Archives par mot-clé : Café Géo

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

Béatrice Collignon et Jean-François Staszak.

La cabane au Darou, 4/10/14, 18h-19h15

img_1714

 Quelle bonne idée que d’avoir programmé ce Café Géo à la Cabane au Darou ! Ce bar au décor de grange, sorte de grenier de l’enfance, se prêtait parfaitement à l’exercice que les deux organisateurs ont proposé à leur public : faire un vrai Café Géo en s’interdisant de parler plus de 10 minutes chacun et de donner au maximum la parole au public.

 Et ce dernier en a eu des choses à dire ! Car l’habitat est un lieu de conflits, où il est nécessaire de déployer beaucoup de savoir-faire pour trouver sa place dans ce lieu construit par d’autres. Se développent ainsi des tactiques, dans les coins et les recoins de la maison, qui donnent un peu de souplesse à la vie collective. La gestion du linge décrite par Béatrice Collignon a résonné dans le quotidien de tous et le public est intervenu largement pour nous expliquer les combines mises en œuvre par leur belle-mère, leur femme (décidément le linge est une affaire de femmes, semble-t-il !) pour planquer ce linge ni-propre ni-sale qu’on hésite à replier et à mettre dans l’armoire. Gérer le linge, c’est faire de la géopolitique car il est question ici d’intervention dans la sphère de l’autre, d’autorité et d’appropriation.

 D’autres n’ont pas de problème avec la gestion du linge mais avec la place que prend le chat, car c’est bien connu : « Je n’habite pas chez moi, j’habite chez mon chat. » Le territoire du chat a été comparé à celui envahissant que prend cet acteur faible qu’est le bébé. L’évocation de la cave a suscité bien des désaccords. Certains messieurs affirmant que c’était leur domaine exclusif où l’on invite les bons copains alors que pour Jean-François Staszak, c’est une pré-poubelle, où il y entasse des objets qu’il ne se résout pas à jeter, jusqu’au prochain déménagement. Les dames de l’assistance n’étaient pas d’accord sur le fait que la cave soit le domaine des hommes. Certaines se sont réappropriées cet espace par la transmission (héritage d’un père). Pour Béatrice Collignon, la cave comme la cabane de jardin installée sur sa terrasse, tout cela est trop loin. Elle fait l’expérience de la distance quand elle doit aller chercher les chaussures d’hiver. Aussi, ne vous étonnez pas si elle est encore en sandales à l’automne, c’est qu’elle aura eu la flemme de descendre à la cave ! Cette distance n’existe pas dans les espaces ruraux, la cave et les espaces de réserve sont des lieux du quotidien.

 Après ces détails très pratiques est venu le temps d’évoquer l’enfance et l’adolescence : les parties de cache-cache, la réappropriation par des ados fumeurs du garage lors de fêtes de Noël et au fil du temps le renversement de l’ordre des pièces, le garage devenant le lieu de la fête. L’adolescence est le moment privilégié de la lutte de l’espace que ce soit celui de la salle de bains ou pour l’occupation du fauteuil situé en face de la télé. D’ailleurs, a fait remarqué un membre de l’assemblée, nous passons notre vie à conquérir l’espace. On rêve de ne plus partager sa chambre avec son frère, puis d’avoir une chambre ou un appartement à soi, bref d’acquérir de l’espace mais finalement avec la maison de retraite, la boucle est bouclée puisqu’on retourne à un espace collectif !

 Les lofts séduisants par les perspectives qu’ils offrent font rapidement déchanter leurs occupants quand la famille s’agrandit. Il y a alors des enjeux à relever au niveau du son mais aussi des odeurs. Et, que dire des conflits d’usage à propos du petit coin ! A l’évocation de cet espace, une rumeur est montée dans la cabane : chacun racontant à son voisin les us et coutumes de cet espace familial !

 Après avoir évoqué les mutations des espaces domestiques liés aux nouvelles technologies (place maintenant obsolète de la télévision que chacun peut regarder sur sa tablette), une dame de l’assistance a fait remarquer que les témoignages des uns et des autres étaient le reflet de l’appartenance sociale de l’auditoire. Quid des coins et des recoins dans les HLM ? et du bruit des voisins ?

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

Augustin Berque

Bar La Cabane au Darou, 3/10/14, 19h-20h

img_1696

C’est à une rencontre du Troisième type que nous  avons assisté en ce vendredi soir. Dans un lieu improbable : la Cabane du Darou, un café déodatien ou plutôt une grange reconstituée avec paille au sol pour faire encore plus authentique, se tenait, dans la pénombre, Maître Yoda (entendez Augustin Berque) et son disciple Luke Skywalker armé d’un sabre laser (Olivier Milhaud tenant une lampe torche) venus devant une assemblée attentive et souvent perplexe écouter le géographe devenu philosophe.

La question posée par le disciple au maître visait à l’amener à réfléchir sur l’habitabilité ou non de la Terre. Augustin Berque a estimé que tout était une question de point de vue. La planète est inhabitable pour les dizaines de millions d’espèces qui ont disparu de sa surface et elle peut devenir inhabitable pour le devenir de celles qui disparaissent actuellement. Nous ne sommes des humains que dans la mesure où nous dépassons le fait d’être présent au-delà de notre présence sur la planète.

Les parenthèses ont été nombreuses au fil de la réflexion d’Augustin Berque sans conteste autant perturbé par le lieu que par le public qui l’écoutait. « Vous tâtez de la philosophie, de l’ontologie ou de la métaphysique en buvant du Coca-Cola. » Ce Café géo a donné l’occasion à l’intervenant de revenir sur sa carrière. « Je suis un géographe déviant ». Pour lui, il y a deux manières de dévier de la droite ligne qui consiste à faire de la recherche et à rendre compte : dévier vers l’action (aménagement) ou dévier vers la philosophie (c’est cette seconde manière qui a été son sort).

De même, la thématique du Café géo a été l’occasion pour lui de dénoncer la tyrannie des machines qui dictent leur comportement aux hommes. La voiture abandonnée depuis dix ans par notre ami de 72 ans prescrit l’habitat des Français et cette idée lui est insupportable. Il défend toujours les enseignements tirés du programme de recherche à l’origine de l’ouvrage « La ville insoutenable » et pour nous en convaincre expose la « parabole du tôfu » ou « parabole du camembert », si on préfère. Si chacun, habitant dans la périphérie de la ville, commande sur internet son tofû fabriqué dans le centre de la ville, il nous laisse imaginer le nombre de déplacements nécessaires pour que le précieux aliment soit livré à domicile ! « Nous avons idéalisé un habitat ruraléiforme alors que nous sommes des urbains. » Tout part du « mythe de l’âge d’or », à l’origine du dérèglement de l’homéostasie de la planète. Il refuse que « l’espace appartienne aux propriétaires de Land Rover. » et cela lui apparaît encore moins acceptable que rover signifie vagabonder, rêver. Il espère beaucoup du comportement de quelques jeunes Japonais qui, après Fukushima, ont remis en cause les objets en se déconnectant du système et en réduisant leur consommation. Il prédit la présence de friches urbaines suite au vieillissement de la population japonaise.

L’Homme est un être technique, symbolique et physiologique. La technique ne doit pas dicter la conduite de l’Homme, même s’il reconnaît que lui-même, avec son téléphone et son ordinateur, a tendance en être dépendant : « Je suis un bon petit cyborgue. »

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes