologie marxiste réalisée à Nanterre sous l’influence d’Henri Lefebvre. Alexis Ferrand écrit alors dans l’entourage d’Alain Touraine ou de Manuel Castells. La bibliographie de l’ouvrage rend compte de ces influences : beaucoup de références des années 1960 et l’absence intrigante (pour une bibliographie présentée dans la préface comme actualisée) de travaux récents de sociologie de la jeunesse (Olivier Galland, par exemple).

A l’époque, Alexis Ferrand s’intéresse aux lieux occupés par les jeunes pendant leur temps libre. Il a l’intuition (intuition qui va se révéler improductive) qu’il peut élaborer une sémiologie de l’espace urbain, dans la lignée des travaux de Roland Barthes (1964) et ceux mené sur l’habitat par les Raymond (H. et MG.) et Haumont (N. et A.) en 1966. Il pense qu’il existe « une représentation des valeurs différentielles des espaces s’organisant plus ou moins en un système de signification. » (p. 40). Il place son travail dans le contexte des réflexions d’Henri Lefebvre sur l’habitat : « L’habiter s’exprime objectivement dans un ensemble d’œuvres, de produits, de choses qui constituent un système partiel : maison, ville, agglomération. En même temps, l’habiter s’exprime dans un ensemble de mots, de locutions… Il y a donc double système, sensible et verbal, objectal et sémantique. (…) Il y a double message, celui des mots, celui des objets… le système des objets permet de cerner et d’analyser le système des significations verbales et inversement. » (p. 41)

Pour cela, Alexis Ferrand est parti à la rencontre des jeunes de Guerville, de Mantes La Ville, de Mantes-La-Jolie et de Vélizy-Villacoublay. Il a fait jouer « le (faux) hasard des rencontres sur le terrain neutre des espaces publics. » (p. 43) Il a baptisé ceux qu’il a rencontré : parisien, discothèque, cave, groupe de Chez Jeannine… A partir de leurs propos se dessine une géographie des lieux juvéniles d’une autre époque où, pour entrer en boîte de nuit, il fallait porter le costume mais où votre parler de banlieue (la banlieue ouest, tout de même !) trahissait votre origine sociale ! Une époque où les jeunes apprentis versaient leur salaire à leurs parents, où les jeunes restaient chez Papa et Maman, au moins, jusqu’au service militaire et ne s’installaient ailleurs que lors de leur mariage. Une époque où on draguait les filles aux bals, dans les boums de la MJC ou mieux dans celles organisées dans le garage d’un copain (les lumières y étaient plus tamisées et donc « les filles plus désirables » (p. 103) ! Une époque où, pour passer le temps, on allait au café et on faisait tout pour y rester sans renouveler sa consommation. D’ailleurs, les choses ont-elles tant changé que cela aujourd’hui ? Les lieux ne sont plus les mêmes mais les pratiques si !

Alexis Ferrand reste toutefois sur sa faim côté « système unifié de signification » (p. 47) Les propos des jeunes sont pauvres lexicalement et peinent à traduire leur rapport à l’espace. La plupart (sauf le Parisien) n’a pas conscience qu’il y a des hommes derrière l’organisation urbaine (des architectes, des urbanistes). Ils résument leur analyse spatiale à des expressions comme « Velizy, c’est creux », « C’est pourri ». « A Vélizy, c’est vraiment du bidon. » (p. 98) Aussi, il oriente son étude vers les mécanismes de formation de groupes d’amis. Il reconnaît aujourd’hui que son analyse était influencée par la socio-économie marxiste. « La question initiale « Est-ce que les jeunes qui font des choses ensemble se ressemblent ? » peut être retournée en postulat : ils se ressemblent parce qu’ils développent des pratiques identiques et les font ensemble. Il faut alors identifier les processus qui produisent des pratiques de temps libre socialement différenciées. » (p. 96) Si les enfants des CSP + avaient des pratiques similaires et se fréquentaient, c’est parce qu’ils allaient au même lycée et avaient les mêmes temps libres, incompatibles avec le temps libre des apprentis et des jeunes travailleurs !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

Walkscapes. La marche comme pratique esthétique.

Walkscapes. La marche comme pratique esthétique. Francesco Careri. Editions Jacqueline Chambon, 2013. 224p. 21,8€.

1377207-gf

Voir la ville par l’envers du décor est une façon de prendre le pouls de celle-ci. Cette pratique fait des émules. Après le Livre blanc de Philippe Vasset, la présentation à la BNF de l’exposition sur Guy Debord, s’est tenu début juin 2013 le colloque Psychogéographies, poétiques de l’exploration urbaine : sources, figures, actualités à Lyon. La psychogéographie a le vent en poupe ! Aussi, la parution de la traduction du livre de Francesco Careri tombe à pic.

Francesco Careri, architecte, explore les espaces abandonnés de la ville pour trouver des solutions urbanistiques. Il s’inscrit dans la lignée des avant-gardes du XXème siècle. Il a crée un collectif informel, en 1996 intitulé Stalker, qui rassemble urbanistes, architectes autour d’un manifeste (Stalker. A travers les territoires actuels, 2000) qui fait de la déambulation le passage obligé pour découvrir la ville. La marche est le moyen trouvé par eux pour constater les transformations urbaines de la ville comme de la campagne : « un espace devenu  « peau de léopard » avec des tâches vides dans la ville construite et des tâches pleines au beau milieu de la campagne » (p.187). Cette pratique s’inscrit dans la lignée des travaux de John Bunckerhoff Jackson, théoricien du paysage (mort en 1996) pour qui « les routes ne conduisent pas seulement à des lieux, elles sont des lieux » (p.11). L’hodologie (terme grec signifiant route, chemin, voyage) a été utilisée dès les années 1930 par Kurt Lewin pour caractériser l’espace vécu. Dans la transurbance (proposition de traduction du titre de l’ouvrage), le « sentiment géographique » (p. 11) l’emporte sur une analyse cartésienne du paysage. Cette approche légitime la publication de la traduction de Walkscapes dans une collection d’Esthétique. « L’acte de traverser l’espace naît du besoin naturel de se déplacer pour trouver sa nourriture et les informations nécessaires à sa survie. Mais, après que les besoins primaires eurent été satisfaits, la marche s’est transformée en une forme symbolique qui a permis à l’homme d’habiter le monde. » (p. 22). De cet état est né la marche comme forme d’intervention urbaine, une action des hommes sur le paysage à entendre comme « l’action de transformer symboliquement, autrement que physiquement, l’espace anthropique » (p. 23)

Careri fait la genèse de la pratique de la marche. Il la fait remonter à la Préhistoire. Il montre que les menhirs qui ponctuaient les chemins du Paléolithique sont les premières architectures de l’humanité. La présence de motifs sculptés (le ka) sur des menhirs situés dans des territoires très différents et éloignés atteste que les espaces de la transhumance humaine étaient vastes. Le ka fait référence, avec ses deux bras levés vers le ciel avec un tronc ancré dans le sol, à l’acte de transmission de l’énergie divine et d’adoration du soleil. Les menhirs, comme ce motif, ont ensuite été récupérés par les peuples sédentaires et notamment les Egyptiens (voir le cheminement entre des colonnes dans le temple de Karnak). La déambulation a été remise au goût du jour par les Dadaïstes (14/04/1921 à Saint-Julien-Le-Pauvre) en ville puis en rase campagne (1924). Cette posture a été très critiquée par l’Internationale Lettriste (devenue Internationale Situationniste en 1957) organisée autour de la personne de Guy Debord. Son groupe rejette la déambulation (au hasard) au profit de la dérive (« mode de comportement expérimental lié aux conditions de la société urbaine : techniques de passage hâtif à travers des ambiances variées. Se dit aussi, plus particulièrement, pour désigner la durée d’un exercice continu de cette expérience. » p. 102). S’ouvre ainsi une psychogéographie (« étude des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant sur le comportement affectif des individus. » p. 102). Contrairement à la déambulation surréaliste, qui est construite sur le hasard, la dérive se base sur des cartes psychogéographiques qui repèrent les lieux où se fait la ville. La dérive peut prendre la forme d’une « dérive – statique d’une journée  sans sortir de la gare Saint-Lazare », d’un « rendez-vous possible » et de « quelques plaisanteries d’un goût dit douteux, que j’ai toujours vivement appréciées dans mon entourage, comme par exemple, s’introduire nuitamment dans les étages des maisons en démolition, parcourir sans arrêt Paris en auto-stop pendant une grève des transports sous le prétexte d’aggraver la confusion en se faisant conduire n’importe où, errer dans ceux des souterrains des catacombes qui sont interdits au public. » (p. 107). L’ensemble aboutit à la publication d’un guide psychogéographique de Paris à l’usage des touristes afin de les aider à se perdre car comme le dit Debord « habiter, c’est être partout chez soi ». (p. 114). Enfin, les artistes du Land Art sont ceux qui pratiquent la marche afin de créer leurs œuvres et de réaliser ainsi du Land Walk. Richard Long (A line made by walking, 1967) est l’exemple emblématique de l’artiste contemporain qui utilise la marche. Son œuvre ne se résume pas à cela mais la marche constitue un moyen d’action de l’artiste sur le paysage sans le transformer définitivement.

Parallèlement à ces expérimentations artistiques, les urbanistes et les architectes (les géographes aussi, même si le texte ne le dit pas) ont commencé, dès les années 1970, à s’interroger sur l’étalement urbain. Un petit nombre d’entre eux a compris que pour « coudre » cette ville diffuse, il fallait jouer sur les vides. « C’est là que les diffus vont cultiver leurs jardins clandestins, promènent leurs chiens, piqueniquent, font l’amour, cherchent des raccourcis pour passer d’une structure urbaine à l’autre. C’est là que les enfants vont chercher des espaces de liberté et de socialisation. (…) Ces vides sont des parties fondamentales du système urbain. » (p. 179) Ces espaces ne cessent de changer. En italien, il est une expression « andare a Zonzo » qui signifie « perdre son temps à errer sans but ». Carera propose d’appeler la ville nomade : Zonzo mais le Zonzo d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui. C’est dans ces zones d’ « entre-deux » que se fait la ville de demain.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités.

Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités. Actes du colloque d’Amiens, 30/09-1/10/2010. Lieux Dits, Cahiers du Patrimoine, 2013. 25€. 175 pages.

51d9lnEFAHL._SX342_Voici les actes d’un colloque sur les espaces périurbains dont l’angle d’attaque mérite qu’on s’y attarde. Il s’agit de voir les espaces périurbains sous l’œil du photographe et de faire des espaces périurbains un objet d’étude à part entière. Cette posture de l’inventaire général du patrimoine culturel est d’autant plus nouvelle qu’« il nous a fallu vingt ans pour comprendre que nous étions en présence d’un entre-deux, entre la ville et le rural. » (p. 46). C’est pourquoi ont été réunis des experts de différents domaines (HIDA, géographie, sociologie, histoire, droit) afin de donner des pistes dans l’optique d’une recherche appliquée.

Depuis 2004 (loi du 13/08), les régions sont chargées de l’inventaire général du patrimoine culturel. L’inventaire est né en 1964 et a reçu la mission de « définir, connaître, valoriser, prendre en compte ». L’espace rural a été le principal objet d’étude jusque dans les années 1980, date où l’inventaire s’est rendu en compte que quelque chose était en train de changer du côté des paysages avec le périurbain : « (…), ce trivial entre-deux, de surcroît décrié depuis des siècles, qui séparent les « beaux » paysages urbains des « beaux » paysages ruraux » (p. 18)

Le volume s’ouvre sur une série d’articles généraux qui constituent un état de l’art de la question. Ces articles rappellent les grandes mutations qu’ont connues le périurbain et son étude en particulier. Mais, ce qui fait tout l’intérêt de cette partie est de proposer les textes d’historien de l’art, de géographe, de sociologue, d’historien et de juriste. Si on retient le propos du géographe (Laurent Cailly), on perçoit la complexité du périurbain, présentée ici avec beaucoup de justesse. « Ainsi, le rôle qu’exerce le périurbain dans le partage du travail métropolitain n’est ni simple ni univoque et est pour le moins éloigné du poncif d’une campagne-dortoir. » (p. 24) Il faut bien parler de périurbain au pluriel (comme en atteste d’ailleurs le titre de l’ouvrage) pour donner à voir ces espaces qui sont loin d’être monolithiques. Les sociologues ont eu du mal à passer outre la partition ville/campagne (sociologie urbaine / sociologie rurale) et ont délaissé le périurbain jusqu’au début des années 1990. La problématique des mobilités est centrale dans la prise de conscience de cet espace par eux. « Vivre dans le périurbain, c’est s’installer non seulement à la campagne, mais « dans le mouvement » comme l’écrit Jacques Donzelot (p. 33). Les historiens se sont, eux aussi, emparés tardivement de cet objet et ne l’ont pas nommés ainsi. Au moment où Annie Fourcot entame son étude sur les mal lotis en région parisienne, cet espace est devenu la banlieue alors qu’il était le périurbain pendant l’entre-deux guerres. Elle parle donc de banlieue au lieu du périurbain.

Les autres parties de l’ouvrage sont consacrées à des réflexions sur la mise en œuvre opérationnelle de la prise en compte du périurbain. La parole est donnée à des acteurs très divers (personnes travaillant au service de l’inventaire, à la direction de la prospective régionale, photographes, …). Certains textes sont assez arides car trop techniques ou institutionnels. L’ensemble est ponctué de pages couleurs qui présentent des travaux photographiques témoignant de la réflexion engagée par l’Inventaire.

Au final, l’ensemble offre une approche du périurbain très diversifiée, qui élargit le regard que les géographes peuvent poser sur cet espace. L’approche pluridisciplinaire apporte beaucoup à l’ensemble.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

Ethnologue, mais pas trop.

Ethnologue, mais pas trop. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003. 286 pages.

517BRQVWWRL._SY445_

Dès le préambule, Jean-Didier Urbain s’explique du drôle de titre de son ouvrage. Loin d’être inédit, ce texte, enrichi d’un préambule et d’un épilogue, a été précédemment publié en 1998 dans le volume Secrets de voyage. Menteurs, imposteurs et autres voyageurs. Il en constituait la troisième partie, celle qui a suscité le plus de commentaires. Jean-Didier Urbain a notamment été accusé de découvrir l’ethnologie de proximité alors que ce courant existe depuis longtemps. C’est pour « rectifier le tir » et (…) « enfoncer le clou » qu’il publie cet ouvrage en 2003.

Anthropologue, professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin, bien connu pour avoir publier L’idiot du voyage ou Paradis verts, il revient ici sur la place de l’ethnologie du quotidien dans la littérature scientifique. « Encore mal assuré, cet état atteste la persistance d’un refus que s’obstine à ne pas admettre la complémentarité réelle de cette ethnologie qui désigne l’autre : la « vraie », l’exotique, ubac ou adret de la discipline, comme un détour. » (p. 12) Les ethnologues de territoires lointains ne reconnaitraient pas au quotidien une place dans leur discipline. L’ethnologue de proximité (« l’aventurier en pantoufles ») a bien du mal à trouver sa place scientifique. « Ni de là-bas, ni d’ici, il est là, exclu, sans cesse renvoyé dans un entre-deux d’un no man’s land disciplinaire. » (p.15)

Pourtant, la posture est au cœur de l’ethnologie du quotidien, de l’anthropologie ou même de la sociologie. Il faut pour cela être du dehors. « Ne pas être du monde qu’on observe ou bien en être mais en faisant comme si on n’en était plus. » (p. 19). Ce n’est pas le lieu qui fait l’exotisme mais le regard. La société mondialisée apporte l’ailleurs à notre porte et il serait impensable de l’ignorer. Pour exercer le métier d’ethnologue de la proximité, une réflexion sur son immersion dans son sujet d’étude est indispensable. J.D. Urbain revient sur des expérimentations menées par le passé par des voyageurs qui ont cherché à pénétrer des univers qui leur étaient étrangers. Le travestissement (Voyage d’une parisienne à Lhassa, 1924) peut être une solution pour se mêler à l’univers que l’on veut observer. Pourtant, Yves Winkin reprouve cette manière de faire : « Essayez de vous « planquer » pour mieux voir. Cela ne marche pas. On finira toujours par vous voir, vous finirez toujours par vous faire jeter. N’empruntez pas non plus de déguisement, de rôle. (…) Négociez votre statut avec les autres, forcez-vous à entrer dedans, à jouer le jeu, à ne pas piéger les membres « naturels » du lieu. C’est à la fois un problème méthodologique  et un problème déontologique. » (p. 36) J.D. Urbain relativise l’immoralité de l’exploration clandestine et estime que l’observateur affiché a aussi du bon. Au fil du temps, il n’est plus perçu en tant que tel par les observés. Georges Condominas met en garde toutefois afin que l’observation n’apparaisse pas comme un « agent de la classe dominante ». Il conseille d’être vu comme un marginal, un déclassé. Dans ce cas, c’est donc de la dissimulation. La révélation de ses études peut aussi se faire de manière dissimulée comme l’ont fait Montesquieu (Les lettres persanes, 1721), La Bruyère (Les caractères ou les mœurs de ce siècle, 1688) ou bien encore La Fontaine avec ses Fables. Ces ethnologues masqués ont eu recours à un nom d’emprunt afin d’échapper à la censure.

Ainsi, J.D. Urbain consacre, de manière enjouée, 286 pages à défendre la raison d’être de l’ethnologie de la proximité et ses champs d’étude (qui peuvent aussi bien passer par l’ethnologie des WC que celle des cryptonautes des catacombes). Il fait sienne la phrase de Chesterton « Le véritable aventurier n’est pas celui qui fait le tour du monde mais celui qui ose franchir la haie du voisin. » (p. 52). L’impératif de la distance spatiale et culturelle entre observateur et observé n’est pas indispensable. « Peut-on être indigène parmi les indigènes, être ethnologue chez soi ? » (p. 53) Il réfute les réserves de Claude Lévi-Strauss qui estimait qu’il n’était pas possible d’étudier en ethnologue la société moderne car « On ne trouvera jamais un système cohérent de relations dans la société moderne. »

Tout l’enjeu de l’ethnologie du quotidien est d’éclairer sa propre société appliquant à celle-ci les méthodes habituellement mises en œuvre sur des sociétés différentes, d’être capable de s’émerveiller de ce qui nous entoure. « C’est là, après tout, la seule façon d’être un jour ethnologue chez soi, Chinois en Bourgogne ou Tibétain à Paris – oriental « désorienté » comme René Han à Perrigny ; paysan « dépaysé » comme Aragon aux Buttes Chaumont ou passage de l’Opéra (…) » (p. 87)

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

La petite ville et ses jeunes.

 

000088979

La petite ville et ses jeunes. Jean-Luc Roques. Préface de François Dubet. L’Harmattan, 2004. 240 pages.

« Une fois que l’on admet que l’écrasante majorité des jeunes ne sont pas délinquants, élèves de grands lycées, organisateurs de « raves », consommateurs de drogues ou sportifs de haut niveau, il reste à définir une jeunesse qui ne laissera probablement aucune trace dans l’épopée de l’histoire juvénile, tellement elle est banale : ni victime absolue de la crise économique, ni rebelle avec ou sans cause, ni écrasée par l’échec, ni critique du système. » (p.11). Ainsi commence la préface écrite par François Dubet pour ouvrir le livre de Jean-Luc Roques, son ancien élève.

Et quoi de mieux que cette plume (l’auteur de Les Lycéens) pour replacer le travail de Roques dans un contexte épistémologique ? L’étude de Roques s’intéresse à ceux dont on ne parle pas, comme l’avait fait en son temps Edgar Morin avec les jeunes Bretons de Plodemet (E. Morin, Commune en France : la Métamorphose de Plodemet, Paris, Fayard, 1967). Ici, ce sont les jeunes de deux villes du Sud qui sont étudiés. Uzès et Bagnols-sur-Cèze sont deux cités, aux profils sensiblement différents (une communauté tournée vers son passé, une autre davantage tournée vers l’industrie et notamment atomique). Ce que Roques désigne sous le terme de petite ville est une « entité en soi, c’est à dire qu’elle possède des caractéristiques propres tant dans le domaine économique que culturel ou social. » (p.16). Pour ce faire, la petite ville doit être éloignée de la grande. Il s’agit pour lui d’un espace intermédiaire et ce qui l’intéresse, c’est de voir vivre les jeunes de 15 à 19 ans dans cet environnement et de savoir si celui-ci influe sur eux.

Pour approcher les jeunes des petites villes, Roques a pris le parti de travailler la notion de projet chez eux même s’il est très critique sur la place que celui-ci prend désormais dans la manière d’envisager la vie. Projet scolaire, professionnel, de vie sont abordés par le biais d’un QCM (rempli par 733 jeunes), d’entretiens (20 seulement), de cartes mentales (qui ne sont malheureusement pas reproduites dans le volume). Les questionnaires comme les enquêtes ont été menées par des jeunes de baccalauréat professionnel (classe de première) service-accueil. Ce matériau a été complété par l’exploitation de sources diverses : statistiques INSEE, statistiques de l’inspection académique du Gard, sources diverses de l’histoire locale.

L’objectif de cette étude était de vérifier l’hypothèse qu’il existe trois types d’attitudes par rapport à la problématique du projet. Ces trois stades (en projet, projet médian, anti-projet) révèlent une participation active jusqu’à une attitude de retrait par rapport à l’avenir. Il apparaît que ceux qui ont un projet scolaire sont ceux qui sont les plus satisfaits de leur établissement scolaire. Cette satisfaction va déclinante en fonction de la motivation des jeunes à poursuivre des études. Les filles sont plus motivées par l’école que les garçons. Jean-Luc Roques note aussi une différence entre l’attitude des garçons de Bagnols-sur-Cèze et ceux d’Uzès. Ces derniers sont nettement moins motivés par l’école et l’obtention de diplômes. Il constate aussi que plus l’âge des jeunes augmente et plus ils sont impliqués dans un projet professionnel. L’implication dans tout type de projet est plus forte chez ceux qui vivent dans la commune depuis plus de 10 ans. Si le profil sociologique entre en ligne de compte sans expliquer les différences entre les deux communes, Jean-Luc Roques estime que l’effet de lieu joue pour beaucoup. Les deux petites villes présentent des profils différenciés tant au niveau de l’offre scolaire que du marché de l’emploi. « Le système de valeurs dans ces deux petites villes sont forts différents et sous-tendent des types d’attitudes particuliers (tout au moins pour les jeunes de notre population. » (p. 124). Travail saisonnier et « valorisation de l’oisiveté » (en raison de la présence de touristes) expliqueraient la moindre implication des jeunes dans un projet de quelque nature qu’il soit. Alors qu’à Bagnols-sur-Cèze, le milieu est plus favorable à l’intégration : importance du statut de cité atomique. « L’image de travail industrieux structure l’identité et la conscience collective de cette localité » (p.132) même si la situation économique locale s’est dégradée.

« La petite ville est donc un espace particulier qui possède et développe sa propre identité. Elle développe les marchés qu’elle désire. Elle véhicule les images qu’elle souhaite. Elle exerce un contrôle ou une pression sur les individus » (p. 206). Malgré ce constat assez terrible (effet local important), Jean-Luc Roques veut espérer que les choses vont changer. Bagnols-sur-Cèze est en perte de vitesse côté industrie alors qu’à Uzès le tourisme laisse espérer beaucoup de débouchés, y compris pour sa jeunesse.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes