Archives par mot-clé : Augustin Berque

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

Augustin Berque

Bar La Cabane au Darou, 3/10/14, 19h-20h

img_1696

C’est à une rencontre du Troisième type que nous  avons assisté en ce vendredi soir. Dans un lieu improbable : la Cabane du Darou, un café déodatien ou plutôt une grange reconstituée avec paille au sol pour faire encore plus authentique, se tenait, dans la pénombre, Maître Yoda (entendez Augustin Berque) et son disciple Luke Skywalker armé d’un sabre laser (Olivier Milhaud tenant une lampe torche) venus devant une assemblée attentive et souvent perplexe écouter le géographe devenu philosophe.

La question posée par le disciple au maître visait à l’amener à réfléchir sur l’habitabilité ou non de la Terre. Augustin Berque a estimé que tout était une question de point de vue. La planète est inhabitable pour les dizaines de millions d’espèces qui ont disparu de sa surface et elle peut devenir inhabitable pour le devenir de celles qui disparaissent actuellement. Nous ne sommes des humains que dans la mesure où nous dépassons le fait d’être présent au-delà de notre présence sur la planète.

Les parenthèses ont été nombreuses au fil de la réflexion d’Augustin Berque sans conteste autant perturbé par le lieu que par le public qui l’écoutait. « Vous tâtez de la philosophie, de l’ontologie ou de la métaphysique en buvant du Coca-Cola. » Ce Café géo a donné l’occasion à l’intervenant de revenir sur sa carrière. « Je suis un géographe déviant ». Pour lui, il y a deux manières de dévier de la droite ligne qui consiste à faire de la recherche et à rendre compte : dévier vers l’action (aménagement) ou dévier vers la philosophie (c’est cette seconde manière qui a été son sort).

De même, la thématique du Café géo a été l’occasion pour lui de dénoncer la tyrannie des machines qui dictent leur comportement aux hommes. La voiture abandonnée depuis dix ans par notre ami de 72 ans prescrit l’habitat des Français et cette idée lui est insupportable. Il défend toujours les enseignements tirés du programme de recherche à l’origine de l’ouvrage « La ville insoutenable » et pour nous en convaincre expose la « parabole du tôfu » ou « parabole du camembert », si on préfère. Si chacun, habitant dans la périphérie de la ville, commande sur internet son tofû fabriqué dans le centre de la ville, il nous laisse imaginer le nombre de déplacements nécessaires pour que le précieux aliment soit livré à domicile ! « Nous avons idéalisé un habitat ruraléiforme alors que nous sommes des urbains. » Tout part du « mythe de l’âge d’or », à l’origine du dérèglement de l’homéostasie de la planète. Il refuse que « l’espace appartienne aux propriétaires de Land Rover. » et cela lui apparaît encore moins acceptable que rover signifie vagabonder, rêver. Il espère beaucoup du comportement de quelques jeunes Japonais qui, après Fukushima, ont remis en cause les objets en se déconnectant du système et en réduisant leur consommation. Il prédit la présence de friches urbaines suite au vieillissement de la population japonaise.

L’Homme est un être technique, symbolique et physiologique. La technique ne doit pas dicter la conduite de l’Homme, même s’il reconnaît que lui-même, avec son téléphone et son ordinateur, a tendance en être dépendant : « Je suis un bon petit cyborgue. »

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy, Michel Lussault

Espace Sadoul, 5/10/14, 11h-12h45

886x177xmosaique_tr.jpg.pagespeed.ic.H5cnKqLZnM

S’il est des colloques qui font date dans l’histoire de la géographie, il est des tables rondes qui ont le même statut. Celle à laquelle nous avons eu la chance d’assister en fait partie. Pour la première fois, à l’initiative d’Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy et Michel Lussault étaient réunis pour échanger leur point de vue sur l’Habiter.

Et quoi de mieux que de partir de photographies quand il s’agit de regards croisés ! C’est ainsi que ces cinq grands noms de la géographie et de la philosophie se sont livrés à l’exercice de choisir une photographie représentant le mieux pour eux leur vision de l’Habiter.

Olivier Lazzarotti a ainsi présenté une photographie prise le 12/06/2014, pendant la Coupe du monde au Brésil, dans un quartier réhabilité de Foshan (Chine). Une manière pour lui de montrer l’incursion de la mondalité par le biais du tourisme. Jacques Lévy a choisi une photo assez proche puisqu’elle représente la rivière Cheonggyecheon à Séoul, aujourd’hui haut lieu du quartier d’affaires après avoir été longtemps un égout à ciel. L’image même de l’Urbain, dont le promeneur éprouve une familiarité émouvante en le parcourant. Augustin Berque, quant à lui, a choisi une photo d’un chemin (le chemin de la loyauté) au milieu d’une forêt de bambous à Kyoto, vestige de la résidence d’été d’un mandarin. Une occasion pour lui pour revenir sur le mythe de l’ermitage paysager, idéalisation de la petite maison individuelle, base de l’urbain diffus, responsable d’une forte empreinte écologique à l’origine du dérèglement climatique. Jean-Marc Besse a commenté une image d’archive représentant Amsterdam au début du XXème siècle, parue dans un ouvrage pédagogique d’architecture. Son objectif : montrer qu’habiter, c’est une affaire qui dépasse les compétences de l’architecte. Ici, tout est une question de seuils, de limites entre l’intérieur et l’extérieur. Etre citoyen, c’est être capable de tenir une conversation dans le désordre. Enfin, Michel Lussault dévoile sa photographie tout en refusant de dire où elle a été prise car là n’est pas la question. Comme Habiter est une épreuve, il a choisi cette photo d’une funambule. Le fil étant l’équilibre entre les choses, la tension entre l’acteur et l’environnement. L’environnement n’est pas seulement ce qui  nous entoure mais ce qui est à l’intérieur de nous. « L’Habiter est un art forain, une épreuve d’espace-temps. » Cette photographie illustre aussi l’idée qu’Habiter, c’est composé, un arrangement entre l’humain et le non-humain.

Utiliser l’image nécessite d’être critique et distancié (Lazzarotti). « Ceux qui croient que l’on peut tout voir se trompent. L’image n’est pas seulement un terminus mais une aide à penser » (Lévy). Les images sont des lieux par lesquelles se construisent les connaissances. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de métaphore (image) (Besse). Barbara Stafford ne dit-elle pas : « Il pleut des images dehors mais nous restons enfermés à l’intérieur » ? L’image réfléchit (reflet et réflexion) en tant qu’opération sémiotique qui produit de la signification. (Lussault).

L’introduction de l’Habiter dans les programmes scolaires est une révolution car c’est reconnaître un point de vue, se mettre dans une position par rapport aux autres. Cette posture s’inscrit en opposition avec la « géographie éclatée » issue de la crise de la géographie. L’habiter est une entrée du Dictionnaire de la géographie et des sociétés de Lévy-Lussault en 2003. Toutefois, dans l’édition de 2013, l’article a été repris car il n’était qu’une ébauche même si les auteurs avaient déjà compris que c’était un levier de recomposition permettant de repenser la théorie du social. Ce qui apparaît central dans l’Habiter, c’est que c’est un verbe, qui fait référence à l’action, au mouvement, à un devenir.

Avec une rencontre comme celle-ci, on peut dire que le FIG est bien le lieu où se construit la science !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes